mardi 07 avril 2020

Temps

Semaine Sainte

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 44 (43), 16-27

Ne nous rejette pas

 
16
Tout le jour, ma déchéance est devant moi,
 
 
la honte couvre mon visage,
 
17
sous les sarcasmes et les cris de blasphème,
 
 
sous les yeux de l’ennemi qui se venge.

 
          ~

 
18
Tout cela est venu sur nous
 
 
 sans que nous t’ayons oublié : *
 
 
nous n’avions pas trahi ton alliance.

 
19
Notre cœur ne s’était pas détourné
 
 
et nos pieds n’avaient pas quitté ton chemin
 
20
quand tu nous poussais au milieu des chacals
 
 
et nous couvrais de l’ombre de la mort.

 
21
Si nous avions oublié le nom de notre Dieu,
 
 
tendu les mains vers un dieu étranger,
 
22
Dieu ne l’eût-il pas découvert,
 
 
lui qui connaît le fond des cœurs ?
 
23
C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt,
 
 
qu’on nous traite en bétail d’abattoir.

 
24
Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ?
 
 
Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.
 
25
Pourquoi détourner ta face,
 
 
oublier notre malheur, notre misère ?

 
26
Oui, nous mordons la poussière,
 
 
notre ventre colle à la terre.
 
27
Debout ! Viens à notre aide !
 
 
Rachète-nous, au nom de ton amour.

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 22, v. 63-71

63
 Les hommes qui gardent Jésus se moquent de lui et ils le frappent.
64
 Ils cachent son visage et ils lui demandent: "Qui t'a frappé? Devine!"
65
 Et ils lui disent beaucoup d'autres choses pour l'insulter.
66
 Quand il fait jour, les anciens du peuple, les chefs des prêtres et les maîtres de la loi se réunissent. Ils font amener Jésus devant leur Tribunal,
67
 et ils lui demandent: "Est-ce que tu es le Messie? Dis-le-nous!" Jésus leur répond: "Si je vous le dis, vous ne me croirez pas,
68
 et si je vous pose une question, vous ne me répondrez pas.
69
 Mais à partir de maintenant, le Fils de l'homme va être assis à la droite du Dieu Puissant."
70
 Alors tous lui disent: "Donc, toi, tu es le Fils de Dieu?" Jésus leur répond: "Vous le dites vous-mêmes, je le suis."
71
 Alors ils disent: "Nous n'avons plus besoin de témoins! En effet, nous avons entendu nous-mêmes les paroles de sa bouche."

Commentaire

Décalage

Les membres des autorités, quels qu’ils soient, se sont généralement battus pour occuper la place qui est la leur. Ils ont construit leur vie, se sont fait une identité en fonction du désir et du projet qu’ils avaient d’accéder à un pouvoir sur leurs semblables.
Jésus, lui, a d’emblée renoncé à tout combat, à toute construction d’identité visant à le faire reconnaître du commun des hommes. Il sait que son être a sa place et sa source en Dieu, son Père. Il sait que cette conviction professée devant les hommes le conduira sur la croix. Et rien ni personne n’a de pouvoir sur Jésus, qui a conscience d’être, de par la volonté, la puissance et l’amour de son Père, «la Résurrection et la Vie».
Cela provoque un décalage évident entre les accusateurs enragés, les autorités et Jésus. Trois griefs sont avancés: il sème le trouble – littéralement: le contraire de la conversion – incite au non payement de l’impôt, et se dit Messie et Roi.
Or on sait à quel point ces charges sont mensongères: il prêche la conversion du cœur, ne récuse pas le payement de l’impôt (Lc 20, 20-16) et ne s’est jamais déclaré de lui-même Messie!
À la question de Pilate sur son statut de roi, Jésus répond laconiquement, comme pour dire: «tout dépend de quelle royauté tu parles …». Devant Hérode, il reste silencieux, car le décalage est encore plus grand.
Pour nous, c’est un appel à ne pas oublier d’où nous venons et où nous irons, une invitation aussi à ne pas construire notre vie uniquement à partir de préoccupations personnelles. Suis-je au bon niveau face au Christ? Si je lui pose des questions et qu’il ne me répond pas, si je prie et qu’il n’y a que le silence qui me réponde … charge à moi de me demander avec son aide: «Où suis-je?».

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
tu t’es sacrifié toi-même en ton Fils
pour le salut du monde,
lorsque tu l’as livré pour nous sur la croix,
et tu as mis ainsi le comble à l’amour
dont tu nous as aimés depuis le commencement.
Accorde-nous de reconnaître
et d’adorer cet amour plus fort que la mort.
Donne-nous de mourir à tout ce qui nous sépare de toi
pour t’appartenir tous les jours,
dans la communion de Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 33-15 (du recueil Alléluia)

O Jésus, frappé pour nous