lundi 07 mars 2016

Temps

Temps du carême

Semaine

Lundi de la quatrième semaine

Complément

Psaume

Psaume 22 (21), 2-11

Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

 
2
Mon Dieu, mon Dieu,
 
 
   pourquoi m’as-tu abandonné ? *
 
 
Le salut est loin de moi,
 
 
   loin des mots que je rugis.

 
3
Mon Dieu, j’appelle tout le jour,
 
 
   et tu ne réponds pas ; *
 
 
même la nuit,
 
 
   je n’ai pas de repos.

 
4
Toi, pourtant, tu es saint,
 
 
toi qui habites les hymnes d’Israël !
 
5
C’est en toi que nos pères espéraient,
 
 
ils espéraient et tu les délivrais.
 
6
Quand ils criaient vers toi, ils échappaient ;
 
 
en toi ils espéraient et n’étaient pas déçus.

 
7
Et moi, je suis un ver, pas un homme,
 
 
raillé par les gens, rejeté par le peuple.
 
8
Tous ceux qui me voient me bafouent,
 
 
ils ricanent et hochent la tête :
 
9
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
 
 
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

 
10
C’est toi qui m’as tiré du ventre de ma mère,
 
 
qui m’a mis en sûreté entre ses bras.
 
11
À toi je fus confié dès ma naissance ;
 
 
dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu.

 
          ~

Lectures du jour


Job, Chap. 1, v. 1-12

1
Il y avait une fois, au pays d'Ous, un homme appelé Job. C'était un homme droit, on n'avait rien à lui reprocher. Il respectait Dieu et il évitait le mal.
2
Il était père de sept fils et de trois filles.
3
Il possédait 7 000 moutons, 3 000 chameaux, 1 000 bœufs pour labourer, 500 ânesses, beaucoup de serviteurs et de servantes. C'était l'homme le plus important de tous les habitants de l'Orient.
4
Les fils de Job avaient l'habitude de faire un grand repas tantôt chez l'un, tantôt chez l'autre, et ils invitaient leurs trois sœurs à manger et à boire avec eux.
5
Quand les fêtes étaient finies, Job faisait venir ses enfants pour les rendre purs. Le jour suivant, il se levait tôt le matin, et il offrait pour chacun un sacrifice complet. En effet, il se disait : " Mes enfants ont peut-être commis une faute, ils ont peut-être insulté Dieu dans leur cœur. " Voilà ce que Job avait l'habitude de faire.
6
Un jour, les habitants du ciel sont venus en présence du Seigneur. Satan, l'Accusateur, est venu avec eux, lui aussi.
7
Le Seigneur lui a demandé : " D'où viens-tu ? " L'Accusateur a répondu : " Je viens de me promener partout sur la terre. "
8
Le Seigneur lui a dit : " Tu as sûrement remarqué mon serviteur Job. Personne ne lui ressemble sur la terre. C'est un homme droit, on n'a rien à lui reprocher. Il me respecte et il évite le mal. "
9
L'Accusateur a répondu : " Si Job te respecte, à ton avis, est-ce que c'est sans raison ?
10
Tu le protèges de tous côtés comme avec une clôture, lui, sa famille et tout ce qu'il possède. Tu as béni tout ce qu'il a fait, et ses troupeaux couvrent tout le pays.
11
Mais touche un peu à tout ce qu'il possède. Et il te maudira en face, j'en suis sûr ! "
12
Le Seigneur dit à l'Accusateur : " D'accord ! Tout ce qu'il possède est en ton pouvoir, mais ne touche pas à sa personne. " Alors l'Accusateur s'est éloigné de la présence du Seigneur.

Commentaire

Un homme juste, Dieu, Satan et un pari… stupide ?

Ce livre débute comme un conte : « Il était une fois… »
Et comme dans tout conte, les événements nous amènent au travers des péripéties du héros à une réflexion sur le sens de la vie.
Or, dans ce conte, il s’agit d’un pari, d’un défi proposé à Dieu par l’accusateur.
Ce pari met en question la relation entre Job et lui : ne serait-elle basée que sur la sécurité que Dieu procure à Job, une « assurance parapluie » qui protège des coups durs ?
Et Dieu accepte le pari. Pourquoi ?

Peut-être que cela nous donne envie de nous détourner d’un Dieu qui autorise les souffrances et les deuils, de fermer ce livre. Je vous invite pourtant à persévérer dans sa lecture en vous laissant guider par Job. Le parcours initiatique de notre héros va nous emmener à travers ses questions et ses réflexions aux deux vraies questions de ma vie.
Sur quoi ma foi repose-t-elle ?
Qui est Dieu pour moi ?
Est-il un Dieu avec lequel je passe des contrats ?
Ou mon amour pour lui est-il totalement gratuit ?
Ou est-il celui qui croit en moi au-delà de toute espérance ?

Sujets de prière

Oraison

Père de miséricorde,
tu fais briller l’espérance de la Résurrection
au milieu de ton Eglise:
libère tes enfants des assauts du mal,
affermis-les dans leur vocation
et dans l’attente de ton Règne,
là où il n’y aura plus ni mal, ni plainte, ni mort.
Par Jésus-Christ notre Sauveur.