mardi 31 mai 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Ordinaire

Complément

Psaume

Psaume 81 (80)

Si mon peuple m’écoutait

 
2
Criez de joie pour Dieu, notre force,
 
 
acclamez le Dieu de Jacob.

 
3
Jouez, musiques, frappez le tambourin,
 
 
la harpe et la cithare mélodieuse.
 
4
Sonnez du cor pour le mois nouveau,
 
 
quand revient le jour de notre fête.

 
5
C’est là, pour Israël, une règle,
 
 
une ordonnance du Dieu de Jacob ;
 
6
Il en fit, pour Joseph, une loi
 
 
quand il marcha contre la terre d’Égypte.

 
 
J’entends des mots qui m’étaient inconnus : †
 
7
« J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ;
 
 
ses mains ont déposé le fardeau.

 
8
« Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé ; †
 
 
je répondais, caché dans l’orage,
 
 
je t’éprouvais près des eaux de Mériba.

 
9
« Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ;
 
 
vas-tu m’écouter, Israël ?
 
10
Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux,
 
 
tu ne serviras aucun dieu étranger.

 
11
« C’est moi, le Seigneur ton Dieu, †
 
 
qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte !
 
 
Ouvre ta bouche, moi, je l’emplirai.

 
12
« Mais mon peuple n’a pas écouté ma voix,
 
 
Israël n’a pas voulu de moi.
 
13
Je l’ai livré à son cœur endurci :
 
 
qu’il aille et suive ses vues !

 
14
« Ah ! Si mon peuple m’écoutait,
 
 
Israël, s’il allait sur mes chemins !
 
15
Aussitôt j’humilierais ses ennemis,
 
 
contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

 
16
« Mes adversaires s’abaisseraient devant lui ;
 
 
tel serait leur sort à jamais !
 
17
Je le nourrirais de la fleur du froment,
 
 
je le rassasierais avec le miel du rocher ! »

Lectures du jour

Commentaire

Garder la confiance dans la marche de la foi

Le repas messianique est terminé. Ce que Jésus a accompli jusqu’ici ne suffit pas. Le Christ est confronté à des adversaires qui veulent un signe venant du ciel. Ses disciples ont de la peine à comprendre ses paroles et à lui faire confiance.

Dans un cheminement de foi, il arrive que les moments forts soient vite oubliés quand on se (re)trouve dans l’adversité. J’aimerais que tout soit évident : les choix à faire, les actions à entreprendre. J’aimerais sentir un Dieu fort qui me porte et écarte les difficultés. Finalement, je ressemble aux adversaires de Jésus qui ne se contentent pas des signes donnés jusqu’ici. Je suis comme les disciples qui ne comprennent pas et peinent à faire confiance.

Je ne reçois que le signe de Jonas : le Christ mort sur la croix, ressuscité, mais insaisissable. Rechercher Dieu au ciel nous fait oublier qu’il est avec nous comme le compagnon invisible de nos existences. Ce «levain des pharisiens et des sadducéens» dont Jésus demande de se garder, c’est l’attitude spirituelle qui consiste à oublier le regard confiant de la foi et retomber dans un regard humain : rechercher le spectaculaire et le succès au point de ne plus voir la présence et l’action de Dieu dans ma vie, finir par déplorer son «absence». Sans remarquer que Dieu nous donne jour après jour, et parfois providentiellement, ce dont nous avons besoin.

La voix du Christ m’interpelle : «Tu ne comprends pas encore ? Tu ne te rappelles pas comment je t’ai porté au fil de ta vie ?»

Sujets de prière

Oraison

Père tout-puissant
qui nous as donné ton Fils unique mort pour nos péchés et ressuscité pour notre justification,
purifie-nous entièrement du vieux levain de la malice et de la méchanceté,
pour que nous vivions toujours à ton service, dans la sincérité et la vérité;
par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 36-02 (du recueil Alléluia)

Que ton Eglise fasse honneur