vendredi 29 mai 2015

Temps

Pentecôte

Semaine

Vendredi

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 16, v. 12-22

12
J'ai encore beaucoup de choses à vous dire. Mais vous n'avez pas la force de les entendre maintenant.
13
Quand l'Esprit de vérité viendra, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, il ne dira pas des choses qui viennent de lui. Mais il dira tout ce qu'il entendra et il vous annoncera ce qui doit arriver.
14
L'Esprit de vérité montrera ma gloire, parce qu'il recevra ce qui est à moi et il vous l'annoncera.
15
Tout ce qui est à mon Père est aussi à moi. C'est pourquoi je vous ai dit : "L'Esprit de vérité recevra ce qui est à moi et il vous l'annoncera."
16
Dans peu de temps, vous ne me verrez plus, et peu de temps après, vous me reverrez. "
17
Alors quelques disciples de Jésus se disent entre eux : " Il nous a dit : "Dans peu de temps, vous ne me verrez plus. Et peu de temps après, vous me reverrez." Il nous a dit aussi : "Je m'en vais auprès du Père." Qu'est-ce que cela veut dire ? "
18
Les disciples disent encore : " Quand Jésus nous dit : "Dans peu de temps", qu'est-ce que cela veut dire ? Nous ne comprenons pas de quoi il parle. "
19
Jésus le sait, les disciples veulent lui poser des questions. Il leur dit : " Vous cherchez entre vous le sens de ces paroles : "Dans peu de temps, vous ne me verrez plus, et peu de temps après, vous me reverrez."
20
Eh bien, je vous le dis, c'est la vérité : vous pleurerez et vous serez dans le deuil. Le monde, lui, sera dans la joie. Vous serez tristes, mais votre tristesse deviendra de la joie.
21
Quand une femme va accoucher, c'est le moment pour elle de souffrir. Mais quand l'enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance. Elle est dans la joie parce qu'elle a mis un enfant au monde.
22
Vous aussi, maintenant, vous êtes tristes, mais je vous reverrai. Alors votre cœur sera dans la joie, et cette joie, personne ne pourra vous l'enlever.

Commentaire

Encore un peu...

Tristesse, douleurs, affliction. Et joie. Voilà ce que Jésus annonce aux disciples. Il les compare à une femme enceinte. Avec lui, ils ont vécu le temps radieux de la grossesse, de la vie qui grandit, qui prend forme. Les routes de Galilée, les croyants de plus en plus nombreux à suivre leur caravane.
Ils vont vivre le temps de la souffrance. La séparation. La douleur physique, mais surtout la fin de la fusion : l'enfant et la mère ne feront plus un ; le Christ « plus sous les yeux », mort, puis monté auprès de son Père. Puis le temps de la joie. L'enfant, né, vivant, devenu vis-à-vis, l'enfant que la mère tient à bout de bras pour mieux l'admirer, puis serre contre elle, pour le retrouver. Les disciples retrouveront le Christ ressuscité ; ils le reverront à son retour. Dans ce passage, Jésus annonce son retour en gloire comme imminent : « Encore un peu et je vous verrai de nouveau, votre cœur se réjouira ». Bientôt ce jour où les questions seront inutiles, où l'intercession sera exaucée « pour que votre joie soit parfaite ». Jésus se serait-il peut-être trompé, en parlant de son retour si proche ? Peut-être aussi est-ce une manière de rendre ses disciples et tous les croyants attentifs : encore un peu, aujourd'hui, demain, tension de tous les jours entre affliction et joie. Veillez ! L'enfant, l'Eglise, les croyants doivent grandir, devenir un véritable vis-à-vis en dialogue avec Dieu.

Oraison

Père infiniment bon,
embrase-nous de ce feu de l’Esprit
que le Christ apporta sur la terre et qu’il désira tant voir brûler,
lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 47-11 (du recueil Alléluia)

Il faut qu'en Dieu l'on se confie