lundi 30 mars 2020

Temps

Temps du carême

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 141 (140)

L’offrande du soir

 
1
Seigneur, je t’appelle : accours vers moi !
 
 
Écoute mon appel quand je crie vers toi !
 
2
Que ma prière devant toi s’élève comme un encens,
 
 
et mes mains, comme l’offrande du soir.

 
3
Mets une garde à mes lèvres, Seigneur,
 
 
veille au seuil de ma bouche.
 
4
Ne laisse pas mon cœur pencher vers le mal
 
 
ni devenir complice des hommes malfaisants.

 
 
Jamais je ne goûterai leurs plaisirs :
 
5
que le juste me reprenne et me corrige avec bonté.
 
 
Que leurs parfums, ni leurs poisons, ne touchent ma tête !
 
 
Ils font du mal : je me tiens en prière.

 
6
Voici leurs juges précipités contre le roc,
 
 
eux qui prenaient plaisir à m’entendre dire :
 
7
« Comme un sol qu’on retourne et défonce,
 
 
nos os sont dispersés à la gueule des enfers ! »

 
8
Je regarde vers toi, Seigneur, mon Maître ;
 
 
tu es mon refuge : épargne ma vie !
 
9
Garde-moi du filet qui m’est tendu,
 
 
des embûches qu’ont dressées les malfaisants.

Lectures du jour


Job, Chap. 23, v. 1-17

1
 Alors Job a répondu:
2
 "Je suis toujours révolté contre Dieu et je continue à me plaindre. Pourtant le malheur que Dieu m'envoie est plus grand que ma plainte.
3
 Je voudrais bien savoir où Dieu se trouve! J'irais jusqu'à sa maison!
4
 Je lui présenterais ma défense, j'aurais beaucoup de reproches à lui faire.
5
 Je connaîtrais ses réponses, je comprendrais ce qu'il me dirait.
6
 Est-ce qu'il m'attaquerait brutalement? Non, il m'écouterait avec attention.
7
 Dieu reconnaîtrait une chose: celui qui discute avec lui est un homme droit. Et lui, qui est mon juge, me rendrait justice une fois pour toutes.
8
 Mais si je vais à l'est, Dieu n'y est pas. Si je vais à l'ouest, je ne le trouve pas.
9
 Est-ce qu'il est occupé au nord? Je ne le vois pas. Quand je reviens au sud, je ne l'aperçois pas.
10
 Pourtant, il connaît bien le chemin que je prends. S'il me fait passer par le feu de la souffrance, j'en sortirai pur comme l'or.
11
 J'ai suivi fidèlement ses traces, j'ai gardé sa route sans m'éloigner.
12
 Je ne me suis pas écarté de ses commandements, j'ai gardé dans mon cœur tout ce qu'il m'ordonnait.
13
 Mais c'est lui qui décide. Qui peut le faire changer d'avis? Ce qui lui plaît, il le fait.
14
 Il réalisera donc jusqu'au bout ce qu'il a décidé contre moi, et il a beaucoup d'autres idées comme celles-là.
15
 C'est pourquoi je suis effrayé devant lui. Plus je réfléchis, plus j'ai peur de lui.
16
 Dieu me décourage, le Tout-Puissant me fait trembler de peur.
17
 Pourtant, malgré la nuit, malgré l'obscurité qui me couvre, je n'ai pas gardé le silence."

Commentaire

Entre audace et crainte, ne pas renoncer à défendre ses certitudes …

Après l’intervention de Bildad – les fautes se paient tôt ou tard – celle de Sophar – une exhortation à revenir à Dieu – celle d’Eliphaz – le méchant n’échappera pas – Job réplique par la célèbre tirade «Je sais bien, moi, que mon Défenseur est vivant et que sur la terre il aura le dernier mot» (Jb 19,25 s.).
Aux trois amis qui reprennent leur charge censément bien intentionnée, Job réplique en mettant sur Dieu la faute: il s’obstine à refuser d’entrer avec moi dans le dialogue clarificateur que je lui demande depuis si longtemps.
La plainte de Job est, en réalité, une attitude de rébellion. Et c’est non seulement contre ses amis qu’il se dresse en brandissant la proclamation de sa non-culpabilité, mais contre Dieu lui-même, l’auteur de sa misère. C’est en termes de procès judiciaire qu’il l’interpelle. Si toutefois l’homme ne peut obliger Dieu à comparaître devant un tribunal, il peut en tout temps formuler une requête d’audience – quoique la créature mortelle ne possède aucune technique qui lui permette de convoquer la divinité.
Dans le désir désespéré de trouver son juge et d’obtenir de lui une audience, Job se décrit comme un voyageur solitaire, allant aux quatre coins de l’horizon pour chercher un Dieu qui n’est nulle part …
Il esquive par la fuite ce dialogue qu’il attend, dont la partie qu’il défend ne devrait pourtant pas être difficile à conduire. Moi, le lésé par ce qu’il m’inflige, je me prétends juste: j’ai suivi sans faillir le chemin de purification auquel il m’astreignait, aussi «j’en sortirai pur, comme l’or du creuset» (v. 10).
Et pourtant! … «Oui, plus je réfléchis, plus j’ai peur de lui» (15).

Sujets de prière

Oraison

Dieu qui, jour après jour,
renouvelle en nous la vie,
sauve-nous aujourd’hui par ta puissance:
que nos cœurs ne s’abandonnent pas au péché
mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes,
nous cherchions la justice du Royaume.
Nous t’en prions au nom du Jésus, le Christ.

 

Pour le Conseil Synodal, travaillant en temps de crise:

Dieu éternel et tout-puissant,
tu nous as donné ton Saint-Esprit
pour qu’il demeure à jamais avec nous:
Que sa présence et sa grâce sanctifient
le Conseil synodal de notre Eglise
qui travaille aujourd’hui et demain
en temps de crise.
Maintiens ton Eglise dans la vraie foi
et dans une discipline authentique,
afin qu’elle réalise la volonté
de celui qui l’a aimée
jusqu’à se livrer pour elle,
ton Fils, Jésus le Christ, notre Sauveur.

Cantique 139 (du recueil Alléluia)

Seigneur, tu lis au fond de moi