samedi 06 octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 112 (111)

Heureux qui craint le Seigneur

 
1
Alléluia !

 
 
Heureux qui craint le Seigneur,
 
 
qui aime entièrement sa volonté !
 
2
Sa lignée sera puissante sur la terre ;
 
 
la race des justes est bénie.

 
3
Les richesses affluent dans sa maison :
 
 
à jamais se maintiendra sa justice.
 
4
Lumière des cœurs droits,
 
 
 il s’est levé dans les ténèbres,
 
 
homme de justice, de tendresse et de pitié.

 
5
L’homme de bien a pitié, il partage ;
 
 
il mène ses affaires avec droiture.
 
6
Cet homme jamais ne tombera ;
 
 
toujours on fera mémoire du juste.

 
7
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
 
 
le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur.
 
8
Son cœur est confiant, il ne craint pas :
 
 
il verra ce que valaient ses oppresseurs.

 
9
À pleines mains, il donne au pauvre ; †
 
 
à jamais se maintiendra sa justice,
 
 
sa puissance grandira, et sa gloire !

 
10
L’impie le voit et s’irrite ; †
 
 
il grince des dents et se détruit.
 
 
L’ambition des impies se perdra.

Lectures du jour


Premier livre de Samuel, Chap. 31, v. 1-13

1
 Les Philistins attaquent les Israélites sur le mont Guilboa. Ceux-ci fuient devant les Philistins, et beaucoup sont tués.
2
 Les Philistins serrent de près Saül et ses fils. Ils tuent Jonatan, Abinadab et Malkichoua, les fils du roi.
3
 À partir de ce moment, le combat devient très dur et se dirige contre Saül. Les tireurs à l'arc le découvrent, et Saül tremble de peur.
4
 Il dit à celui qui porte ses armes: "Prends ton épée et tue-moi. Je ne veux pas que ces Philistins non circoncis me tuent et se moquent de moi." Mais son porteur d'armes a très peur et il refuse. Alors Saül prend son épée et il se jette sur elle.
5
 Quand le porteur d'armes voit que son maître est mort, il se jette aussi sur son épée et il meurt.
6
 Ainsi, ce jour-là, Saül meurt, avec ses trois fils, son porteur d'armes et ses soldats.
7
 Les Israélites qui habitent de l'autre côté de la vallée et ceux qui sont de l'autre côté du Jourdain apprennent la nouvelle: l'armée d'Israël est en fuite, Saül et ses fils sont morts. Alors ils abandonnent leurs villes pour fuir, et les Philistins viennent s'installer là.
8
 Le jour suivant, les Philistins viennent pour voler les biens des morts. Ils trouvent les corps de Saül et de ses trois fils sur le mont Guilboa.
9
 Ils coupent la tête de Saül et ils lui volent ses armes, puis ils les font circuler dans leur pays. Ainsi, ils annoncent cette bonne nouvelle dans les temples de leurs dieux et au peuple.
10
 Ensuite, ils placent les armes de Saül dans le temple d'Astarté. Ils attachent son corps sur le mur qui protège la ville de Beth-Chéan.
11
 Les habitants de Yabech, en Galaad, apprennent ce que les Philistins ont fait à Saül.
12
 Les hommes les plus courageux de la ville partent. Ils marchent toute la nuit jusqu'à Beth-Chéan. Ils détachent du mur de défense les corps de Saül et de ses fils, puis ils rentrent à Yabech. Là, ils les brûlent.
13
 Ils rassemblent leurs os et ils les enterrent sous un arbre, le tamaris de Yabech, et ils jeûnent pendant sept jours.

Commentaire

Au nom de leurs valeurs

Voilà ce qu’ont offert les habitants de Yavesh à Saül : alors que son corps de vaincu était exposé et qu’ainsi sa mort était livrée au mépris, ces hommes prirent des risques pour aller chercher sa dépouille et lui rendre ainsi un dernier hommage.
Ensuite, après avoir donné une sépulture à Saül, ils jeûnèrent.

A quoi cela sert-il de prendre de tels risques alors que Saül est mort ?
Cela ne sert à rien ni personne.
On ne se situe pas dans une logique comptable : ce n’est pas pour obtenir quelque chose, mais par respect et par humanité.
De même, à quoi cela sert-il de jeûner ?
Cela ne sert à rien, mais permet, dans ce cas, de rendre hommage, de prendre un temps à part en signe de respect.
Ils ont pris des risques au nom de leurs valeurs, parce que cela faisait sens pour eux.

Mais est-ce bien utile d’avoir des valeurs, les risques ne sont-ils pas trop élevés ? Parler de valeurs peut passer pour le langage d’un autre temps. C’était acceptable avant, mais maintenant ce qui compte, c’est d’être heureux.
Et si le bonheur était lié à nos valeurs, comme l’a écrit un Américain d’origine russe : « Le bonheur est cet état de conscience qui résulte de l’accomplissement de nos valeurs » ?
Alors il vaudrait la peine de se demander pour quelles valeurs nous sommes prêts à prendre des risques, quelles valeurs donnent sens à notre vie !

Sujets de prière

Oraison

Nous te rendons grâce,Dieu d’amour,
de nous avoir gardés jusqu’à maintenant,
et nous te prions de bien vouloir nous protéger encore,
afin que toutes nos actions
et notre vie entière te soient agréables,
par Jésus-Christ, ton fils, notre Seigneur.

Cantique 33 (du recueil Alléluia)

Réjouis-toi, peuple fidèle