mercredi 09 août 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 37, 27-40

Les doux posséderont la terre

 
27
Évite le mal, fais ce qui est bien,
 
 
et tu auras une habitation pour toujours,
 
28
car le Seigneur aime le bon droit,
 
 
il n’abandonne pas ses amis.

 
 
Ceux-là seront préservés à jamais,
 
 
les descendants de l’impie seront déracinés.
 
29
Les justes posséderont la terre
 
 
et toujours l’habiteront.

 
          ~

 
30
Les lèvres du juste redisent la sagesse
 
 
et sa bouche énonce le droit.
 
31
La loi de son Dieu est dans son cœur ;
 
 
il va, sans craindre les faux pas.

 
32
Les impies guettent le juste,
 
 
ils cherchent à le faire mourir.
 
33
Mais le Seigneur ne saurait l’abandonner
 
 
ni le laisser condamner par ses juges.

 
34
Espère le Seigneur,
 
 
et garde son chemin :
 
 
il t’élèvera jusqu’à posséder la terre ;
 
 
tu verras les impies déracinés.

 
35
J’ai vue l’impie dans sa puissance
 
 
se déployer comme un cèdre vigoureux.
 
36
Il a passé, voici qu’il n’est plus ;
 
 
je l’ai cherché, il est introuvable.

 
37
Considère l’homme droit, vois l’homme intègre :
 
 
un avenir est promis aux pacifiques.
 
38
Les pécheurs seront tous déracinés,
 
 
et l’avenir des impies, anéanti.

 
39
Le Seigneur est le salut pour les justes,
 
 
leur abri au temps de la détresse.
 
40
Le Seigneur les aide et les délivre,
 
 
il les délivre de l’impie, il les sauve,
 
 
 car ils cherchent en lui leur refuge.

Lectures du jour


Genèse, Chap. 37, v. 28-36

28
 Des commerçants du pays de Madian passent par là. Ils retirent Joseph du puits et le vendent aux Ismaélites pour 20 pièces d'argent. Les Ismaélites emmènent Joseph en Égypte.
29
 Quand Ruben revient près du puits, Joseph n'y est plus. Alors il déchire ses vêtements. 30 Il revient vers ses frères en disant: "L'enfant n'est plus là. Et moi, qu'est-ce que je vais devenir maintenant?"
31
 Les frères tuent un bouc, ils prennent le vêtement de Joseph et ils le trempent dans le sang.
32
 Ils envoient le beau vêtement à leur père avec ce message: "Nous avons trouvé ceci. Regarde bien si c'est le vêtement de ton fils, oui ou non."
33
 Jacob reconnaît le vêtement et dit: "C'est le vêtement de mon fils! Une bête sauvage a déchiré Joseph et l'a dévoré!"
34
 Jacob déchire ses vêtements, il met un habit de deuil et il pleure son fils pendant des jours et des jours.
35
 Tous ses fils et ses filles viennent pour le consoler. Mais il refuse de se laisser consoler. En effet, il dit: "Je serai encore en deuil quand je descendrai vers mon fils dans le monde des morts." Et Jacob n'arrête pas de pleurer.
36
 Les Madianites vendent Joseph en Égypte à Potifar. Cet homme est un officier du roi, le commandant de ses gardes.

Commentaire

Quand un être humain devient une devise commerciale …

Cette triste fin de chapitre nous donne à voir les fruits pourris du conflit entre Joseph et ses frères, conflit qu’on a laissé se durcir. Deux détails sont à souligner.
Si les frères ont cherché à se débarrasser à tout prix de Joseph – en prévoyant bien ce qui pourrait se passer – ce n’est pas seulement par simple jalousie à l’égard de ce petit prince préféré et gâté mais aussi, selon la théologie de l’« éditeur » du récit, en raison de la réalité prophétique contenue dans ses rêves. Une réalité qui pour l’Oriental est irrévocablement liée à une puissance divine. Ainsi l’expression « faiseur de songes » (Gn 37,19) contient une ironie moqueuse qui, comme souvent, est un masque de la peur.
À la fin du récit, on ne peut s’empêcher d’être frappé par la « répétition de l’histoire » : comme jadis Isaac avait été trompé sur son lit de mort par Jacob, ainsi Jacob devenu vieux est outrageusement trompé par le compte-rendu cynique de ses fils.
La violence, l’injustice et le mensonge sont eux aussi intergénérationnels, si l’aveu et le pardon ne viennent pas casser la chaîne infernale. Qui prendra cette initiative propre à la systémique du Monde Nouveau ?

Sujets de prière

Oraison

Prends pitié, Père du ciel,
des habitants de notre pays
qui vivent au milieu de l’injustice,
de la terreur, de la maladie, de la mort.
Prends pitié de nous aussi:
donne-nous ta grâce,
pour que nous cessions
de nous montrer cruels envers notre prochain.
Soutiens de ta force
ceux qui passent leur vie
à assurer l’égalité de tous
devant la loi et dans la vie sociale.
A tous accorde d’avoir une juste part
des richesses de ce pays.
Par Jésus le Christ, notre Seigneur.

Cantique 124 (du recueil Alléluia)

Sans le Seigneur qui nous a protégés