mercredi 05 février 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 43 (42)

Jusqu’en ta demeure

 
1
Rends-moi justice, ô mon Dieu, défends ma cause
 
 
   contre un peuple sans foi ; *
 
 
de l’homme qui ruse et trahit,
 
 
   libère-moi.

 
2
C’est toi, Dieu, ma forteresse :
 
 
   pourquoi me rejeter ? *
 
 
Pourquoi vais-je assombri,
 
 
   pressé par l’ennemi ?

 
3
Envoie ta lumière et ta vérité :
 
 
   qu’elles guident mes pas *
 
 
et me conduisent à ta montagne sainte,
 
 
   jusqu’en ta demeure.

 
4
J’avancerai jusqu’à l’autel de Dieu,
 
 
   vers Dieu qui est toute ma joie ; *
 
 
je te rendrai grâce avec ma harpe,
 
 
   Dieu, mon Dieu !

5
Pourquoi te désoler, ô mon âme,
 
 
   et gémir sur moi ? *
 
 
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
 
 
   il est mon sauveur et mon Dieu !

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 9, v. 1-8

1
 Jésus monte dans la barque, il traverse le lac et il va dans sa ville.
2
 Des gens lui amènent un paralysé couché sur une natte. Quand Jésus voit leur foi, il dit au paralysé: "Reprends courage! Tes péchés sont pardonnés!"
3
 Quelques maîtres de la loi se mettent à penser: "Cet homme insulte Dieu!"
4
 Jésus sait ce qu'ils pensent et il leur dit: "Pourquoi avez-vous ces pensées mauvaises?
5
 Qu'est-ce qui est plus facile? Dire: "Tes péchés sont pardonnés", ou dire: "Lève-toi et marche"?
6
 Eh bien, vous devez le savoir: le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre." Alors Jésus dit au paralysé: "Lève-toi, prends ta natte et rentre chez toi."
7
 L'homme se lève et il rentre chez lui.
8
 Quand les foules voient cela, elles ont peur. Elles disent: "Gloire à Dieu! Il a donné un très grand pouvoir aux hommes!"

Commentaire

Effets multiples d’une autorité contestée !

A nouveau, comme dans tous les récits du chapitre précédent, il est question de l’autorité de Jésus. Cette fois, son autorité est confrontée au péché ; elle est mise au service du pardon.
Face au paralysé, la parole de Jésus est une parole qui bénit, envisage la vie dans son intégralité, une parole qui améliore les conditions de vie et qui met en marche, qui touche – dans le sens positif du terme !
Et pourtant, cette parole ne va pas sans poser problème. D’emblée, elle suscite la contestation. L’autorité de Jésus est mise en question de la manière la plus brutale qui soit : on l’accuse de blasphème !
Une accusation de blasphème, quelle que soit l’époque, c’est censé être la parole ultime, celle qui cloue le bec de manière définitive, celle qui réduit à néant toute tentative de justification !
L’accusation de blasphème avait pour but de contrer l’effet de la parole de Jésus… mais c’est raté, et largement ! Car l’effet de l’autorité de Jésus va s’en trouver multiplié. Il n’est plus question seulement de péché pardonné, mais aussi de guérison (lève-toi et marche !) et d’autonomie retrouvée (rentre chez toi !).
Mais l’effet bénéfique ne s’arrête pas là. L’autorité de Jésus touche également les foules, dans une double perspective, celle de la crainte et celle de l’adoration.

Sujets de prière

Oraison

Dieu,
tu fais ta demeure dans les cœurs droits et sincères :
accorde-nous de vivre selon ta volonté d’amour,
afin que tu puisses habiter en nous,
par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 47-12 (du recueil Alléluia)

Il faut qu'en Dieu l'on se confie