samedi 09 mai 2015

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Samedi de la cinquième semaine

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 6, v. 60-71

60
En entendant Jésus, beaucoup de ses disciples disent : " Ces paroles sont dures à entendre. Qui peut continuer à les écouter ? "
61
Jésus s'aperçoit que ses disciples critiquent ce qu'il dit. Il leur demande : " Ces paroles sont un obstacle pour vous ?
62
Alors, quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était avant, qu'est-ce que vous direz ?
63
C'est l'Esprit Saint qui donne la vie, l'homme tout seul ne peut rien faire. Les paroles que je vous ai dites viennent de l'Esprit Saint et elles donnent la vie.
64
Mais, parmi vous, il y en a qui ne croient pas. " En effet, Jésus connaît depuis le début ceux qui ne croient pas en lui et celui qui va le livrer.
65
Et Jésus ajoute : " Voilà pourquoi je vous ai dit : "Personne ne peut venir à moi, si le Père ne lui donne pas de venir." "
66
partir de ce moment, beaucoup de disciples s'en vont et ils n'accompagnent plus Jésus.
67
Alors Jésus dit aux douze apôtres : " Est-ce que vous voulez partir, vous aussi ? "
68
Simon-Pierre lui répond : " Seigneur, à qui pouvons-nous aller ? Tu as les paroles qui permettent de vivre avec Dieu pour toujours.
69
Et nous, nous croyons et nous savons que toi, tu es le Saint venu de Dieu. "
70
Jésus leur répond : " C'est moi qui vous ai choisis, vous, les douze apôtres, et pourtant, l'un de vous est un esprit mauvais. "
71
En disant cela, Jésus parle de Judas, fils de Simon Iscariote. En effet, c'est Judas qui va livrer Jésus, et Judas est l'un des douze apôtres.

Commentaire

Prédestination?

Souverainement libre et connaisseur absolu de l'intimité de chacun, tel est le portrait de Jésus dans ces versets. L’ évangéliste Jean insiste sur cet aspect pour souligner que la mort de Jésus est un don librement consenti, connu dès le départ, et non la faillite d'une prédication particulière. Mais discerner cette réalité profonde n'est pas donné à tous. Il s'agit là d'une question qui ne cesse de hanter l'évangéliste. Pour lui, tout est clair : la foi en Christ s'impose comme une évidence et pourtant certains ne croient pas. Parmi les disciples, certains murmurent et doutent. Bientôt, certains le quitteront et l'un de ses plus proches le trahira. Comment expliquer une telle différence d'attitude ? L'évangéliste nous invite à y reconnaître l'action de l'Esprit de Dieu qui donne la vie de la foi. Le croyant se trouve ainsi toujours en tension entre ces deux appels : accueillir activement le don de Dieu d'une part et reconnaître qu'il ne maîtrise pas cet acte de foi. Agir comme si tout dépendait de moi et en même temps savoir que tout dépend de Dieu. Certains seraient donc prédestinés à la foi?
Non, si cette question signifie que toute vie est jouée d'avance et que nous ne serions que des marionnettes dans les mains d'un grand manipulateur divin. Oui, si cette question permet aux croyants de ne pas s'enorgueillir de leur situation et de rester ainsi ouvert au don de Dieu.
Beaucoup de disciples le quittent. Ils étaient prêts à le suivre, pas jusque-là. Ils étaient disposés à recevoir de lui de nouvelles sécurités et de nouvelles assurances. Mais voilà qu'ils doivent le recevoir, lui, comme leur unique sécurité et leur seule assurance. Qui plus est, ils sont invités à le manger ! C'en est trop. Cette mention presque marginale du départ d'un grand nombre de disciples résonne aujourd'hui comme un encouragement à ne pas baisser les bras.

Oraison

Dieu tout-puissant, la vie éternelle c’est de te connaître,
toi et celui que tu as envoyé:
Accorde-nous de reconnaître en ton Fils
la voie, la vérité et la vie,
pour marcher à sa suite sur le chemin d’éternité.
Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi et le Saint Esprit,
un seul Dieu, dans les siècles des siècles.

Cantique 36-02 (du recueil Alléluia)

Que ton Eglise fasse honneur