vendredi 03 avril 2020

Temps

Temps du carême

Semaine

Vendredi

Complément

Psaume

Psaume 137 (136)

Si je t’oublie, Jérusalem...

 
1
Au bord des fleuves de Babylone
 
 
 nous étions assis et nous pleurions, †
 
 
nous souvenant de Sion ; *
 
2
aux saules des alentours
 
 
 nous avions pendu nos harpes.

 
3
C’est là que nos vainqueurs
 
 
 nous demandèrent des chansons, †
 
 
et nos bourreaux, des airs joyeux : *
 
 
« Chantez-nous, disaient-ils,
 
 
 quelque chant de Sion. »

 
4
Comment chanterions-nous
 
 
 un chant du Seigneur †
 
 
sur une terre étrangère ? *
 
5
Si je t’oublie, Jérusalem,
 
 
 que ma main droite m’oublie !

 
6
Je veux que ma langue
 
 
 s’attache à mon palais †
 
 
si je perds ton souvenir, *
 
 
si je n’élève Jérusalem,
 
 
 au sommet de ma joie.

Lectures du jour


Job, Chap. 38, v. 1-33

1
 Alors du milieu de la tempête, le Seigneur a répondu à Job. Il lui a dit:
2
 "Toi qui rends mes projets obscurs en parlant comme un ignorant, qui es tu?
3
 Prépare-toi! Sois un homme! Je vais te poser des questions, et tu me donneras des explications."
4
 "Où étais-tu quand je plaçais la terre sur ses fondations? Si tu sais la vérité, renseigne-moi.
5
 Qui a décidé ses dimensions, est-ce que tu le sais? Qui a tendu la corde pour la mesurer?
6
 Les piliers qui portent la terre s'enfoncent sur quoi? Qui a posé sa dernière pierre
7
quand les étoiles du matin chantaient toutes ensemble, quand les habitants du ciel lançaient leurs cris de joie?
8
 "Quand la mer est sortie en jaillissant du ventre de la terre, qui a fermé les portes pour la retenir?
9
 C'est moi! Et je l'ai couverte de nuages, je l'ai enveloppée dans un pagne de brume.
10
 J'ai arrêté sa course, j'ai mis une limite, en fermant les portes avec des verrous.
11
J'ai dit à la mer: "Tu viendras jusqu'ici! Tu n'iras pas plus loin! Oui, tes vagues orgueilleuses s'arrêteront là!”
12
"Une seule fois dans ta vie, est-ce que tu as donné au jour l'ordre de se lever? Est-ce que tu as dit à l'aurore:
13
 "Prends la terre par ses bords et secoue-la comme un tapis, pour faire tomber les gens mauvais."
14
 À l'aurore, la terre devient rose comme une poterie d'argile, brodée comme un vêtement de fête.
15
 Les gens mauvais sont privés d'obscurité, ils ne peuvent plus lever le bras pour frapper.
16
 "Est-ce que tu es déjà allé jusqu'aux sources de la mer? Est-ce que tu t'es promené au fond de l'océan?
17
 Est-ce que tu as vu l'entrée du monde des morts? As-tu aperçu ses portes?
18
 Est-ce que tu as une idée de la grandeur du monde? Si tu sais tout cela, renseigne-moi.
19
 "Où habite la lumière? Et la nuit, où loge-t-elle?
20
 Est-ce que tu peux les reconduire chez elles et reconnaître le chemin de leur maison?
21
 Tu le sais parfaitement, toi qui es né depuis si longtemps!
22
 "Est-ce que tu es allé jusqu'aux réserves de neige? Est-ce que tu as vu les greniers de grêle?
23
 Je les ai gardés pour les temps de malheur, pour les jours de combat, pour les temps de guerre.
24
 D'où vient la lumière? Par où passe le vent d'est pour souffler sur la terre? Est-ce que tu le sais?
25
 "Qui a ouvert un passage à la pluie? Qui a tracé la route de l'éclair et du tonnerre?
26
 Qui fait tomber l'eau sur une terre sans habitants, sur un pays désert où il n'y a personne?
27
 Qui fait pleuvoir pour inonder un sol très sec, pour faire germer l'herbe et la faire pousser?
28
 Est-ce que la pluie a un père? Qui a mis au monde les gouttes de rosée?
29
 Est-ce que la glace a une mère? Qui a mis au monde la fine couche de glace?
30
 À ce moment-là, l'eau devient dure comme pierre, et sa surface ne forme qu'un seul bloc.
31
"Regarde les groupes d'étoiles: Est-ce que tu peux attacher ensemble les Pléiades, desserrer les cordes d'Orion?
32
 Est-ce que tu peux faire apparaître les étoiles au bon moment, conduire la grande Ourse et la petite Ourse?
33
 Est-ce que tu connais les lois qui gouvernent le ciel? Est-ce toi qui diriges leur action sur la terre?

Commentaire

Où étais-tu quand je créais? Qui es-tu pour avoir réponse à tout?

De manière un peu rude, il est vrai: dans une ambiance de tempêtes, avec force questions et défis …
Il tire Job par la main, l’entraînant vivement dans une revue – quasi technique – de ses actes créateurs qui ne sont autres que des manifestations du Salut: par exemple, la séparation des eaux et du solide, les sources jaillissantes et la pluie fécondante.
Il faudrait prendre le discours par les cornes et lire l’entier de la réponse de Dieu qui s’étend sur la suite du chapitre 38 – dont notre passage est l’introduction – et le 39 qui la poursuit. Il est question de l’alternance du jour et de la nuit, des saisons, de la germination, du gel et dégel, des constellations, des vents et nuées, du monde animal sauvage et domestique vivant sur terre, dans les airs et dans l’eau.
Avec toujours ces questions comme autant de défis: «Où étais-tu lorsque je travaillais à tout cela? Qui es-tu pour parler sans savoir? Est-ce toi qui as donné les ordres à la lumière? Es-tu descendu dans la profondeur des océans? Peux-tu comprendre la mécanique céleste?».
On peut être choqué de la manière ironique et supérieure dont Dieu répond à Job en l’écrasant de son savoir, l’obligeant à capituler sous sa toute-puissance. Or Job nous encourage à nous émerveiller de ce qu’un Dieu si grand accepte d’être mis en question, prenant la peine de répondre, même de manière énergique, même avec humour (v. 21)
Et tant d’autres questions auxquelles la science d’aujourd’hui peut toutefois répondre: «Oui, je sais tout cela, mais plus je commence à comprendre, plus le mystère se fait à la fois attirant et insaisissable …».
Pour que Dieu reste Dieu, en face de l’homme et lui parlant. Pour que l’homme se sache dans sa main, le louant et le servant, recevant de lui le plaisir qui fait vivre au milieu des créatures et grâce à elles.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
qui es sagesse, bonté et puissance infinies,
tu connais mieux que nous-mêmes
ce qui nous convient
et tu fais pour nous
au-delà de tout ce que nous demandons et pensons;
accueille nos prières
et exauce-les dans ta miséricorde,
au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 22-02 (du recueil Alléluia)

Seigneur, dans le premier matin