Vendredi 6 Janvier 2017

Temps

Temps de Noël

Semaine

Epiphanie

Complément

Psaume

Psaume 45 (44), 2-10

Ton Dieu t’a consacré

 
2
D’heureuses paroles jaillissent de mon cœur
 
 
quand je dis mes poèmes pour le roi
 
 
d’une langue aussi vive que la plume du scribe !

 
          ~

 
3
Tu es beau,
 
 
 comme aucun des enfants de l’homme,
 
 
la grâce est répandue sur tes lèvres :
 
 
oui, Dieu te bénit pour toujours.

 
4
Guerrier valeureux,
 
 
 porte l’épée de noblesse et d’honneur !
 
5
Ton honneur, c’est de courir au combat
 
 
pour la justice, la clémence et la vérité.

 
6
Ta main jettera la stupeur,
 
 
 les flèches qui déchirent ;
 
 
sous tes coups, les peuples s’abattront,
 
 
les ennemis du roi, frappés en plein cœur.

 
7
Ton trône est divin, un trône éternel ;
 
 
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
 
8
tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

 
 
Oui, Dieu, ton Dieu t’a consacré
 
 
d’une onction de joie,
 
 
 comme aucun de tes semblables ;
 
9
la myrrhe et l’aloès parfument ton vêtement.

 
 
Des palais d’ivoire, la musique t’enchante.
 
10
Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
 
 
à ta droite, la préférée, sous les ors d’Ophir.

 
          ~

Lectures du jour

Commentaire

Ils se mirent en route

En ces lendemains de Noël, nous en savons des choses.
Les textes des évangiles nous ont été remis en mémoire. Nous les avons reçus en lecture, en musique, en images, en contes aussi. Nous en savons même plus que notre passage de l’évangile de Matthieu, puisque nous avons entendu qu’il y avait trois mages et qu’ils s’appelaient Gaspard, Melchior et Balthazar, ce qu’ignore notre texte.

Mais les lignes pour ce jour de l’Epiphanie nous mettent en garde : ceux qui « savaient », les connaisseurs des textes prophétiques, les grands prêtres et les scribes, n’ont pas bénéficié de ce que l’événement de Noël pouvait leur apporter. Ils en sont restés à leur science, loin de Bethléem.
Par contre, les « mages venus d’Orient », ces chercheurs, ne se sont pas satisfaits des informations reçues à Jérusalem, « ils se mirent en route » vers celui dont la proximité allait leur procurer une « très grande joie ».
Leur joie est devenue adoration et généreuse confession de foi : de l’or pour le roi, de l’encens pour le Messie et de la myrrhe pour celui qui allait souffrir.

Les mages d’Orient nous invitent à les suivre jusqu’au bout de leur périple, jusqu’au moment où, bien guidés par les textes entendus, nous nous prosternons et adorons le Christ. C’est là qu’est la joie, pour nous aussi. Serions-nous de ces gens qui restent en retrait par rapport à ce que Dieu veut leur montrer et leur donner de vivre ?
Comme dit le cantique : « Allons donc tous avec les mages !»

Sujets de prière

Oraison

Seigneur notre Dieu,
tu as conduit jusqu’à ton Fils
les mages des nations païennes
et tu leur as révélé sa divinité.
Malgré les obscurités de notre vie,
nous te connaissons dans la foi.
Dirige notre marche par ta Parole faite chair,
lampe qui brille dans un lieu obscur,
jusqu’à ce que le jour commence à poindre
et que l’astre du matin se lève dans nos coeurs,
par le Christ notre Seigneur.

Cantique 32-07 (du recueil Alléluia)

O grâce magnifique