jeudi 07 janvier 2016

Temps

Temps de Noël

Semaine

Jeudi après l'octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 45 (44), 2-10

Ton Dieu t’a consacré

 
2
D’heureuses paroles jaillissent de mon cœur
 
 
quand je dis mes poèmes pour le roi
 
 
d’une langue aussi vive que la plume du scribe !

 
          ~

 
3
Tu es beau,
 
 
 comme aucun des enfants de l’homme,
 
 
la grâce est répandue sur tes lèvres :
 
 
oui, Dieu te bénit pour toujours.

 
4
Guerrier valeureux,
 
 
 porte l’épée de noblesse et d’honneur !
 
5
Ton honneur, c’est de courir au combat
 
 
pour la justice, la clémence et la vérité.

 
6
Ta main jettera la stupeur,
 
 
 les flèches qui déchirent ;
 
 
sous tes coups, les peuples s’abattront,
 
 
les ennemis du roi, frappés en plein cœur.

 
7
Ton trône est divin, un trône éternel ;
 
 
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
 
8
tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

 
 
Oui, Dieu, ton Dieu t’a consacré
 
 
d’une onction de joie,
 
 
 comme aucun de tes semblables ;
 
9
la myrrhe et l’aloès parfument ton vêtement.

 
 
Des palais d’ivoire, la musique t’enchante.
 
10
Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
 
 
à ta droite, la préférée, sous les ors d’Ophir.

 
          ~

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 43, v. 8-11

8
Que ce peuple se présente! Il a des yeux mais il ne voit pas, il a des oreilles mais il n’entend pas.
9
Que les populations se réunissent, que tous les peuples se rassemblent! Parmi eux, qui peut annoncer ce qui se passe? Qui peut nous dire ce qui est déjà arrivé? Qu’ils présentent leurs témoins pour montrer qu’ils ont raison! Que les témoins les écoutent et disent: "C’est la vérité!"
10
Le Seigneur déclare: "Mes témoins, c’est vous, mon peuple. Vous êtes le serviteur que moi, j’ai choisi. Je veux que vous ayez confiance en moi, que vous reconnaissiez et compreniez que moi, je suis Dieu. Avant moi, il n’y a eu aucun dieu, et il n’y en aura pas après moi.
11
Le Seigneur, c’est moi, et moi seul. En dehors de moi, il n’y a pas de sauveur.

Commentaire

Si ce n’est vous, qui témoignera?

Que saurions-nous de Dieu, de son amour, de ses exigences, de ses actes passés et présents, si personne ne nous en avait parlé? Et qui l’aurait fait sans les témoignages que sont les écrits bibliques? Ou, que deviendrait la foi si tous les croyants des générations précédentes se lamentaient sur sa prochaine disparition?
A ses compagnons d’infortune, le prophète rappelle cette réalité toute simple: Dieu n’a d’autre voix que les vôtres. Si vous abandonnez l’espoir et la confiance, comment voulez-vous que Dieu se dise? Si vous ne vous donnez pas la peine de chercher ses traces, comment voulez-vous que la promesse s’impose?
Si vous n’élevez pas vos voix, pour proclamer que les pessimistes n’ont pas «toujours» raison, pour vanter l’espérance et chanter les louanges de son auteur, qui le fera à votre place?
Se taire ou se cacher, c’est faire le jeu des négationnistes de tous bords: une vérité tuée finit par se confondre avec une vérité niée… voilà qui donne le vertige!
Et nous, en ce temps de l’Epiphanie (= il est apparu), de quoi sommes-nous les témoins? D’une tradition fatiguée qui en son temps fut rassurante, ou de ce Dieu qui vient, comme une naissance, avec tout ce qu’une naissance a d’ordinaire et de miraculeux?

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel,
tu as annoncé par ton prophète
que les nations marcheront vers ta lumière
et les rois vers la clarté de ton aurore;
remplis le monde de ta gloire
et fais-toi connaître de tous les hommes,
par Celui qui est la vraie lumière
et l’étoile brillante du matin,
Jésus-Christ, ton Fils, notre Sauveur.

Cantique 32-11 (du recueil Alléluia)

Après la longue et sombre nuit