jeudi 08 mars 2018

Temps

Temps du carême

Semaine

Jeudi de la troisième semaine

Complément

Psaume

Psaume 19a (18a), 1-7

Les cieux proclament la gloire de Dieu

 
2
Les cieux proclament la gloire de Dieu,
 
 
le firmament raconte l’ouvrage de ses mains.
 
3
Le jour au jour en livre le récit
 
 
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

 
4
Pas de paroles dans ce récit,
 
 
pas de voix qui s’entende ;
 
5
mais sur toute la terre en paraît le message
 
 
et la nouvelle, aux limites du monde.

 
 
Là, se trouve la demeure du soleil : †
 
6
tel un époux, il paraît hors de sa tente,
 
 
il s’élance en conquérant joyeux.

 
7
Il paraît où commence le ciel, †
 
 
il s’en va jusqu’où le ciel s’achève :
 
 
rien n’échappe à son ardeur.

Lectures du jour


Épître aux Hébreux, Chap. 7, v. 11-19

11
Dans la loi du peuple d'Israël, ce sont les fils de la famille de Lévi qu'on doit choisir comme prêtres. Ils sont prêtres à la façon d'Aaron. Mais leur façon d'être prêtres n'était pas parfaite, sinon, pourquoi avoir un autre prêtre, à la façon de Melkisédec? Cela ne serait pas nécessaire.
12
Or, si la façon d'être prêtre n'est plus la même, la loi aussi doit changer.
13
Ces paroles sont dites au sujet de notre Seigneur. Lui, il appartient à une autre tribu, et dans cette tribu, personne ne s'est jamais occupé du service de l'autel.
14
Tout le monde le sait, notre Seigneur est né dans la tribu de Juda. Eh bien, Moïse n'a pas parlé de cette tribu quand il a parlé des prêtres.
15
Voici pourquoi les choses sont encore plus claires: un autre prêtre est venu, et il ressemble à Melkisédec.
16
Il n'est pas prêtre selon une règle et selon des commandements humains. Il est devenu prêtre par la puissance d'une vie qui ne peut pas finir.
17
C'est vrai, les Livres Saints le disent:" Tu es prêtre pour toujours à la façon de Melkisédec."
18
L'ancienne règle était imparfaite et inutile, alors on l'a supprimée.
19
La loi de Moïse n'a rien produit de parfait. Mais une espérance meilleure nous est donnée, et par elle, nous nous approchons de Dieu.

Commentaire

Un salut qui vient de la marge

Dans la religion d'Israël, le prêtre tenait un rôle capital : préposé au service du temple il avait, notamment, la charge d'offrir des sacrifices au nom des fidèles pour invoquer en leur nom le pardon des péchés. Il avait donc la position d'un intermédiaire indispensable entre Dieu et les hommes. Cette fonction - héréditaire et réservée aux descendants de la tribu de Lévi - avait été instituée par la Loi et trouvait sa justification dans son origine, l'enseignement de Moïse.
Or cette institution a fait faillite. L'auteur se contente ici de le constater, il s'expliquera au chapitre 9 sur les raisons de cet échec.
Pour l'heure, il affirme que la prêtrise selon l'ordre ancien était absolument incapable de produire ce pour quoi elle avait été instituée : accorder le pardon, de telle sorte que les hommes retrouvent et gardent réellement accès à Dieu.

Voilà pour l'argumentation, mais il y a plus. Le Christ " n'accède pas à la prêtrise en vertu d'une loi de filiation humaine mais en vertu de la puissance d'une vie indestructible " (16). Une fois de plus, Dieu bouscule ce qui est établi. Un " outsider ", un " marginal " est choisi pour grand prêtre en la personne mystérieuse et fugitive de Melkisedek. Et c'est encore chez les marginaux, au sein d'un peuple méprisé et d'une famille obscure que va naître et paraître le prêtre d'éternité, Jésus appelé le Christ.
Jésus n'est pas de la tribu de Lévi. Il est don de Dieu. Dès lors la Loi perd son importance dans le processus du salut. Seul est décisif l'accueil que nous réservons à l'Evangile et notre attachement en pensées, en paroles et en actes à la personne de Jésus le Christ.

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
accorde-nous une compréhension toujours plus profonde
des paroles et des actes du Christ:
que sa vie et son combat soient notre force,
et que, par lui, notre vie tout entière porte des fruits
à la gloire de ton saint nom.

 

Cantique 41-20 (du recueil Alléluia)

Jésus, tout l'univers entonne