vendredi 05 octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 129 (128)

Ils ne m’ont pas soumis

 
1
Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse,
 
 
   — à Israël de le dire — *
 
2
que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse :
 
 
   ils ne m’ont pas soumis !

 
3
Sur mon dos, des laboureurs ont labouré
 
 
   et creusé leurs sillons ; *
 
4
mais le Seigneur, le juste,
 
 
   a brisé l’attelage des impies.

 
5
Qu’ils soient tous humiliés, rejetés,
 
 
   les ennemis de Sion ! *
 
6
Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits,
 
 
   aussitôt desséchée !

 
7
Les moissonneurs n’en font pas une poignée,
 
 
   ni les lieurs une gerbe, *
 
8
et les passants ne peuvent leur dire :
 
 
   « La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! »

 
 
Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

Lectures du jour


Premier livre de Samuel, Chap. 30, v. 1-31

1
 Le troisième jour, David et ses hommes arrivent à Siclag. Or, les Amalécites ont lancé une attaque au sud de Juda et contre Siclag. Ils ont détruit la ville et l'ont brûlée.
2
 Ils ont fait prisonniers les femmes et les autres habitants, petits et grands, mais ils n'ont tué personne. Ils les ont pris et ils sont partis avec eux.
3
 Quand David et ses hommes arrivent à Siclag, ils trouvent la ville brûlée. Leurs femmes, leurs fils et leurs filles ont été emmenés.
4
 David et ses hommes se mettent à pleurer à haute voix. Ils continuent à pleurer tant qu'ils en ont la force.
5
 Même les deux femmes de David, Ahinoam, d'Izréel, et Abigaïl, veuve de Nabal, de Karmel, sont prisonnières.
6
 David se trouve dans une situation très difficile. En effet, ses hommes parlent de le tuer à coups de pierres: chacun est triste et lui en veut en pensant à ses fils et à ses filles. Pourtant, David reprend courage, grâce au Seigneur son Dieu.
7
 Il dit au prêtre Abiatar, fils d'Ahimélek: "S'il te plaît, apporte-moi les objets sacrés pour consulter le Seigneur." Abiatar les apporte.
8
 David demande au Seigneur: "Si je poursuis cette bande de pillards, est-ce que je pourrai les rattraper?" Le Seigneur répond: "Poursuis-les, tu les rattraperas et tu délivreras les prisonniers."
9
 David et ses 600 hommes partent. Ils arrivent au torrent du Bessor.
10
 À cet endroit, 200 hommes, trop fatigués pour traverser le torrent, s'arrêtent. David continue la route avec 400 hommes.
11
 Dans la campagne, les soldats rencontrent un jeune Égyptien et ils l'amènent à David. Ils lui donnent du pain à manger et de l'eau à boire.
12
 Ils lui donnent encore un gâteau de figues et deux grappes de raisin sec. Après qu'il a mangé, il retrouve des forces. En effet, il n'avait rien mangé ni bu depuis trois jours et trois nuits.
13
 David lui demande: "Tu appartiens à qui? D'où viens-tu?" Il répond: "Je suis un Égyptien, esclave d'un Amalécite. Mon maître m'a abandonné il y a trois jours parce que j'étais malade.
14
 C'est nous qui avons lancé des attaques contre le sud du pays des Crétois, des gens de Juda et des Calébites. Et nous avons brûlé la ville de Siclag."
15
 David lui demande: "Est-ce que tu veux bien me conduire auprès de cette bande de pillards?" Le jeune Égyptien répond: "Oui, mais à une condition: jure-moi devant Dieu que tu ne me tueras pas, ou que tu ne me livreras pas à mon maître. Alors je te conduirai auprès d'eux."
16
 L'Égyptien conduit David auprès des Amalécites. Ils sont partout dans la région. Ils sont en train de manger, de boire, de faire la fête avec les immenses richesses qu'ils ont prises au pays des Philistins et au pays de Juda.
17
 David les combat depuis le lever du soleil jusqu'au soir du jour suivant. Personne ne s'échappe, sauf 400 jeunes gens qui réussissent à fuir sur leurs chameaux.
18
 David sauve tout ce que les Amalécites ont pris. Il libère en particulier ses deux femmes.
19
 Personne ne manque: leurs fils et leurs filles, petits et grands, sont tous là, ainsi que les richesses. David retrouve tout ce que les Amalécites ont emporté.
20
 Il prend aussi leurs moutons, leurs chèvres et leurs bœufs. Ceux qui conduisent ces troupeaux disent: "Voilà ce que David a pris!"
21
 David retourne auprès des 200 hommes qui étaient trop fatigués pour le suivre. Il les a laissés près du torrent du Bessor. Ils viennent à la rencontre de David et de ses hommes. David s'avance avec sa troupe et les salue.
22
 À ce moment-là, tous les gens mauvais, et ceux qui ne valent rien parmi les hommes de David se mettent à dire: "Ils ne sont pas venus avec nous. Donc, ils ne recevront rien des richesses que nous avons reprises. Nous leur rendrons seulement leurs femmes et leurs enfants. Ils n'ont qu'à les prendre et à partir!"
23
 Mais David leur dit: "Mes frères, ne faites pas cela avec ce que le Seigneur nous a donné. Il nous a protégés, il nous a même livré la bande de pillards qui ont attaqué Siclag. 24 Personne ne peut être d'accord avec vous dans cette affaire. En effet, chacun doit recevoir sa part des richesses prises à l'ennemi: celui qui va au combat comme celui qui garde les bagages. Ensemble, ils partageront"."""
25
 Ce jour-là, David en fait une règle qui doit être appliquée en Israël. Elle est encore valable aujourd'hui.
26
 Quand David revient à Siclag, il envoie une partie des richesses prises aux Amalécites aux anciens de Juda qui sont ses amis. Il leur fait dire: "Voici un cadeau pour vous. C'est une partie des richesses prises aux ennemis du Seigneur."
27
 Il en envoie aussi aux anciens de Béthel, de Ramoth dans le Néguev, de Yattir, 28 aux anciens d'Aroër, de Sifmoth, d'Echtemoa,
29
 aux anciens de Rakal, des villes des Yeramélites et des Quénites,
30
 aux anciens de Horma, de Bor-Achan, d'Atak,
31
 aux anciens d'Hébron et de tous les endroits où David est passé avec ses soldats.

