Lundi 3 Septembre 2018

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Lundi

Complément

Psaume

Psaume 90 (89)

Apprends-nous la mesure de nos jours

 
1
   D’âge en âge, Seigneur,
 
 
   tu as été notre refuge.

 
2
Avant que naissent les montagnes, †
 
 
que tu enfantes la terre et le monde, *
 
 
de toujours à toujours,
 
 
 toi, tu es Dieu.

 
3
Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
 
 
tu as dit  : « Retournez, fils d’Adam ! »
 
4
À tes yeux, mille ans sont comme hier,
 
 
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

 
5
Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
 
 
dès le matin, c’est une herbe changeante :
 
6
elle fleurit le matin, elle change ;
 
 
le soir, elle est fanée, desséchée.

 
7
Nous voici anéantis par ta colère ;
 
 
ta fureur nous épouvante :
 
8
tu étales nos fautes devant toi,
 
 
nos secrets à la lumière de ta face.

 
9
Sous tes fureurs tous nos jours s’enfuient,
 
 
nos années s’évanouissent dans un souffle.
 
10
Le nombre de nos années ? soixante-dix,
 
 
quatre-vingts pour les plus vigoureux !
 
 
Leur plus grand nombre n’est que peine et misère ;
 
 
elles s’enfuient, nous nous envolons.

 
          ~

 
11
Qui comprendra la force de ta colère ?
 
 
Qui peut t’adorer dans tes fureurs ?
 
12
Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
 
 
que nos cœurs pénètrent la sagesse.

 
13
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
 
 
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
 
14
Rassasie-nous de ton amour au matin,
 
 
que nous passions nos jours
 
 
 dans la joie et les chants.
 
15
Rends-nous en joies tes jours de châtiment
 
 
et les années où nous connaissions le malheur.

 
16
Fais connaître ton œuvre à tes serviteurs
 
 
et ta splendeur à leurs fils.
 
17
Que vienne sur nous
 
 
 la douceur du Seigneur notre Dieu !
 
 
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains ;
 
 
 oui, consolide l’ouvrage de nos mains.

Lectures du jour

Commentaire

Samuel juge du peuple d’Israël et victoire sur les Philistins

L’Eternel prend soin de son honneur : il consume son peuple lorsqu’il ne fait plus cas de lui, le libère de ses adversaires lorsque le peuple revient à lui, intervient au profit de ceux qui l’invoquent sincèrement et donnent par des actes et comportements fidèles la preuve de leur foi.
Les Philistins s’inquiètent de l’assemblée de Mitspa (sur une hauteur à 12 km au nord de Jérusalem), occasion d’un rassemblement qui pourrait être séditieux. Cette fois, plus de recours à l’arche ! C’est par la prière que Samuel vaincra, après la simple offrande d’un agneau – c’est prémonitoire ! Alors il dresse une pierre en mémorial de cette nouvelle délivrance : Eben Ezèr, la Pierre du Secours.

L’arche n’a rien fait par elle-même : elle n’était qu’un symbole – et non un fétiche national. Encore fallait-il que soit offerte à un peuple encore jeune l’occasion de voir de temps à autre cette Présence de l’Eternel à l’œuvre dans son sein.

Samuel, l’homme qui a écouté Dieu (autre traduction complémentaire : « Dieu a écouté ») est devenu celui qui ramène le peuple à la foi. Il a traversé sans faiblir les vingt années d’oppression, d’occupation, de silence. Son ministère n’aurait-il pas suffi à Israël sans que celui-ci se mette en tête de réclamer un roi ? C’est ce qu’on s’est demandé plus tard, aux mauvais jours de la royauté. Et dans la mémoire du peuple, le souvenir de Samuel s’est idéalisé comme celui du dernier grand « prophète-chef ».

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
par la Pâque de ton Fils,
tu nous as fait passer du péché à la justice,
de la mort à la vie.
Donne à ceux qui ont reçu le sceau de l’Esprit-Saint
la volonté et la force de proclamer ton nom
par toute la terre,
par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 62 (du recueil Alléluia)

En toi, mon Dieu…