samedi 04 août 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Ps 119, 113-120

113 Je hais les cœurs partagés ;

j’aime ta loi.

114 Toi, mon abri, mon bouclier !

J’espère en ta parole.

115 Écartez-vous de moi, méchants :

je garderai les volontés de mon Dieu.

116 Que ta promesse me soutienne, et je vivrai :

ne déçois pas mon attente.

117 Sois mon appui : je serai sauvé ;

j’ai toujours tes commandements devant les yeux.

118 Tu rejettes ceux qui fuient tes commandements :

leur ruse les égare.

119 Tu mets au rebut tous les impies de la terre ;

c’est pourquoi j’aime tes exigences.

120 Ma chair tremble de peur devant toi :

tes décisions m’inspirent la crainte.

Lectures du jour


Deutéronome, Chap. 34, v. 1-12

1
 Moïse monte des plaines de Moab sur le mont Nébo, sur le sommet de la Pisga, qui est en face de Jéricho. Le Seigneur lui montre tout le pays: la région de Galaad jusqu'à Dan,
2
 la région de Neftali, d'Éfraïm, de Manassé, la région de Juda jusqu'à la mer Méditerranée.
3
 Il lui montre encore la région du Néguev et, dans la plaine du Jourdain, la vallée de Jéricho, la ville des palmiers, jusqu'à Soar.
4
 Le Seigneur lui dit: "Voici le pays que j'ai promis à Abraham, à Isaac et à Jacob en leur disant: "Je donnerai ce pays aux enfants de vos enfants." Je te le montre, mais tu n'y entreras pas."
5
 Moïse, le serviteur du Seigneur, meurt à cet endroit, dans le pays de Moab, comme le Seigneur l'a dit.
6
 Le Seigneur l'enterre dans une vallée de Moab, en face de Beth-Péor. Mais aujourd'hui encore, personne ne sait où se trouve sa tombe.
7
 Quand Moïse meurt, il a 120 ans. Pourtant, il voit encore très clair et il est plein de force.
8
 Les Israélites pleurent Moïse dans les plaines de Moab pendant trente jours, jusqu'à la fin du deuil.
9
Josué, fils de Noun, est rempli de sagesse parce que Moïse a posé les mains sur sa tête. Les Israélites l'écoutent, ils font ce que le Seigneur a commandé à Moïse.
10
 En Israël, personne n'a plus jamais rencontré un prophète comme Moïse: le Seigneur parlait avec lui face à face.
11
 Il l'a envoyé faire des actions extraordinaires en Égypte, devant le roi, devant tous ses ministres et devant tout son peuple.
12
 Moïse avait un grand pouvoir et il a agi avec une puissance terrible sous les yeux de tous les Israélites.

Commentaire

Sans sépulture

L’homme du don de la Loi. L’homme de la sortie d’Egypte. L’homme qui mène son peuple aux portes de la terre promise. Moïse meurt sans sépulture. Ni mausolée, ni pyramide. Tout un symbole.
Celui que le judaïsme reconnaît comme son fondateur ne devient pas l’objet d’un culte. Pour son peuple, il deviendra le plus grand des prophètes, le législateur indépassable, le libérateur d’Egypte, le futur modèle des juges et des rois et l’homme d’une incomparable proximité avec Dieu.
Et pourtant, nul lieu pour sacraliser son souvenir et vénérer sa mémoire !
Car ce qui compte, c’est la poursuite de ce qu’il a commencé.
Josué (Yochoua ou Yechoua) est le premier qui s’attelle à la tâche. Et puis, un jour, un autre Yechoua (Jésus en français) entre dans la grande tradition de Moïse. L’homme de Nazareth annonce et pratique prophétiquement le règne de la proximité de Dieu ; il recentre la loi sur le double (le triple) commandement de l’amour de Dieu et du prochain (comme soi-même); il lutte pour libérer les humains de leurs enfermements, de leurs peurs et de leurs esclavages ; son jugement se fait lucidité qui pardonne et sa royauté se manifeste paradoxalement sur la croix ; son intimité avec Dieu est telle qu’il se révèle son Fils.
Quand ses amies iront au cimetière pour sacraliser son souvenir et vénérer sa mémoire, elles s’entendront dire qu’il n’est plus ici, mais qu’il les attend chez elles, en Galilée.
Vraiment, ce qui compte, c’est la poursuite de ce qu’il a commencé.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,
nous rappelons la mémoire
de tous ceux qui sont morts dans la foi,
depuis le temps d’Abel le juste
et jusqu’à aujourd’hui:
tu leur donnes le repos dans la lumière,
loin de la tristesse,
là où resplendit la clarté de ta face;
conduis dans la paix la fin de notre vie,
et rassemble-nous bientôt dans ton Royaume,
par le Christ, notre Seigneur.

Cantique 66 (du recueil Alléluia)

Vous tous les peuples de la terre