jeudi 06 octobre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 125 (124)

Il entoure son peuple

 
1
Qui s’appuie sur le Seigneur
 
 
   ressemble au mont Sion : *
 
 
il est inébranlable,
 
 
   il demeure à jamais.

 
2
Jérusalem, des montagnes l’entourent ; *
 
 
ainsi le Seigneur : il entoure son peuple
 
 
   maintenant et toujours.

 
3
Jamais le sceptre de l’impie
 
 
   ne pèsera sur la part des justes, *
 
 
de peur que la main des justes
 
 
   ne se tende vers l’idole.

 
4
Sois bon pour qui est bon, Seigneur,
 
 
   pour l’homme au cœur droit. *
 
5
Mais ceux qui rusent et qui trahissent,
 
 
   que le Seigneur les rejette avec les méchants !

 
 
      Paix sur Israël !

Lectures du jour


Épître aux Romains, Chap. 6, v. 1-11

1
 Alors, qu'est-ce que cela veut dire? Est-ce que nous devons continuer à pécher pour que les bienfaits de Dieu se répandent en abondance?
2
 Sûrement pas! Nous sommes passés par une mort qui nous a séparés du péché. Alors, comment pouvons-nous vivre encore dans le péché?
3
 Vous le savez bien: notre baptême, en nous unissant au Christ Jésus, nous a tous unis à sa mort.
4
 Donc, par le baptême, nous avons été plongés avec lui dans la mort. Mais la puissance glorieuse du Père a réveillé le Christ de la mort, pour que, nous aussi, nous vivions d'une vie nouvelle.
5
 En effet, nous avons été totalement unis à lui au moment où nous sommes morts avec lui. De même, nous serons unis à lui en nous levant comme lui de la mort.
6
 Comprenons bien ceci: ce que nous étions avant a été cloué sur la croix avec le Christ. Alors le péché qui fait partie de nous-mêmes est détruit, et nous ne sommes plus esclaves du péché.
7
 Oui, celui qui est mort est libéré du péché.
8
 Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. 09 Nous le savons bien: depuis que le Christ s'est réveillé de la mort, il ne doit plus mourir, la mort n'a plus de pouvoir sur lui.
10
 Le Christ est mort, et sa mort l'a séparé totalement du péché, une fois pour toutes. Maintenant il est vivant, et sa vie est tout entière pour Dieu.
11
 De même, vous aussi, vous devez penser ceci: vous êtes morts en étant totalement séparés du péché, mais, en étant unis à Jésus-Christ, vous êtes vivants pour Dieu.

Commentaire

Passer d'un monde à l'autre

Dans ces versets, Paul révèle l'essentiel de son Evangile. En un mot, il s’agit de passer d’un mode d’exister (ou d'un « monde ») à un autre. Le premier est sous l’emprise du péché et de la mort. C'est la manière d'exister la plus commune marquée par le désespoir, la misère intérieure et les plaisirs passagers comme autant de fausses pistes vers le bonheur. L'humain vit centré sur lui-même et sur sa propre survie. Mais il ne vit pas pleinement : mu par la peur et ignorant comment accéder au bonheur, il ne fait pas ce qu’il voudrait vraiment faire. Bref, il est un esclave. Jésus lui-même est entré dans ce monde pour nous indiquer une issue, celle de l’amour.
En acceptant de donner sa vie par amour, il a fait une brèche dans ce monde voué à la mort et il a ouvert un chemin vers la vie.
L’autre mode d’exister est marqué par la plénitude de la vie : la joie, la paix intérieure, l’amour. Jésus a été ressuscité et dès lors, il n’est plus soumis à la mort. Or, dit Paul à ses lecteurs : Quand vous êtes devenus chrétiens, vous avez été plongés, immergés (c’est le sens du mot « baptisé ») dans sa mort. C’est comme si votre vie ancienne avait disparu avec lui sur la croix pour que vous puissiez entrer, avec lui, dans cette vie nouvelle. Ce passage ne s'accomplit pas par nos propres forces, mais c'est le travail du Souffle en nous.
A quoi dois-je mourir pour être disciple du Christ ? Où est-ce que je sens la force de l'Esprit dans mon existence ? Comment y être plus attentif, lui laisser plus de place ?

Sujets de prière

Oraison

O Christ,
fais resplendir sur nous la clarté de ta face,
afin que nous puissions y contempler la lumière du Père;
et par ta grâce dirige nos pas dans ton chemin,
en communion avec tous les rachetés,
toi qui règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 43-01 (du recueil Alléluia)

Je crie à toi, Seigneur Jésus