Mercredi 6 Janvier 2016

Temps

Temps de Noël

Semaine

Epiphanie du Sauveur

Complément

Psaume

Psaume 87 (86)

En toi, ville de Dieu, toutes nos sources

 
1
Elle est fondée sur les montagnes saintes. †

 
2
Le Seigneur aime les portes de Sion *
 
 
plus que toutes les demeures de Jacob.

 
3
Pour ta gloire on parle de toi,
 
 
   ville de Dieu ! *
 
4
« Je cite l’Égypte et Babylone
 
 
   entre celles qui me connaissent. »

 
 
Voyez Tyr, la Philistie, l’Éthiopie :
 
 
   chacune est née là-bas. *
 
5
Mais on appelle Sion : « Ma mère ! »
 
 
   car en elle, tout homme est né.

 
 
C’est lui, le Très-Haut, qui la maintient. †

 
6
Au registre des peuples, le Seigneur écrit :
 
 
   « Chacun est né là-bas. » *
 
7
Tous ensemble ils dansent, et ils chantent :
 
 
   « En toi, toutes nos sources ! »

Lectures du jour

Commentaire

… mais c’est de nuit.

C’est dans une période de désillusion que le prophète-poète adresse ces paroles à sa communauté. Rentrés dans leur ville sainte, les anciens exilés font face à toutes sortes de problèmes qui assombrissent leur joie de se retrouver chez eux. Sur le plan économique, politique et social, leur existence est précaire. Eux qui espéraient le retour depuis si longtemps, les voilà mêlés, pris de craintes: assurément, la reconstruction s’annonce plus difficile que prévu.

Dans ce trouble bien compréhensible, Esaïe fait retentir un chant d’espérance, comme s’il voulait anticiper la victoire sur tous les obstacles qui se dressent devant le renouveau.

Et ce chant d’espérance, les chrétiens le reprennent en ce temps de l’Epiphanie: «Debout, elle arrive, ta lumière!» La joie de l’attente de la venue du Sauveur n’est pas une euphorie optimiste, elle prend tout son relief si nous refusons de nous voiler la face devant tout ce qui est difficile dans notre monde et dans nos vies. Parce que nous faisons nôtre ce vers de Saint Jean de la Croix: «Je connais la source, elle coule, elle court, mais c’est de nuit», nous pourrons nous redresser, devenir capables de remettre debout ceux et celles qui croisent notre route.

Oraison

Seigneur notre Dieu,
tu as conduit jusqu’à ton Fils
les mages des nations païennes
et tu leur as révélé sa divinité.
Malgré les obscurités de notre vie,
nous te connaissons dans la foi.
Dirige notre marche par ta Parole faite chair,
lampe qui brille dans un lieu obscur,
jusqu’à ce que le jour commence à poindre
et que l’astre du matin se lève dans nos coeurs,
par le Christ notre Seigneur.

Cantique 32-07 (du recueil Alléluia)

O grâce magnifique