Mercredi 29 Janvier 2020

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mercredi

Complément

Psaume

Psaume 41 (40)

Je saurai que tu m’aimes

 
2
Heureux qui pense au pauvre et au faible :
 
 
le Seigneur le sauve au jour du malheur !
 
3
Il le protège et le garde en vie, heureux sur la terre.
 
 
Seigneur, ne le livre pas à la merci de l’ennemi !
 
4
Le Seigneur le soutient sur son lit de souffrance :
 
 
si malade qu’il soit, tu le relèves.

 
5
J’avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur,
 
 
guéris-moi, car j’ai péché contre toi ! »
 
6
Mes ennemis me condamnent déjà :
 
 
« Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? »
 
7
Si quelqu’un vient me voir, ses propos sont vides ;
 
 
il emplit son cœur de pensées méchantes,
 
 
 il sort, et dans la rue il parle.

 
8
Unis contre moi, mes ennemis murmurent,
 
 
à mon sujet, ils présagent le pire :
 
9
« C’est un mal pernicieux qui le ronge ;
 
 
le voilà couché, il ne pourra plus se lever. »
 
10
Même l’ami, qui avait ma confiance
 
 
et partageait mon pain, m’a frappé du talon.

 
11
Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi ;
 
 
relève-moi, je leur rendrai ce qu’ils méritent.
 
12
Oui, je saurai que tu m’aimes
 
 
si mes ennemis ne chantent pas victoire.
 
13
Dans mon innocence tu m’as soutenu
 
 
et rétabli pour toujours devant ta face.

 
14
Béni soit le Seigneur,
 
 
   Dieu d’Israël, *
 
 
depuis toujours et pour toujours !
 
 
   Amen ! Amen !

Lectures du jour

Commentaire

Discerner n’est pas juger !

Que seul celui ou celle qui n’a aucune faille, aucun défaut, se permette de juger quelqu’un d’autre ! Impossible, me direz-vous ! Car lors de chacune de nos rencontres, nous avons besoin de nous faire une opinion sur l’autre, ce qui nous permet aussi de nous protéger.
Un chrétien devrait-il donc tout accepter de l’autre ?
Se faire avoir ? Se faire abuser, violer, sans résister, sans mot dire ? Certes non ! Ni naïfs ni simplets, mais simplement bons ! Notre rôle sur cette terre est d’aimer. Et pour cela, nous avons reçu le don de discerner, mettre en lumière ce qui est conforme à la volonté de Dieu et laisser le reste. Quant à juger, confions à Dieu cette opération, car lui seul aime vraiment, ce qui lui donne un regard pur et parfait sur chacun(e).
Mais nous, de quel œil voyons-nous Dieu ? Quelle image avons-nous de lui ? Croyons-nous qu’il puisse nous donner « de bonnes choses » ?
Je me suis surprise à penser que le Seigneur exauçait les prières de tous les hommes, sauf les miennes. Au fond de moi, je n’arrivais pas à croire qu’il m’aimait. Accepter son amour, malgré mes failles et mes faiblesses, voilà qui m’était difficile. Dès lors, pas étonnant que je ne lui demandais rien pour moi ! Je le priais pour les autres et voyais ses exaucements, mais n’osais rien lui demander pour moi.
Découvrir Dieu comme étant celui qui donne « de bonnes choses », même si nos vies ne sont pas faites que de réjouissances, c’est faire confiance à ce Dieu d’amour qui, même au travers d’épreuves et des écueils de nos vies, ne perd jamais de vue le « pour quoi » de notre existence.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Jésus,
qui nous fais cette promesse:
demandez et vous recevrez,
cherchez et vous trouverez,
frappez et l’on vous ouvrira,
réponds à nos prières par le don de ton amour;
accorde-nous de t’aimer de tout notre cœur,
et que jamais nous ne cessions de t’adorer,
toi qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 47-12 (du recueil Alléluia)

Il faut qu'en Dieu l'on se confie