lundi 30 mars 2015

Temps

Semaine Sainte

Semaine

Lundi Saint

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 42, v. 1-7

1
Le Seigneur dit : " Voici mon serviteur. Je le tiens par la main, c'est lui que j'ai choisi avec joie. J'ai mis mon esprit sur lui, pour qu'il fasse connaître le droit aux peuples.
2
Il ne crie pas, il ne parle pas fort, on n'entend pas sa voix dans la rue.
3
Il ne casse pas le roseau courbé. Il n'éteint pas la flamme qui devient faible. Mais il fait réellement connaître le droit.
4
Il ne se découragera pas, il n'abandonnera pas avant d'établir le droit sur la terre. Les peuples éloignés désirent recevoir son enseignement. "
5
Dieu, le Seigneur, a créé le ciel et il l'a déroulé. Il a étendu la terre avec toutes les plantes. Il donne la vie aux peuples qui l'habitent, le souffle à ceux qui y vivent. Voici ce qu'il dit à son serviteur :
6
Moi, le Seigneur, je t'ai appelé par une décision juste. Je te prends par la main, c'est moi qui t'ai formé. En toi, je réalise mon alliance avec le peuple, tu es la lumière des habitants de la terre.
7
Tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les prisonniers de leur prison, tu retireras de leur cellule ceux qui attendent dans le noir.

Commentaire

Le Serviteur attendu

En tant que lecteurs «chrétiens» de l'Ancien Testament, nous identifions immédiatement le serviteur dont il est question dans ce texte à Jésus qui accomplit cette prophétie. Nous n'avons pas tort; le Nouveau Testament ne reprend-il pas lui-même plusieurs expressions de ce texte en les appliquant au Christ: voyez par exemple le v. 1 en relation avec le baptême de Jésus (Mt 3:16) ou le v. 6 avec le cantique de Siméon (Lc 2:32); le v. 7 n'est-il pas également le -«programme» que Jésus applique à son ministère dans sa prédication à Nazareth (Lc 4:21)?
Or cette interprétation définitivement scellée dans les évangiles n'en exclut pas une autre, plus immédiate, qu'avait en vue le Deuxième Esaïe: pour lui, ce serviteur était Cyrus, roi des Perses. Il est la puissance montante de l'époque qui va permettre le retour des exilés en Palestine. C'est lui qui est ici considéré comme serviteur de Dieu. Par la suite, il sera parlé de lui comme du «berger » (Es 44:28) et même comme du «messie» (Es 45:1). Et c'est bien lui qui pour l'instant va venir tirer de leurs cachots les prisonniers de Babylone et ouvrir les yeux des Israélites aveuglés par les contingences de l'histoire sur la puissance de Dieu.
Que nos yeux, aveuglés souvent par l'horizon de la mort, s'ouvrent aussi à la lumière du Christ: la présence du Seigneur est encore et toujours cette puissance qui ouvre nos tombeaux pour nous permettre de gagner, vivants, la Terre Promise du Royaume.

Oraison

Dieu tout-puissant, nous t’en supplions ,
quand nous tombons à cause de notre faiblesse,
donne-nous de reprendre vie
par la passion de ton Fils bien-aimé,
lui qui règne avec toi et le Saint Esprit
pour les siècles des siècles.

Cantique 33-12 (du recueil Alléluia)

Entonnons un saint cantique