Mardi 9 Octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 107 (106), 10-22

Reconnaître l’amour du Seigneur

 
10
Certains gisaient dans les ténèbres mortelles,
 
 
captifs de la misère et des fers :
 
11
ils avaient bravé les ordres de Dieu
 
 
et méprisé les desseins du Très-Haut ;
 
12
soumis par lui à des travaux accablants,
 
 
ils succombaient, et nul ne les aidait.

℟1
13
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
 
 
et lui les a tirés de la détresse :
 
14
il les délivre des ténèbres mortelles,
 
 
il fait tomber leurs chaînes.

℟2
15
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
 
 
de ses merveilles pour les hommes :
 
16
car il brise les portes de bronze,
 
 
il casse les barres de fer !

 
          ~

 
17
Certains, égarés par leur péché,
 
 
ployaient sous le poids de leurs fautes :
 
18
ils avaient toute nourriture en dégoût,
 
 
ils touchaient aux portes de la mort.

℟1
19
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
 
 
et lui les a tirés de la détresse :
 
20
il envoie sa parole, il les guérit,
 
 
il arrache leur vie à la fosse.

℟2
21
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
 
 
de ses merveilles pour les hommes ;
 
22
qu’ils offrent des sacrifices d’action de grâce,
 
 
à pleine voix qu’ils proclament ses œuvres !

 
          ~

Lectures du jour

2 Samuel

Commentaire

Crier sa plainte

La complainte de David commence par dire d’une manière poétique la souffrance de l’auteur.
Ce dernier fait ensuite l’éloge des deux principales victimes, unies désormais dans la mort : Saül et Jonathan, le fils qu’il a tenté quelquefois de supprimer.

Elle se termine par une plainte particulière pour des liens rompus, des liens d’amitié. En lisant ce texte, nous partageons la souffrance de l’auteur.
Certaines traductions concluent ainsi : « Pourquoi sont-ils morts, ces vaillants guerriers, pourquoi ont-ils péri, ces illustres soldats ? » Ces questions traduisent une révolte face à la vie et à la mort, face à Dieu.

Il est important que dans la Bible, nous trouvions des textes qui font une part à la plainte et à la révolte. Car c’est sain, la révolte ! Souvent, on ne se révolte plus, par exemple parce, passé l’âge, on sait bien que la révolte ne mène à rien ; on est devenu un peu fataliste.
Or, il faut garder cet esprit de révolte, comme disait un rescapé de la Deuxième Guerre mondiale : « L’essentiel, c’est de ne jamais accepter l’inacceptable. » Et j’ajouterais que l’essentiel est de ne pas laisser la révolte à l'intérieur de soi, il faut parler, dire sa plainte et sa révolte à l’image de ce texte. Bien sûr, cela n’apporte pas de réponse ; mais parler est bienfaisant.

Alors, comme c’est le cas dans cette complainte, osons exprimer nos révoltes, nos plaintes, nos pleurs.
Jésus l’a fait en exhalant le cri du Psaume 22 : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Sujets de prière

Oraison

Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver
et pour faire de nous tes enfants d’adoption,
regarde avec bonté
ceux que tu aimes comme un père;
nous croyons au Christ,
notre Libérateur pour toujours:
accorde-nous de trouver en lui
la vraie liberté et la vie éternelle,
car il règne pour les siècles des siècles.

Cantique 41-19 (du recueil Alléluia)

A Dieu seul…