Commentaire

De la reconnaissance à la générosité

Voici un récit digne d’un film hollywoodien. Il y a des méchants qui mettent le feu, qui enlèvent. Ce sont de vrais méchants.
Face à eux, il y a le héros, David. Ses femmes ont été enlevées, les gens lui en veulent. Il est mis à mal. Pourtant, avec courage, il va rattraper les méchants, délivrer les otages et ainsi sortir victorieux.

En quoi ce récit peut-il nous parler ?
Attardons-nous sur le passage à propos de ceux qui n’ont pas pu participer aux combats : David partit avec six cents hommes ; pourtant deux cents, trop fatigués, sont restés en retrait.
Alors que le combat est gagné, ceux qui y ont participé estiment qu’ils ont droit à une plus grande part du butin que ceux qui sont restés à l’arrière. Cela ne serait a priori que justice.

David intervient et dit : « Vous n'agirez pas ainsi…, avec ce que le Seigneur nous a donné, lui qui nous a gardés » (v. 23).

Etre juste, c’est d’abord reconnaître que tout vient d’ailleurs, de Dieu. Alors nous n’avons pas droit à plus que les autres, tout est don. Ce principe nous décentre de nous-mêmes et nous invite à la générosité.
David a suivi ce chemin, c’est pourquoi il dit que chacun a droit à sa part, autant celui qui a combattu que celui qui a gardé le camp. Il n’y a pas de place plus importante qu’une autre, chacun a droit à sa part.
Et ce principe, dit la Bible, devient une règle, une règle qui pourrait nous guider encore aujourd’hui.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus,
au matin de ta passion tu t’es offert aux outrages de tes ennemis;
nous t’en prions, visite-nous en cette heure par ton amour,
afin que nous puissions trouver la paix dans les difficultés de l’existence
et la joie dans tout ce qui sert à ta louange,
toi qui règnes pour les siècles des siècles.

Cantique 47-03 (du recueil Alléluia)

Dans toutes nos détresses