jeudi 30 avril 2020

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 128 (127)

Tu verras les fils de tes fils

 
1
Heureux qui craint le Seigneur
 
 
et marche selon ses voies !

 
2
Tu te nourriras du travail de tes mains :
 
 
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

 
3
Ta femme sera dans ta maison
 
 
 comme une vigne généreuse, *
 
 
et tes fils, autour de la table,
 
 
 comme des plants d’olivier.

 
4
Voilà comment sera béni
 
 
 l’homme qui craint le Seigneur. *
 
5
De Sion, que le Seigneur te bénisse !

 
 
Tu verras le bonheur de Jérusalem
 
 
 tous les jours de ta vie, *
 
6
et tu verras les fils de tes fils.

 
 
      Paix sur Israël !

Lectures du jour


Livre d’Ézéchiel, Chap. 36, v. 33-38

33
 "Voici ce que je dis, moi, le Seigneur DIEU: Quand je vous purifierai de toutes vos fautes, grâce à moi, les villes seront de nouveau habitées, et ce qui a été détruit sera reconstruit.
34
 Les champs abandonnés seront de nouveau labourés, et les passants ne verront plus de terres non cultivées.
35
 Et on dira: "Ce pays détruit est devenu comme le jardin d'Éden. Les villes qui étaient devenues des tas de pierres, qui avaient été détruites et abandonnées, ont été reconstruites et des gens y habitent de nouveau."
36
 Alors les pays qui existeront encore autour de vous le sauront: moi, le Seigneur, je reconstruis les villes détruites et je replante ce qui était arraché. C'est moi, le Seigneur, qui ai parlé, et je fais ce que je dis.
37
 "Voici ce que j'affirme, moi, le Seigneur DIEU: Je laisserai de nouveau les Israélites me prier et je leur répondrai en les rendant aussi nombreux que les moutons d'un troupeau.
38
 Autrefois, pendant les grandes fêtes, Jérusalem était remplie d'animaux qui devaient être offerts en sacrifices. Ils venaient par troupeaux entiers. Eh bien, les gens qui reviendront habiter vos villes détruites seront aussi nombreux. Alors tout le monde saura que le Seigneur, c'est moi."

Commentaire

Alors on saura que je suis le Seigneur!

Repeupler, rebâtir, cultiver … Cette triade de verbes annonce que la vie reprend, l’avenir redevient possible : la mort, le remords et la désolation de l’Exil doivent leur céder le pas.
Rassembler, purifier … Le retour du peuple sur sa terre est évoqué avec les mots du vocabulaire cultuel : l’existence dans ce pays recouvré sera à nouveau articulée sur un culte, avec sa liturgie des travaux et des jours. Le moutonnement humain de l’activité économique à Jérusalem évoquera la Pâque de l’Exode fondateur et la réponse du peuple par les sacrifices généreux et rassembleurs.
Pour Israël et les peuples qui l’entourent de manière plus ou moins bienveillante, ce sera un témoignage en action dont on pourra facilement déchiffrer le scénario dans l’actualité de tout ce qui renaît : «On saura alors que je suis le Seigneur, un Seigneur qui reconstruit» et pas seulement celui, redoutable, qui punit, rejette et disperse.
Et si le peuple échaudé n’ose plus croire à la miséricorde de son Dieu à travers le retour annoncé, du moins pourra-t-il admettre que, sa sainteté ayant été bafouée et sa majesté persiflée, Dieu s’encourage par le projet qu’il conduit en faveur d’Israël aux yeux des nations.
«Je me laisserai chercher» : par la bouche d’Ezékiel, Dieu n’invite pas à une recherche spéculative mais à la foi qui appelle au secours, qui lance un cri assuré d’une réponse, d’un exaucement.
Cette prophétie annonce le célèbre «Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira» de Jésus.
Car le temps du salut est commencé, non d’un salut facile – il faudra, en effet, bien des efforts pour reconstruire les dévastations et regrouper les factions – mais d’un salut habité, accompagné, qui dépasse en bonté tout ce que l’homme peut comprendre.

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
par le mystère pascal
tu as établi l’Alliance nouvelle de réconciliation.
Accorde à tous ceux qui sont nés à nouveau
au corps du Christ,
d’exprimer par toute leur vie
ce qu’ils professent par leur foi;
par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 23-13 (du recueil Alléluia)

O Jésus, mon roi...