jeudi 09 novembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 107 (106), 33-43

Reconnaître l’amour du Seigneur

 
33
C’est lui qui change les fleuves en désert,
 
 
les sources d’eau en pays de la soif,
 
34
en salines une terre généreuse
 
 
quand ses habitants se pervertissent.

 
35
C’est lui qui change le désert en étang,
 
 
les terres arides en source d’eau ;
 
36
là, il établit les affamés
 
 
pour y fonder une ville où s’établir.
 
37
Ils ensemencent des champs et plantent des vignes :
 
 
ils en récoltent les fruits.

 
38
Dieu les bénit et leur nombre s’accroît,
 
 
il ne laisse pas diminuer leur bétail.
 
39
Puis, ils déclinent, ils dépérissent,
 
 
écrasés de maux et de peines.

 
40
Dieu livre au mépris les puissants,
 
 
il les égare dans un chaos sans chemin.
 
41
Mais il relève le pauvre de sa misère ;
 
 
il rend prospères familles et troupeaux.

 
42
Les justes voient, ils sont en fête ;
 
 
et l’injustice ferme sa bouche.
 
43
Qui veut être sage retiendra ces choses :
 
 
il y reconnaîtra l’amour du Seigneur.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 15, v. 1-7

1
Les employés des impôts et les pécheurs s'approchent tous de Jésus pour l'écouter.
2
Les Pharisiens et les maîtres de la loi critiquent Jésus et disent: "Cet homme accueille les pécheurs et il mange avec eux!"
3
Alors Jésus leur raconte cette histoire:
4
"Parmi vous, un homme a 100 moutons et il en perd un. Bien sûr, il va laisser les 99 moutons dans les champs et il part chercher celui qui est perdu, jusqu'à ce qu'il le trouve. 05 Quand il l'a trouvé, il est tout joyeux. Il met le mouton sur ses épaules,
6
puis il rentre chez lui. Il appelle ses amis et ses voisins et leur dit:"Venez, réjouissez-vous avec moi! Oui, j'ai retrouvé mon mouton qui était perdu!"
7
Je vous le dis, c'est la même chose: quand un seul pécheur change sa vie, Dieu est dans la joie. Sa joie est plus grande que pour 99 personnes justes qui n'ont pas besoin de changer leur vie!"

Commentaire

La joie de Dieu

à savoir les pharisiens, doivent éviter avec soin – ces « justes » qui ont passé par tous les rites leur permettant de prétendre à ce titre.
En la personne de Jésus, Dieu lui-même reçoit en sa présence ceux « qui ne peuvent subsister devant lui ». En acceptant leur invitation, Jésus les reconnaît d'emblée comme ses amis. On dirait qu'aucune barrière ne les sépare et qu'aucun compte ne doit être réglé. Jésus va vers eux sans exiger le moindre changement préalable et couronne même sa communion avec eux par une vive allégresse ! Au nom de Dieu, les pharisiens murmurent : pour eux qui ont fait tout ce que la loi demande, celle-ci se voit bafouée. La distinction entre justes et pécheurs semble escamotée.

Cette attitude de Jésus invite à un reversement de notre mode d'approche de Dieu. En particulier dans nos cultes. Serions-nous de ces « pharisiens », devenus justes après avoir dûment confessé nos péchés, pour ensuite nous sentir habilités à être au tu-et-à-toi avec Dieu ?
Ne sommes-nous pas plutôt ces « perdus » desquels Dieu s'approche sans préalable, sans condition, pour nous libérer de nos poids ?
Nous avons répondu à l'invitation non pas pour nous approcher de Dieu, mais pour que Dieu s'approche de nous afin de nous libérer du poids de nos échecs et nous faire entrer sans condition dans sa joie, sa joie de voir un malheureux saisir la main qu'il lui tend !

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus, toi le bon Berger de ton peuple, accomplis ta promesse d’être avec nous tous les jours jusqu’à la fin, et délivre-nous du pouvoir du mal, pour que nous puissions confesser et adorer ton saint nom, béni aux siècles des siècles.

Cantique 42-07 (du recueil Alléluia)

Je veux te louer