mercredi 08 mars 2017

Temps

Temps du carême

Semaine

Mercredi de la première semaine

Complément

Psaume

Psaume 9a

Tu as jugé avec justice

 
2
De tout mon cœur, Seigneur, je rendrai grâce,
 
 
je dirai tes innombrables merveilles ;
 
3
pour toi, j’exulterai, je danserai,
 
 
je fêterai ton nom, Dieu Très-Haut.

 
4
Mes ennemis ont battu en retraite,
 
 
devant ta face, ils s’écroulent et périssent.
 
5
Tu as plaidé mon droit et ma cause,
 
 
tu as siégé, tu as jugé avec justice.

 
6
Tu menaces les nations, tu fais périr les méchants,
 
 
à tout jamais tu effaces leur nom.
 
7
L’ennemi est achevé, ruiné pour toujours,
 
 
tu as rasé des villes, leur souvenir a péri.

 
8
Mais il siège, le Seigneur, à jamais :
 
 
pour juger, il affermit son trône ;
 
9
il juge le monde avec justice
 
 
et gouverne les peuples avec droiture.

 
10
Qu’il soit la forteresse de l’opprimé,
 
 
sa forteresse aux heures d’angoisse :
 
11
ils s’appuieront sur toi, ceux qui connaissent ton nom ;
 
 
jamais tu n’abandonnes, Seigneur, ceux qui te cherchent.

 
12
Fêtez le Seigneur qui siège dans Sion,
 
 
annoncez parmi les peuples ses exploits !
 
13
Attentif au sang versé, il se rappelle,
 
 
il n’oublie pas le cri des malheureux.

 
14
Pitié pour moi, Seigneur,
 
 
 vois le mal que m’ont fait mes adversaires, *
 
 
toi qui m’arraches aux portes de la mort ;
 
15
et je dirai tes innombrables louanges
 
 
 aux portes de Sion, *
 
 
je danserai de joie pour ta victoire.

 
16
Ils sont tombés, les païens, dans la fosse qu’ils creusaient ;
 
 
aux filets qu’ils ont tendus, leurs pieds se sont pris.
 
17
Le Seigneur s’est fait connaître : il a rendu le jugement,
 
 
il prend les méchants à leur piège.

 
18
Que les méchants retournent chez les morts,
 
 
toutes les nations qui oublient le vrai Dieu !
 
19
Mais le pauvre n’est pas oublié pour toujours :
 
 
jamais ne périt l’espoir des malheureux.

 
20
Lève-toi, Seigneur : qu’un mortel ne soit pas le plus fort,
 
 
que les nations soient jugées devant ta face !
 
21
Frappe-les d’épouvante, Seigneur :
 
 
que les nations se reconnaissent mortelles !

Lectures du jour


Livre de Jérémie, Chap. 2, v. 1-9

1
Le Seigneur m'a adressé sa parole.
2
Il m'a demandé d'annoncer ceci à la population de Jérusalem : " Voici le message du Seigneur : Je me souviens de ce que tu étais autrefois. Quand tu étais jeune, tu étais attachée à moi. Quand tu étais ma fiancée, tu m'aimais. Tu me suivais au désert, dans cette région où rien ne pousse.
3
Israël, tu étais à moi seul, tu m'appartenais, comme les premiers fruits de la récolte. Ceux qui osaient toucher à toi étaient coupables, et il leur arrivait malheur. Voilà ce que le Seigneur déclare.
4
Vous qui êtes de la famille de Jacob, tous les clans d'Israël, écoutez ce message du Seigneur !
5
Voici ce que le Seigneur dit : Est-ce que vos ancêtres ont une faute à me reprocher ? Ils se sont éloignés de moi pour suivre des dieux qui ne valent rien et devenir eux-mêmes des gens qui ne valent rien ! Pourquoi donc ?
6
Ils n'ont pas dit : "Où est le Seigneur qui nous a fait monter d'Égypte, qui nous a guidés à travers le désert, région sauvage, pleine de ravins, région sèche et sombre, où personne ne passe, où personne n'habite ?"
7
Je vous ai fait entrer dans un pays fertile, pour que vous profitiez de ses fruits et de ses richesses. Ce pays était à moi, mais à votre arrivée, vous l'avez rendu impur. C'était ma propriété, mais vous en avez fait quelque chose d'horrible.
8
Les prêtres ne demandent plus : "Où est le Seigneur ?" Les spécialistes de la loi ne me connaissent plus. Les chefs se sont révoltés contre moi. Les prophètes ont parlé au nom du dieu Baal et ils ont suivi des dieux totalement incapables.
9
C'est pourquoi je vais continuer à vous accuser, et j'accuserai aussi les enfants de vos enfants. Voilà ce que le Seigneur déclare.

Commentaire

Aujourd’hui tu ravives ma mémoire : « Lorsque tu étais jeune… »

C’est aujourd’hui que je me souviens. Les souvenirs remontent.

Elles sont là, mes allégresses, avec ce qu’elles furent et ce qu’elles peuvent être.
Je ne veux pas revenir en arrière. Je ne le peux d’ailleurs … Le passé est fermé. C’est l’avenir qui est ouvert.
Mais c’est aujourd’hui que je me souviens de quand j’étais jeune : de mes amours, de mes rêves, de mes projets, de mes espérances ingénues et de mon affection pour la vie.
Je peux donc redécouvrir en moi ces projets, ces fiançailles joyeuses avec l’existence, avec la vie, avec Dieu.

Tant de choses amères aussi me reviennent, tant de jugements.
Tant de déceptions, tant d’oublis.
Tant de critiques, tant de mécontentements, tant de grisaille, tant d’erreurs.
Mais je me souviens ! Je me rappelle cette mélodie de ma jeunesse qui me faisait marcher, un sourire aux lèvres, vers cet aujourd’hui qui est le mien. Je n'ai pas oublié cette mélodie que je peux encore fredonner.

Je chanterai aujourd’hui les sons heureux de ma jeunesse, car je me souviens de mon espérance, aujourd’hui.
Réveille-moi, Seigneur, lorsque je laisse la nuit fermer les fenêtres de mon âme. Actualise en moi la joie de toujours, la chanson de jadis, la mélodie de mes espérances qui sont encore là, dans la petite boîte ouverte de ma mémoire.
Réveille en moi ta lumière, Seigneur, éveille-moi !

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
qui fais rayonner ta splendeur
sur l’humanité plongée dans la nuit, dissipe dans nos cœurs le sommeil de l’infidélité ;
donne-nous de veiller dans le service de ta louange,
de renoncer aux œuvres des ténèbres,
et de suivre toujours les traces
de celui qui est la vraie lumière
et la seule source de la vie,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 113 A (du recueil Alléluia)

Vous qui servez le Seigneur Dieu