jeudi 31 août 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 71 (70), 16-24

Tu me feras vivre à nouveau

 
16
Je revivrai les exploits du Seigneur
 
 
en rappelant que ta justice est la seule.
 
17
Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse,
 
 
jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.

 
18
Aux jours de la vieillesse et des cheveux blancs,
 
 
ne m’abandonne pas, ô mon Dieu ;
 
 
et je dirai aux hommes de ce temps ta puissance,
 
 
à tous ceux qui viendront, tes exploits.

 
19
Si haute est ta justice, mon Dieu, †
 
 
toi qui as fait de grandes choses :
 
 
Dieu, qui donc est comme toi ?

 
20
Toi qui m’as fait voir tant de maux et de détresses,
 
 
tu me feras vivre à nouveau,
 
 
à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre, *
 
21
tu m’élèveras et me grandiras,
 
 
 tu reviendras me consoler.

 
22
Et moi, je te rendrai grâce sur la harpe
 
 
 pour ta vérité, ô mon Dieu ! *
 
 
Je jouerai pour toi de ma cithare,
 
 
 Saint d’Israël !

 
23
Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi,
 
 
et dans mon âme que tu as rachetée !
 
24
Alors, tout au long du jour,
 
 
 ma langue redira ta justice ; *
 
 
c’est la honte, c’est l’infamie
 
 
 pour ceux qui veulent mon malheur.

Lectures du jour


Livre des Psaumes, Chap. 78, v. 36-52

36
 Mais leur bouche le trompait, leur langue lui mentait.
37
 Leur cœur n'était pas solidement attaché à lui, ils n'étaient pas fidèles à son alliance.
38
 Et lui, plein de tendresse, il pardonnait leurs fautes, il ne les faisait pas mourir. Il retenait souvent sa colère, il la laissait dormir.
39
 Dieu se souvenait que nos ancêtres étaient seulement des êtres humains: un souffle qui s'en va et qui ne revient plus.
40
 Dans le désert, nos ancêtres se sont souvent révoltés contre Dieu, ils ont commis des fautes contre lui dans ces endroits secs.
41
 Ils ont recommencé à provoquer Dieu, à mettre en colère le Dieu saint d'Israël.
42
 Ils ont oublié ce qu'il avait fait pour eux, le jour où il les avait délivrés de leurs ennemis.
43
 Ils ont oublié ses actions étonnantes en Égypte et les choses extraordinaires qu'il avait réalisées dans la région de Soan:
44
 Dieu a changé l'eau des canaux en sang, les Égyptiens ne pouvaient plus la boire.
45
 Il a envoyé contre ce peuple des mouches piquantes qui mordaient les gens, et des grenouilles qui les empêchaient de vivre.
46
 Il a livré leurs récoltes aux criquets, et le produit de leur travail, Dieu l'a laissé aux sauterelles.
47
 Il a détruit leurs vignes par la grêle et leurs figuiers sauvages par le froid.
48
 Il a abandonné leurs bœufs et leurs moutons à la grêle, et leurs troupeaux à la foudre.
49
 Dieu a lancé, contre les Égyptiens, sa colère brûlante comme le feu, il ne l'a pas retenue. Il leur a envoyé une troupe d'anges de malheur.
50
 Il a laissé sa colère agir librement, il n'a pas protégé les Égyptiens contre la mort, il les a livrés à une épidémie de peste.
51
 Dieu a fait mourir tous leurs fils aînés, eux qui étaient les premiers fruits de la puissance de leur père dans la famille de Cham.
52
 Puis il a fait partir son peuple comme un troupeau, il a guidé les Israélites dans le désert comme des moutons.

Commentaire

« … Et lui, miséricordieux, il pardonnait ! »

On est bien étonnés de ce que le psalmiste revienne abondamment sur les plaies d’Egypte (v. 43 à 51) alors que, résistance du pharaon liquidée, nous sommes déjà depuis longtemps dans le désert psalmodiant sur les chemins de l’Exode.
On pourrait penser que le maître chantre s’est mélangé les feuillets, la place de celui-ci étant plus opportune après les v. 12-13. Mais si l’on prend le psaume comme il nous est livré, on peut discerner une intention théologique pertinente : suggérer que l’histoire du peuple de Dieu est faite de retours en arrière, d’allers-retours comme la navette du tisserand, de recommencements et de refondations.
Le défilé des plaies d’Egypte rappelle la puissance et la persévérance de Dieu contre ses ennemis. Trop peu pour impressionner Israël ?...
Alors le Seigneur investit sa force dans l’amour : le pardon fait de compassion (39) couvrira l’offense. À l’ingratitude de ce peuple angoissé, il oppose la bénédiction en chemin et au but.

En quoi nos pères israélites ont-ils été récalcitrants et infidèles ? En quoi nous-mêmes pourrions-nous être taxés, dans le ciel, d’« engeance de rebelles » ?
Etre rebelle, pour Israël au désert, n’était-ce pas avant tout une perte de confiance dans le projet de Dieu ? Une manière de chercher à être soi-même son propre maître, pensant pouvoir nous passer de Dieu ? Mais alors nos pères nous ressemblent … Même si certains d’entre eux, frères et sœurs aînés dans la foi – patriarches, prophètes, apôtres du Christ vivant, témoins et martyrs – ont rempli à notre égard le mandat du psaume 78 : « Transmettez plus loin ! ».

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
éclaire par ton Saint-Esprit
nos esprits et nos cœurs
pour que nous puissions considérer
la fin de toutes choses,
et qu’attentifs aux signes du monde qui vient,
nous sachions te servir fidèlement
dans ce monde qui passe,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

Cantique 74 (du recueil Alléluia)

Pourquoi sur nous...