samedi 07 octobre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Ps 119, 129-136

129 Quelle merveille, tes exigences,

aussi mon âme les garde !

130 Déchiffrer ta parole illumine

et les simples comprennent.

131 La bouche grande ouverte, j’aspire,

assoiffé de tes volontés.

132 Aie pitié de moi, regarde-moi :

tu le fais pour qui aime ton nom.

133 Que ta promesse assure mes pas :

qu’aucun mal ne triomphe de moi !

134 Rachète-moi de l’oppression des hommes,

que j’observe tes préceptes.

135 Pour ton serviteur que ton visage s’illumine :

apprends-moi tes commandements.

136 Mes yeux ruissellent de larmes

car on n’observe pas ta loi.

Lectures du jour

Évangile selon Luc, Chap. 8, v. 26-39.........................................................26Jésus et ses disciples arrivent au pays des Géraséniens, qui est en face de la Galilée. 27Quand Jésus descend de la barque, un homme de la ville vient à sa rencontre. Cet homme a des esprits mauvais en lui. Depuis longtemps, il ne met plus de vêtements et il n'habite plus dans une maison, mais il vit dans un cimetière. 28-29Souvent, l'esprit mauvais le saisit, et on attache les mains et les pieds de l'homme avec des chaînes pour le garder. Mais l'homme casse les chaînes, et l'esprit mauvais l'emmène dans des endroits déserts. Quand l'homme voit Jésus, il tombe à ses pieds en poussant des cris et il dit d'une voix forte : « Jésus, Fils du Dieu très-haut, qu'est-ce que tu me veux ? Je t'en prie, ne me fais pas de mal ! » En effet, Jésus commandait à l'esprit mauvais de sortir de lui. 30Jésus demande à l'homme : « Quel est ton nom ? » Il répond : « Je m'appelle “armée” . » Il dit cela parce que beaucoup d'esprits mauvais étaient entrés en lui. 31Les esprits supplient Jésus en disant : « Ne nous envoie pas dans la prison des esprits mauvais. » 32Il y a là un grand troupeau de cochons qui cherchent leur nourriture dans la montagne. Les esprits mauvais supplient Jésus en disant : « Permets-nous d'entrer dans ces cochons ! » Jésus leur donne la permission. 33Alors les esprits mauvais sortent de l'homme et ils entrent dans les cochons. Tout le troupeau se précipite du haut de la pente dans le lac et il se noie. 34Quand les gardiens du troupeau voient ce qui s'est passé, ils partent en courant. Ils vont raconter la nouvelle dans la ville et dans les villages. 35Les gens viennent voir ce qui s'est passé. Ils arrivent auprès de Jésus et trouvent l'homme que les esprits mauvais ont quitté. Il est assis aux pieds de Jésus. Maintenant il porte des vêtements et il est normal. Alors les gens ont peur. 36Ceux qui ont tout vu racontent aux autres comment l'homme aux esprits mauvais a été guéri. 37Dans le pays des Géraséniens, tout le monde dit à Jésus : « Va-t'en loin de nous ! » En effet, ils ont très peur. Jésus monte dans la barque pour repartir. 38L'homme que les esprits mauvais ont quitté demande à Jésus : « S'il te plaît, laisse-moi aller avec toi ! » Mais Jésus le renvoie en disant : 39« Retourne chez toi ! Raconte tout ce que Dieu a fait pour toi ! » L'homme s'en va et, dans toute la ville, il annonce tout ce que Jésus a fait pour lui.

Commentaire

Le choc de deux mondes

Un homme qui a perdu la maîtrise de sa vie, livrée au pouvoir des démons … Face à lui, un autre homme, Jésus, porteur de la puissance divine. Tous les éléments sont réunis pour une confrontation sans merci.
Mais nous ne sommes pas dans le registre de la science-fiction, et c’est dans le cadre d’une rencontre que tout va se jouer.
Le récit est riche de contrastes. Alors que le possédé est décrit dans la misère de sa dignité perdue – il est nu, il erre dans les tombeaux – Jésus apparaît comme souverain, déjà pleinement maître de la situation. D’une seule question : «Quel est ton nom?», il laisse transparaître sa force face à celle des esprits démoniaques.

Nommé et démasqué, le mal a d’ores et déjà perdu la partie, il ne lui reste plus qu’à négocier sa sortie, dont le troupeau de porcs fera les frais.
Si l’on en reste à sa simple narration, ce récit suscitera au mieux la perplexité, au pire le rejet. Qui est Jésus pour avoir autorité sur les forces porteuses du mal et de la mort ?
La foi ne naît pas du miracle. Le miracle renvoie à celui qui l’accomplit. Ce n’est qu’ensuite, dans la rencontre d’un homme Fils de Dieu, à l’écoute d’une Parole porteuse de vie que peut naître la foi.

Sujets de prière

Oraison

Père saint et bon,
Jésus, ton Fils, a vécu parmi nous
comme un médecin
pour ceux qui se reconnaissaient malades:
rends-nous conscients de notre péché,
afin que nous cherchions en lui notre guérison
et que nous puissions chanter
notre communion avec toi et nos frères et sœurs.
Car tu vis et règnes maintenant
et pour les siècles des siècles.

Cantique 41-20 (du recueil Alléluia)

Jésus, tout l'univers entonne