lundi 04 janvier 2016

Temps

Temps de Noël

Semaine

Lundi après l'octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 145 (144)

Tu rassasies avec bonté tout ce qui vit

 
1
Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,
 
 
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

 
2
Chaque jour je te bénirai,
 
 
je louerai ton nom toujours et à jamais.
 
3
Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;
 
 
à sa grandeur, il n’est pas de limite.

 
4
D’âge en âge, on vantera tes œuvres,
 
 
on proclamera tes exploits.
 
5
Je redirai le récit de tes merveilles,
 
 
ton éclat, ta gloire et ta splendeur.

 
6
On dira ta force redoutable ;
 
 
je raconterai ta grandeur.
 
7
On rappellera tes immenses bontés ;
 
 
tous acclameront ta justice.

 
8
Le Seigneur est tendresse et pitié,
 
 
lent à la colère et plein d’amour ;
 
9
la bonté du Seigneur est pour tous,
 
 
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

 
10
Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
 
 
et que tes fidèles te bénissent !
 
11
Ils diront la gloire de ton règne,
 
 
ils parleront de tes exploits,

 
12
annonçant aux hommes tes exploits,
 
 
la gloire et l’éclat de ton règne :
 
13
ton règne, un règne éternel,
 
 
ton empire, pour les âges des âges.

 
 
Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit,
 
 
fidèle en tout ce qu’il fait.
 
14
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent,
 
 
il redresse tous les accablés.

 
15
Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
 
 
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
 
16
tu ouvres ta main :
 
 
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

 
17
Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
 
 
fidèle en tout ce qu’il fait.
 
18
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
 
 
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

 
19
Il répond au désir de ceux qui le craignent ;
 
 
il écoute leur cri : il les sauve.
 
20
Le Seigneur gardera tous ceux qui l’aiment,
 
 
mais il détruira tous les impies.

 
21
Que ma bouche proclame les louanges du Seigneur ! *
 
 
Son nom très saint, que toute chair le bénisse
 
 
 toujours et à jamais !

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 42, v. 10-16

10
Chantez au Seigneur un chant nouveau. Du bout du monde, chantez sa louange, vous qui voyagez sur la mer, vous qui la remplissez, et vous, les peuples éloignés.
11
Qu'on entende des chants dans les lieux habités du désert, dans les campements des nomades de Quédar ! Que les habitants de la Roche montrent leur joie, qu'ils poussent des cris de joie du sommet des montagnes !
12
Que les peuples éloignés rendent gloire au Seigneur, qu'ils chantent à haute voix sa louange !
13
Le Seigneur s'avance comme un soldat courageux, comme un combattant il rassemble son courage. Il pousse un puissant cri de guerre, il agit comme un soldat courageux contre ses ennemis.
14
Le Seigneur dit : " Depuis longtemps, j'ai gardé le silence, je suis resté sans rien dire. Mais maintenant, je vais crier. Comme une femme au moment d'accoucher, je gémis, je manque de souffle, je respire mal.
15
Je vais détruire montagnes et collines, et y faire sécher tout ce qui pousse. Je vais changer les fleuves en terre solide et vider l'eau des lacs.
16
Je vais conduire les aveugles sur une route inconnue, je vais les faire marcher sur des chemins qu'ils ne connaissent pas. Devant eux, je vais changer la nuit en lumière, je vais enlever les obstacles sous leurs pieds. Voilà ce que je veux faire, je n'abandonnerai pas ce projet.

Commentaire

Un chant nouveau

Les décors de Noël sont en passe d’être rangés jusqu’au mois de décembre. Mais les cantiques de la fête murmurent encore dans notre cœur: «D’un cœur joyeux chantez!...», «Je viens à vous du haut des cieux…», «Nuit lumineuse, nuit bienheureuse», et combien d’autres, plus populaires…
Cela suscite de beaux souvenirs, réveille des nostalgies et remue l’espérance enfouie. Esaïe invite à entonner un «chant nouveau» qui dure toute l’année: celui qui célèbre Dieu avec la création et tous les croyants. Car sa grandeur est trop souvent oubliée. Alors sa colère, qui n’est que le revers de son amour, se déchaîne: mais ce n’est jamais son dernier mot.
Si notre louange est mince, n’est-ce pas parce que nous voyons Dieu anodin? Aurions-nous un Seigneur petit? Avons-nous oublié sa puissance de création, l’immense force de son amour que rien ne rebute? N’aurions-nous donc aucun motif de reconnaissance et d’humilité?
Il arrive que parfois nous n’ayons pas le cœur à chanter, nous n’allions pas bien, et le monde non plus. Mais ne nous laissons pas aveugler par le mal.
Tout en le combattant, sachons que ce n’est pas lui qui aura le dernier mot de la vie.
Oui, peuple des croyants, réveille-toi, lève-toi et ouvre ton cœur à celui qui vient! Que Dieu dirige ton regard sur l’Enfant qu’il nous donne afin que tu découvres en lui l’immense majesté de sa grâce.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu, Père très bon,
qui as tout accompli en ton Fils pour notre salut,
fais-nous la grâce de discerner
les signes de ton Royaume
et de marcher vers son accomplissement.
Nous te le demandons par les promesses
que tu nous as faites dans le nom béni de Jésus,
le Christ, notre Sauveur.

Cantique 98 (du recueil Alléluia)

Entonnons un nouveau cantique