mardi 30 janvier 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 107 (106), 10-22

Reconnaître l’amour du Seigneur

 
10
Certains gisaient dans les ténèbres mortelles,
 
 
captifs de la misère et des fers :
 
11
ils avaient bravé les ordres de Dieu
 
 
et méprisé les desseins du Très-Haut ;
 
12
soumis par lui à des travaux accablants,
 
 
ils succombaient, et nul ne les aidait.

℟1
13
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
 
 
et lui les a tirés de la détresse :
 
14
il les délivre des ténèbres mortelles,
 
 
il fait tomber leurs chaînes.

℟2
15
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
 
 
de ses merveilles pour les hommes :
 
16
car il brise les portes de bronze,
 
 
il casse les barres de fer !

 
          ~

 
17
Certains, égarés par leur péché,
 
 
ployaient sous le poids de leurs fautes :
 
18
ils avaient toute nourriture en dégoût,
 
 
ils touchaient aux portes de la mort.

℟1
19
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
 
 
et lui les a tirés de la détresse :
 
20
il envoie sa parole, il les guérit,
 
 
il arrache leur vie à la fosse.

℟2
21
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
 
 
de ses merveilles pour les hommes ;
 
22
qu’ils offrent des sacrifices d’action de grâce,
 
 
à pleine voix qu’ils proclament ses œuvres !

 
          ~

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 57, v. 14-19

14
Le Seigneur a dit: "Réparez la route, vite, ouvrez un chemin, enlevez les obstacles sur le chemin de mon peuple."
15
Voici ce que dit le Dieu saint, lui qui est au-dessus de tout et qui a une habitation pour toujours: "Moi, le Dieu saint, j’habite là-haut. Mais je suis aussi avec les gens qu’on écrase et qui ont un cœur de pauvre. Je veux rendre la vie à ceux qui ont un cœur de pauvre, je veux rendre la vie à ceux qu’on écrase.
16
En effet, je ne veux pas faire des reproches sans fin ni être en colère pour toujours. Sinon, ceux que j’ai créés perdraient le souffle de la vie.
17
Israël s’est rendu coupable en désirant tout avec envie. Cela m’a mis en colère, et dans ma colère, je l’ai frappé. Je ne voulais plus le voir. Or, il est têtu et il a continué à suivre son propre chemin.
18
J’ai bien vu son comportement, mais je le guérirai. Je le guiderai, je lui rendrai courage. À ceux qui sont dans le deuil,
19
je mettrai dans la bouche des chants de louange." Le Seigneur dit: "Paix à celui qui est loin, paix à celui qui est proche! Oui, je guérirai mon peuple."

Commentaire

Guérir !

Le Seigneur d’Esaïe n’est pas dupe de la condition humaine, il la connaît de l’intérieur. Parfois, nous pensons que le Seigneur s’est éloigné, qu’il nous en veut, qu’il se cache (v. 17b).
Pourtant, il n’en reste pas à nos rebellions, il continue de vouloir inlassablement la vie du pécheur, et non sa mort : « je n’accuserai pas toujours, je ne serai pas irrité à jamais (v. 16) ! » Il voit bien à quelles misères nous conduisent nos errances. Encore et encore, il attend notre retournement intérieur, prêt à guérir notre cœur, si nous le demandons. Prêt à apaiser nos peurs, à soigner nos blessures intérieures. Prêt à recréer en nous un espace pour la paix, parce que, à ses yeux, nous le valons bien : du haut de sa demeure, le Seigneur se penche vers chacun de nous, « pour ranimer l’esprit abaissé et faire vivre le cœur écrasé » (v. 15b).
Il n’est donc aucun mal ni douleur, pour autant qu’ils soient sincèrement confessés, qu’il ne veuille toucher, cicatriser et finalement guérir : cette prophétie annonce déjà le « Fils de l’homme » des évangiles, portant jusqu’à nous la miséricorde du Créateur.
Saisis par le don suprême de ce serviteur souffrant, certains – moi aussi, peut-être … – peuvent s’exclamer comme l’officier de garde au Golgotha : « Celui-ci était vraiment le Fils de Dieu (voir Mt 27,54).

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus-Christ,
qui lors de ta première venue
as envoyé ton messager
pour frayer le chemin devant toi,
permets que tes ministres puissent eux aussi
préparer ton chemin
en appelant les rebelles à la repentance;
qu’ainsi, lorsque tu reviendras pour juger le monde,
tous puissent trouver grâce à tes yeux,
ô toi qui es béni aux siècles des siècles.

Cantique 136 (du recueil Alléluia)

Louez Dieu car il est bon