jeudi 04 janvier 2018

Temps

Temps de Noël

Semaine

Jeudi après l'octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 145 (144), 1-9

Tu rassasies avec bonté tout ce qui vit

 
1
Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
 
 
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

 
2
Chaque jour je te bénirai,
 
 
je louerai ton nom toujours et à jamais.
 
3
Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;
 
 
à sa grandeur, il n’est pas de limite.

 
4
D’âge en âge, on vantera tes œuvres,
 
 
on proclamera tes exploits.
 
5
Je redirai le récit de tes merveilles,
 
 
ton éclat, ta gloire et ta splendeur.

 
6
On dira ta force redoutable ;
 
 
je raconterai ta grandeur.
 
7
On rappellera tes immenses bontés ;
 
 
tous acclameront ta justice.

 
8
Le Seigneur est tendresse et pitié,
 
 
lent à la colère et plein d’amour ;
 
9
la bonté du Seigneur est pour tous,
 
 
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 3, v. 16-21

16
Oui, Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. Ainsi, tous ceux qui croient en lui ne se perdront pas loin de Dieu, mais ils vivront avec lui pour toujours.
17
En effet, Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais il l'a envoyé pour qu'il sauve le monde.
18
Celui qui croit au Fils n'est pas condamné. Mais celui qui ne croit pas, celui-là est déjà condamné parce qu'il n'a pas cru au Fils unique de Dieu.
19
Et voici comment on est condamné : la lumière est venue dans le monde, mais les gens ont préféré la nuit à la lumière parce qu'ils font le mal.
20
Tous ceux qui font le mal détestent la lumière et ils ne vont pas vers la lumière. En effet, ils ont peur qu'on découvre leurs mauvaises actions.
21
Mais ceux qui font la volonté de Dieu vont vers la lumière. Ainsi, on voit clairement ce qu'ils font, on voit qu'ils obéissent à Dieu. "

Commentaire

Oser la confiance

Il a aimé le monde. Il a envoyé son Fils, non pour juger mais pour sauver. Encore une parole qui peut déstabiliser Nicodème, lui qui craint d’être jugé par ses coreligionnaires, lui fin connaisseur de la loi et des observances, lui tellement habitué à juger autrui. Or Jésus n’est pas là pour juger – Nicodème a dû recevoir cette parole en pleine figure. À lui qui réduit tout à l’obéissance, Jésus se présente comme une histoire d’amour pour le monde, et non d’un ciel à gagner à la force du poignet, par un effort de volonté. En tout cela, Jésus lui parle de croire ou ne pas croire.
Le jugement consiste dans le manque de foi et non dans la désobéissance. Jésus ramène le jugement à l’instant présent : « Qui ne croit pas est déjà jugé. » C’est tout le système du pharisien qui entre en crise. Une seule solution lui reste : s’ouvrir à la foi.
Le salut n’est pas seulement à perdre ou à gagner dans l’au-delà. Il est maintenant dans ton adhésion à la personne du Fils unique de Dieu. Le salut n’est pas (seulement) dans la banque des bonnes actions réalisées. Il est maintenant dans cet acte de confiance en ce Dieu qui aime le monde. Quand mes schémas entrent en crise, c’est ton amour qui se présente pour m’offrir ta lumière.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu, qui as tant aimé le monde que tu lui as donné ton Fils unique, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle, augmente et fortifie notre foi; qu’elle soit fermement fondée sur le mystère du Verbe fait chair, et qu’ainsi nous ayons part à la victoire de ton amour, par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 44-04 (du recueil Alléluia)

A toi, Jésus, mon Rédempteur