vendredi 08 septembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 142 (141)

Personne qui pense à moi

 
2
À pleine voix, je crie vers le Seigneur !
 
 
À pleine voix, je supplie le Seigneur !
 
3
Je répands devant lui ma plainte,
 
 
devant lui, je dis ma détresse.

 
4
Lorsque le souffle me manque,
 
 
   toi, tu sais mon chemin. *
 
 
Sur le sentier où j’avance,
 
 
   un piège m’est tendu.

 
5
Regarde à mes côtés, et vois :
 
 
   personne qui me connaisse ! *
 
 
Pour moi, il n’est plus de refuge :
 
 
   personne qui pense à moi !

 
6
   J’ai crié vers toi, Seigneur ! *
 
 
J’ai dit : « Tu es mon abri,
 
 
   ma part, sur la terre des vivants. »

 
7
Sois attentif à mes appels :
 
 
   je suis réduit à rien ; *
 
 
délivre-moi de ceux qui me poursuivent :
 
 
   ils sont plus forts que moi.

 
8
Tire-moi de la prison où je suis,
 
 
   que je rende grâce à ton nom. *
 
 
Autour de moi, les justes feront cercle
 
 
   pour le bien que tu m’as fait.

Lectures du jour


Deuxième épître aux Corinthiens, Chap. 3, v. 12-18

12
Avec cette espérance, nous sommes pleins de confiance.
13
Nous ne faisons pas comme Moïse qui mettait un voile sur son visage. De cette façon, les Israélites ne pouvaient pas voir la fin d'une gloire qui ne durait pas.
14
Mais leur intelligence s'est fermée, et jusqu'à aujourd'hui, quand ils lisent les livres de l'ancienne alliance, le même voile est encore là. Non, il n'est pas enlevé, sauf pour celui qui est uni au Christ.
15
En effet, jusqu'à aujourd'hui, chaque fois que les Israélites lisent les livres de Moïse, un voile couvre leur cœur.
16
Mais chaque fois que les gens se tournent vers le Seigneur, le voile tombe.
17
Le Seigneur ici, c'est l'Esprit Saint. Et quand l'Esprit du Seigneur est présent, la liberté est là.
18
Notre visage à nous tous est sans voile, et la gloire du Seigneur se reflète sur nous, comme dans un miroir. Alors le Seigneur, qui est l'Esprit, nous transforme. Il nous rend semblables à lui, avec une gloire toujours plus grande.

Commentaire

Par contamination 

Au contact régulier d’une personne (professeur, mentor, ami...), il arrive souvent qu’à notre insu nous finissions par nous imprégner de sa personnalité, à l’imiter, parler, penser, bouger de façon similaire, au point de ressembler à cette personne estimée et aimée – d’en être « contaminé », pour ainsi dire.
C’est ainsi que Paul nous invite à être transformés à l’image du Christ, renouvelés dans notre foi, nos attitudes, notre regard sur nous-mêmes et sur les autres. Et rien ne devrait valoir plus pour moi que le regarder faire, le contempler, fixer mes yeux sur lui, au point de devenir de jour en jour un peu plus semblable à lui. « Ne rien préférer au Christ ! » enseignait saint Benoît (6e s.) à ses moines.
Mais si c’est la Loi que je regarde de cette manière, je ne progresse pas. Car elle ne fait que me comparer à moi-même, m’enfermant dans des règles et un légalisme qui culpabilisent.
Or Christ me veut libre. La liberté, c’est vouloir accomplir ce que Dieu demande : aimer. Je suis vraiment libre quand je prends plaisir à aimer. Et je deviens libre quand je réponds à cet appel qui me décentre de moi-même.
Je reçois cette liberté non d’un pouvoir extérieur, mais de celui, intérieur, de l’Esprit Saint assez puissant pour imprimer en moi l’image du Christ et réorienter en positif le désir égoïste qui s’oppose à l’accomplissement de ce que Dieu veut. Cette mutation s’opère en nous lentement mais sûrement, pour peu que nous nous laissions imprégner par l’Esprit. Elle devient source, alors, d’une lumière et d’une liberté nouvelles pour mon entourage et mon environnement

Sujets de prière

Oraison

Dieu vivant, auteur de toute grâce,

accorde-nous de trouver notre liberté dans ton service et notre joie dans la fidélité;

garde-nous ainsi dans ta communion

et conduis-nous jusqu’au jour où nous te verrons face à face,

dans ton Royaume éternel,

par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 35-18 (du recueil Alléluia)

Source de ma vie