Mardi 30 Octobre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 131 (130)

Comme un petit enfant

 
1
Seigneur, je n’ai pas le cœur fier
 
 
   ni le regard ambitieux ; *
 
 
je ne poursuis ni grands desseins,
 
 
   ni merveilles qui me dépassent.

 
2
Non, mais je tiens mon âme
 
 
   égale et silencieuse ; *
 
 
mon âme est en moi comme un enfant,
 
 
   comme un petit enfant contre sa mère.

 
3
Attends le Seigneur, Israël, *
 
 
   maintenant et à jamais.

Lectures du jour

Commentaire

Comme vous voudrez, Majesté ! Mais …

Ce récit suscite beaucoup de questions. En quoi ce recensement constitue-t-il une faute ? On pourrait considérer qu’il s’agit simplement d’un acte de commandement selon l’adage « Commander, c’est prévoir » : les forces actives suffisent-elles, sinon quelles sont les forces de recrue à lever cas échéant ?
Mais un pareil recensement des hommes aptes au service contredisait foncièrement la nature même de la « guerre sainte » (« Les guerres de Yahweh ») dans laquelle le Seigneur lui-même se réservait de protéger Israël. « Le roi du peuple de Dieu ne doit pas compter sur le grand nombre de ses soldats mais sur la puissance de son Dieu » précise en note la version Français Courant. De plus, le récit rapporte que la volonté du roi a passé outre aux objections de son général Joab, choqué de constater, chez son roi, « l’Oint du Seigneur », un tel manque de confiance en Dieu.

« Ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » (Jn 11,40), dit Jésus à Marthe, murée dans son sentiment d’échec suite à la mort de son frère Lazare.

Mais voilà, David reçoit les chiffres demandés ! Ses tabelles d’effectifs, minutieuses, il les a en mains : est-il rassuré ? Le récit se termine abruptement sur un silence désapprobateur.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
dont l’amour paternel étreint l’univers entier
et qui te reposes avec complaisance
dans les cœurs pacifiques,
accorde à tous les tiens la paix et la charité mutuelles,
une affection fidèle et des paroles sincères;
préserve-nous de toute infraction à la loi d’amour,
qui nous lie comme à des frères
à tous ceux dont tu es le Père.
Exauce-nous, toi qui es béni aux siècles des siècles.

Cantique 67A (du recueil Alléluia)

Que Dieu nous bénisse et nous garde