samedi 04 juin 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118), 9-16

De quel amour j’aime ta loi !

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 17, v. 14-27

14
 Jésus et ses disciples arrivent près de la foule. Un homme s'approche de Jésus et il se met à genoux devant lui.
15
 Il dit: "Seigneur, aie pitié de mon fils. Il a un esprit qui le secoue et il souffre beaucoup. Souvent il tombe dans le feu ou dans l'eau.
16
 Je l'ai amené à tes disciples, mais ils n'ont pas pu le guérir."
17
 Jésus répond: "Vous, les gens d'aujourd'hui, vous n'avez pas la foi, vous faites le mal! Je vais rester avec vous combien de temps encore? Je vais vous supporter combien de temps encore? Amenez-moi l'enfant ici!"
18
 Jésus menace l'esprit mauvais, et il sort de l'enfant. Au même moment, l'enfant est guéri.
19
 Quand les disciples sont seuls avec Jésus, ils s'approchent de lui et lui disent: "Et nous, nous n'avons pas pu chasser cet esprit. Pourquoi donc?"
20
 Jésus leur répond: "Parce que vous n'avez pas beaucoup de foi. Je vous le dis, c'est la vérité: si votre foi est aussi petite qu'une graine, vous pourrez dire à cette montagne: Pars d'ici et va là-bas", et elle le fera. Rien ne sera impossible pour vous."
21
 []"
22
 Les disciples sont réunis en Galilée. Jésus leur dit: "Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes.
23
 Ils vont le faire mourir, et le troisième jour, il se réveillera de la mort." Les disciples sont tout tristes à cause de cela.
24
 Jésus et ses disciples arrivent à Capernaüm. Ceux qui font payer l'impôt du temple s'approchent de Pierre et lui demandent: "Est-ce que votre maître paie l'impôt du temple?"
25
 Pierre répond: "Oui." Ensuite il va dans la maison. Aussitôt, Jésus prend la parole et il dit à Pierre: "Simon, qu'est-ce que tu en penses? Qui doit payer les impôts et les taxes aux rois de ce monde? Est-ce que ce sont les gens du pays ou les étrangers?"
26
 Pierre répond: "Les étrangers." Jésus lui dit: "Donc, les gens du pays ne sont pas obligés de payer?
27
 Mais ceux qui font payer l'impôt du temple ne comprendront pas cela. C'est pourquoi, va pêcher dans le lac. Prends le premier poisson qui viendra, ouvre-lui la bouche. Tu trouveras une pièce d'argent. Prends-la et donne-la pour payer mon impôt et le tien."

Commentaire

Les disciples se font secouer !

L’absence de confiance irrite Jésus qui constate que ses disciples n’ont même pas un minimum de confiance, symbolisée par la graine de moutarde.
Dur à entendre, le reproche de Jésus pourrait résonner comme un jugement. Comme les disciples, nous avons sans doute fait l’expérience amère de la prière non exaucée : pour un malade qui n’a pas guéri ou pour un autre sujet. Etait-ce à cause de notre manque de foi ? Cette question ressentie comme un jugement ne fera qu’accentuer la souffrance que nous ressentons déjà !

Rentrant de cette guérison, Jésus assène à ses disciples une parole qu’ils ne veulent pas entendre : cela va aller mal pour le «Fils de l’homme» !
De plus, voilà le fisc qui débarque !... C’est l’occasion pour Jésus de proposer une mise en perspective originale de l’impôt. Au premier siècle, de nombreux impôts et taxes alourdissaient la vie en Palestine : don dû au temple, impôt impérial, péages et droits divers. Qu’on pût y échapper scandalisait les fonctionnaires chargés de les percevoir, hier comme aujourd’hui. Mais là n’est pas le vrai scandale que Jésus invite Pierre à découvrir. Inutile de «scandaliser» des fonctionnaires à œillères pour une broutille qu’un poisson peut résoudre (les lettres du mot poisson, en grec, sont une confession de foi : «Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur». Clin d’œil : le vrai scandale, la pierre d’achoppement qui va secouer les disciples et l’Eglise, est celui annoncé au v. 22. Prière de ne pas confondre !

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
dans ta bonté inépuisable,
tu fais pour nous bien au-delà
de ce que nous osons imaginer et demander;
fais grandir notre foi à la mesure de ton amour,
et que le Christ habite dans nos cœurs
pour les renouveler à la gloire de ton saint nom.

Cantique 47-15 (du recueil Alléluia)

C'est par la foi que devant nous