samedi 03 août 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118), 49-56

De quel amour j’aime ta loi !

49
Rappelle-toi ta parole à ton serviteur,
 
 celle dont tu fis mon espoir.
50
Elle est ma consolation dans mon épreuve :
 
 ta promesse me fait vivre.
51
Des orgueilleux m’ont accablé de railleries,
 
 je n’ai pas dévié de ta loi.
52
Je me rappelle tes décisions d’autrefois :
 
 voilà ma consolation, Seigneur.
53
Face aux impies, la fureur me prend,
 
 car ils abandonnent ta loi.
54
J’ai fait de tes commandements mon cantique
 
 dans ma demeure d’étranger.
55
La nuit, je me rappelle ton nom
 
 pour observer ta loi.
56
Ce qui me revient, Seigneur,
 
 c’est de garder tes préceptes.

Lectures du jour


Épître aux Galates, Chap. 3, v. 19-29

19
Alors, pourquoi la loi? C'était une chose en plus. Elle servait à faire connaître les fautes jusqu'à l'arrivée de celui qui allait naître d'Abraham. C'est pour lui que Dieu avait fait sa promesse. Ce sont les anges qui ont fait connaître la loi, et c'est un homme qui a servi d'intermédiaire.
20
Mais on n'a pas besoin d'intermédiaire quand il n'y a qu'une seule personne, et Dieu, lui, est seul.
21
Alors, qu'est-ce que cela veut dire? Que la loi est contraire aux promesses de Dieu? Sûrement pas! Si une loi pouvait donner la vie, et si les êtres humains avaient reçu cette loi, eh bien, oui, la loi pourrait les rendre justes.
22
Mais les Livres Saints disent que le monde entier est sous le pouvoir du péché. Voici pourquoi: la promesse de Dieu devait se réaliser pour tous les croyants, à cause de leur foi en Jésus-Christ.
23
Avant que le temps de croire au Christ arrive, la loi nous gardait prisonniers. Il fallait attendre le moment où Dieu nous ferait connaître cette foi.
24
La loi a été notre surveillant jusqu'à l'arrivée du Christ pour que nous soyons rendus justes par la foi.
25
Maintenant, le temps de croire au Christ est arrivé. Donc, nous ne dépendons plus de ce surveillant.
26
Oui, en croyant au Christ Jésus, vous êtes tous fils de Dieu.
27
Tous, vous avez été baptisés dans le Christ et vous êtes devenus semblables à lui.
28
Il n'y a donc plus de différence entre les Juifs et les non-Juifs, entre les esclaves et les personnes libres, entre les hommes et les femmes. En effet, vous êtes tous un dans le Christ Jésus.
29
Et si vous appartenez au Christ, vous êtes donc la famille d'Abraham, vous êtes héritiers comme Dieu l'a promis.

Commentaire

Ils ne sont pas meilleurs que nous !

A présent, Paul renvoie les Galates à leur situation actuelle : tout comme on ne peut pas ajouter à la foi en Christ l’ancien rite de la circoncision, leur nouvelle identité chrétienne ne vient pas simplement s’ajouter aux autres : elle doit primer sur tout le reste. Que vous soyez juifs ou grecs, dit-il, que vous soyez hommes ou femmes, libres ou esclaves, vous êtes d’abord et avant tout fils et filles d’Abraham, enfants de Dieu, disciples du Christ.
Cela implique que les valeurs de l’Evangile doivent avoir la priorité dans les choix de vie que vous faites.
Il s’agit de « revêtir le Christ ». Etre appelé à enfiler le Christ comme un vêtement, c’est le porter sur soi, partout où l’on va ; comme quelque chose qui se voit, qui se remarque.
On entend souvent dire : « Les chrétiens ne sont pas meilleurs que nous ! » Pourtant, être porteur de Christ, cela devrait changer quelque chose dans notre manière d’être au monde et avec les autres ! L’Evangile est une force qui nous est donnée pour traverser la vie…
Nous tous qui sommes croyants, nous sommes héritiers d’Abraham, nous sommes des enfants de Dieu. Nous portons Christ en nous : cela se laisse-t-il discerner dans notre manière de vivre, dans le tout pratique de notre quotidien ?

Sujets de prière

Oraison

Seigneur,
prends soin de notre destinée
et souviens-toi de tes promesse envers ton peuple.
Sois avec tous ceux qui sont sans défense:
les éprouvés, les malades, les mourants.
Que ta Parole se répande parmi nous,
jusqu’au jour où tous les peuples
se prosterneront devant toi,
et où toute langue proclamera
que tu es le Seigneur, à la gloire de Dieu, le Père.

Cantique 36-26 (du recueil Alléluia)

O Dieu vivant !