Lundi 5 Octobre 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 102 (101), 2-18

Ils passent. Tu demeures

 
2
Seigneur, entends ma prière :
 
 
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
 
3
Ne me cache pas ton visage
 
 
le jour où je suis en détresse !
 
 
Le jour où j’appelle, écoute-moi ;
 
 
viens vite, réponds-moi !

 
4
Mes jours s’en vont en fumée,
 
 
mes os comme un brasier sont en feu ;
 
5
mon cœur se dessèche comme l’herbe fauchée,
 
 
j’oublie de manger mon pain ;
 
6
à force de crier ma plainte,
 
 
ma peau colle à mes os.

 
7
Je ressemble au corbeau du désert,
 
 
je suis pareil à la hulotte des ruines :
 
8
je veille la nuit,
 
 
comme un oiseau solitaire sur un toit.
 
9
Le jour, mes ennemis m’outragent ;
 
 
dans leur rage contre moi, ils me maudissent.

 
10
La cendre est le pain que je mange,
 
 
je mêle à ma boisson mes larmes.
 
11
Dans ton indignation, dans ta colère,
 
 
tu m’as saisi et rejeté :
 
12
l’ombre gagne sur mes jours,
 
 
et moi, je me dessèche comme l’herbe.

 
          ~

 
13
Mais toi, Seigneur, tu es là pour toujours ;
 
 
d’âge en âge on fera mémoire de toi.
 
14
Toi, tu montreras ta tendresse pour Sion ;
 
 
il est temps de la prendre en pitié : l’heure est venue.
 
15
Tes serviteurs ont pitié de ses ruines,
 
 
ils aiment jusqu’à sa poussière.

 
16
Les nations craindront le nom du Seigneur,
 
 
et tous les rois de la terre, sa gloire :
 
17
quand le Seigneur rebâtira Sion,
 
 
quand il apparaîtra dans sa gloire,
 
18
il se tournera vers la prière du spolié,
 
 
il n’aura pas méprisé sa prière.

Lectures du jour

Commentaire

L’amertume d’une eau disqualifiée.

Mara est un nom géographique, lieu maudit de déception pour le voyageur.
Non potable, une eau amère, pleine de salpêtre ou de souffre, ne permet ni d’abreuver les animaux ni de donner à boire aux hommes. Les tribus du désert parcourent des territoires où les puits sont connus de tous, sauf ceux parfois cachés par des arpenteurs de type nabatéen.
Les points d’eau sont définis par leur qualité comme au verset 23: «ils atteignirent Amère, et ils ne purent boire l’eau de l’Amère car elle était amère, c’est pourquoi on appelle l’endroit «Amer».
L’arrivée à l’oasis dans le désert de Shur, est donc catastrophique pour Israël qui ne s’attendait pas à connaître l’amertume de cette source qui n’a d’égale que celle de l’exode.
C’est pourquoi, sur ordre de Dieu, posture de sorcier, geste de sourcier, Moïse jette un bois dans l’eau qui, de saumâtre, devient douce. Le miracle n’est pas celui du bâton, ni de l’eau, mais celui d’un surcroît de confiance devant l’imprévu.
Le découragement ne peut s’installer. Israël ne survivra que par un Autre. Tous doivent comprendre ce catéchisme de base.
En ce lieu, un statut constitutif est fixé pour le peuple et des droits sont aménagés avec Dieu.
A la prochaine étape, il y aura douze puits et septante palmiers: l’abondance du lendemain qui chante.
Ces chiffres composent un langage des nombres difficile à interpréter, trois fois quatre ou dix fois sept signifient un état de perfection divine et d’organisation naturelle.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
par la puissance de ta Parole, tu as tout créé
et par ton Esprit tu as renouvelé la terre.
Donne aujourd’hui l’eau vive
à tous ceux qui ont soif de toi,
pour qu’ils portent des fruits en abondance
dans ton règne de gloire.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 42 B (du recueil Alléluia)

Comme un cerf au loin soupire