Mercredi 9 Octobre 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 77 (76), 2-13

Dieu oublierait-il d’avoir pitié ?

 
2
Vers Dieu, je crie mon appel !
 
 
Je crie vers Dieu : qu’il m’entende !

 
3
Au jour de la détresse, je cherche le Seigneur ; †
 
 
la nuit, je tends les mains sans relâche,
 
 
mon âme refuse le réconfort.

 
4
Je me souviens de Dieu, je me plains ;
 
 
je médite et mon esprit défaille.
 
5
Tu refuses à mes yeux le sommeil ;
 
 
je me trouble, incapable de parler.

 
6
Je pense aux jours d’autrefois,
 
 
aux années de jadis ;
 
7
la nuit, je me souviens de mon chant,
 
 
je médite en mon cœur, et mon esprit s’interroge.

 
8
Le Seigneur ne fera-t-il que rejeter,
 
 
ne sera-t-il jamais plus favorable ?
 
9
Son amour a-t-il donc disparu ?
 
 
S’est-elle éteinte, d’âge en âge, la parole ?

 
10
Dieu oublierait-il d’avoir pitié,
 
 
dans sa colère a-t-il fermé ses entrailles ?
 
11
J’ai dit : « Une chose me fait mal,
 
 
la droite du Très-Haut a changé. »

 
12
Je me souviens des exploits du Seigneur,
 
 
je rappelle ta merveille de jadis ;
 
13
je me redis tous tes hauts faits,
 
 
sur tes exploits je médite.

 
          ~

Lectures du jour

Commentaire

De l'ego à la vie par l'Esprit

Adam, c'est moi, c'est vous, c'est chacun d'entre nous.
A l'origine, c'est un être appelé à la plénitude de l'amour et de la joie, à une vie sans peur.
Son péché? Ne pas croire à son destin de lumière. Refuser de se voir comme Dieu le voit, comme «celui qui doit venir». Rester empêtré dans ses peurs de vivre, dans son refus de croire à autre chose qu'aux évidences (qui ne le sont que parce qu'elles sont communément admises).
En d'autres termes, son péché, c'est de ne se soucier que de la survie d'un ego apeuré qui le pousse sans cesse à l'orgueil et à la convoitise. Ces résistances, ces peurs, elles sont «normales» au sens d'universelles. Tout le monde les expérimente dans sa vie. Elles se sont comme inscrites en nous depuis le fondement de notre personne. La foi, la générosité et l'espérance ne nous sont pas naturelles.
Comment dépasser cet état? D'abord en en prenant conscience, devant Dieu. Cela s'appelle «confesser notre péché». Découvrir ensuite que c'est précisément là où le péché abonde que la grâce surabonde.
Il ne s'agit donc pas de se morfondre dans la culpabilité, mais de demander au Christ de venir précisément là où c'est difficile.
Enfin, entendre vraiment l'appel pressant du Christ à une vie différente que la Bible nomme «vie nouvelle», «vie par l'Esprit», «vie selon la grâce», «seconde ou nouvelle naissance».
Changer de vie ne se fait pas par nos propres forces: c'est plutôt le travail du Souffle en nous.
Notre rôle est de lâcher nos peurs, d'accueillir patiemment cette promesse de plénitude, d'accepter de se laisser transformer et... s'en émerveiller!

Sujets de prière

Oraison

O Christ, Parole éternelle du Père,
devenu pour notre salut semblable à nous
en toutes choses excepté le péché,
tu as envoyé tes disciples annoncer la bonne nouvelle libératrice;
envoie-nous la lumière de ta vérité,
éclaire-nous pour que nous comprenions ta Parole
et que, non satisfaits de l’écouter,
nous la mettions en pratique;
qu’ainsi nous ayons part au Royaume de Dieu,
puisque tu nous as sauvés pour les siècles des siècles.

Cantique 45-08 (du recueil Alléluia)

Tu m'as aimé, Seigneur