Vendredi 9 Novembre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 44 (43), 2-15

Ne nous rejette pas

 
2
Dieu, nous avons entendu dire, †
 
 
et nos pères nous ont raconté, *
 
 
quelle action tu accomplis de leur temps,
 
 
 aux jours d’autrefois.

 
3
Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, †
 
 
et ils purent s’implanter ; *
 
 
et tu as malmené des peuplades,
 
 
 et ils purent s’étendre.

 
4
Ce n’était pas leur épée qui possédait le pays, †
 
 
ni leur bras qui les rendait vainqueurs, *
 
 
mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face,
 
 
 car tu les aimais.

 
5
Toi, Dieu, tu es mon roi, *
 
 
tu décides des victoires de Jacob :
 
6
avec toi, nous battions nos ennemis ;
 
 
par ton nom, nous écrasions nos adversaires.

 
7
Ce n’est pas sur mon arme que je compte,
 
 
ni sur mon épée, pour la victoire.
 
8
Tu nous as donné de vaincre l’adversaire,
 
 
tu as couvert notre ennemi de honte.

 
9
Dieu était notre louange, tout le jour :
 
 
sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

 
          ~

 
10
Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes,
 
 
tu ne sors plus avec nos armées.
 
11
Tu nous fais plier devant l’adversaire,
 
 
et nos ennemis emportent le butin.

 
12
Tu nous traites en bétail de boucherie,
 
 
tu nous disperses parmi les nations.
 
13
Tu vends ton peuple à vil prix,
 
 
sans que tu gagnes à ce marché.

 
14
Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins,
 
 
aux rires, aux moqueries de l’entourage.
 
15
Tu fais de nous la fable des nations ;
 
 
les étrangers haussent les épaules.

Lectures du jour

Commentaire

C’est l’apaisement que Dieu envoie, et pas l’effroi !

On se dirait au début d’une célébration, au moment de la salutation et de l’invocation. Mais celle-ci est particulière, comme si elle s’adressait à un monde beaucoup plus vaste.
Jean s’adresse en effet aux sept Eglises d’Asie, le chiffre 7 signifiant la plénitude, un auditoire beaucoup plus large.
Ce texte pourrait être une célébration cosmique faisant pendant au culte exigé par l’empereur du monde romain… Mais le Christ est bien plus grand, bien plus puissant que le plus puissant empereur romain !

Jean célèbre un Seigneur qui réunit en lui le passé, le présent et l’avenir : celui qui est, qui était et qui vient. Vainqueur de la mort : qui nous aime et nous a délivrés de nos péchés. Prince glorieux, il fait de nous un royaume de prêtres.

Quel contraste avec la réalité ambiante ! Ce langage imagé est destiné à nous réveiller, à voir et comprendre l’indicible, le tout Autre, le sacré, la présence mystérieuse du Christ dans l’histoire.
Qu’allons-nous faire ?
Prédire et souhaiter la fin d’un monde corrompu ?
Baisser les bras en disant que c’était mieux avant, que le monde va à sa perte, et nous retirer dans des Eglises enfermées sur elles-mêmes ?
Ou commencer à chercher dans notre monde chamboulé les signes mystérieux de la présence du Christ ressuscité, et le célébrer ?

Dieu vient ! Dans toute la Bible, les théophanies sont données pour déclencher une adhésion, une décision, un changement dans l’histoire.

Quelle est donc cette vision finale ?
Si on parle d’apocalypse de nos jours, on induit dans l’imagerie populaire surtout une idée de panique, de désolation, de destruction (même ici, le deuil est mentionné au v. 7). Mais immédiatement, cette vision nous offre un Christ qui rassure, même tout-puissant: « Voici, il vient », « Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le début et la fin. »

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
ouvre nos intelligences et nos cœurs
pour que nous te connaissions toujours mieux;
apprends-nous à discerner ta présence
tout au long de notre vie
et à nous confier en toi avec une foi entière,
par Jésus-Christ, notre Sauveur.

Cantique 86 B (du recueil Alléluia)

Seigneur, entends ma prière