vendredi 08 mai 2015

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Vendredi de la cinquième semaine

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 6, v. 52-59

52
Alors les Juifs se disputent. Ils disent : " Comment cet homme peut-il nous donner son corps à manger ? "
53
Jésus leur dit : " Oui, je vous le dis, c'est la vérité : si vous ne mangez pas le corps du Fils de l'homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.
54
Si quelqu'un mange mon corps et boit mon sang, il vit avec Dieu pour toujours. Et moi, le dernier jour, je le relèverai de la mort.
55
Mon corps est une vraie nourriture et mon sang est une vraie boisson.
56
Si quelqu'un mange mon corps et boit mon sang, il vit en moi, et moi je vis en lui.
57
Le Père qui m'a envoyé est vivant, et moi, je vis par le Père. De la même façon, celui qui me mange vivra par moi.
58
Voici le pain qui est descendu du ciel : il n'est pas comme le pain que vos ancêtres ont mangé. Eux, ils sont morts, mais si quelqu'un mange ce pain, il vivra pour toujours. "
59
Tout cela, Jésus l'enseigne à Capernaüm, dans la maison de prière.

Commentaire

Le mystère de la Cène

Pour le lecteur chrétien, aucun doute possible, c'est à une profonde méditation sur le sens de la Cène que nous livre l'évangéliste. Ce passage tient lieu de véritable récit d'institution à un évangile qui n'en rapporte pas. Mais pour celui ou celle qui ne connaît pas le repas du Seigneur, quelle violence dans les propos ! Ce constat doit sans cesse nous rappeler que ce qui est évident pour les chrétiens ne l'est pas forcément pour d'autres. C'est une invitation à reprendre toujours à nouveau nos langages et nos pratiques. Non pas pour en ôter le caractère choquant, mais pour ne pas nous replier sur une identité fermée ou quasi sectaire.
En faisant de la manducation eucharistique (c’est-à-dire le fait de manger le pain de la cène) un point d'orgue de la révélation du Christ, l'évangile nous redit aussi que reconnaître le Christ et l'accueillir comme le don de Dieu n'est pas qu'une affaire intellectuelle. C'est tout notre être qui est convoqué à la foi, jusque dans ses dimensions charnelles. Et comment pourrait-il en être autrement puisque le don de Dieu nous parvient justement par un homme de chair et de sang qui nous donne son humanité et sa vie comme nourriture ?

Oraison

Seigneur Jésus Christ,
dans le sacrement de la communion,
tu nous as laissé le mémorial de ta passion.
Donne-nous de reconnaître avec amour
le mystère de ton Corps et de ton Sang,
que nous puissions éprouver sans cesse
le fruit de ta rédemption.
Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint-Esprit,
un seul Dieu, dans les siècles des siècles.

Cantique 24-08 (du recueil Alléluia)

A la table que tu dresses