vendredi 29 décembre 2017

Temps

Temps de Noël

Semaine

Vendredi de l'octave de Noël

Complément

Psaume

Psaume 139 (138), 1-12

Seigneur, tu sais

 
1
Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! †
 
2
Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
 
 
de très loin, tu pénètres mes pensées.

 
3
Que je marche ou me repose, tu le vois,
 
 
tous mes chemins te sont familiers.
 
4
Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres,
 
 
déjà, Seigneur, tu le sais.

 
5
Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres,
 
 
tu as mis la main sur moi.
 
6
Savoir prodigieux qui me dépasse,
 
 
hauteur que je ne puis atteindre !

 
7
Où donc aller, loin de ton souffle ?
 
 
où m’enfuir, loin de ta face ?
 
8
Je gravis les cieux : tu es là ;
 
 
je descends chez les morts : te voici.

 
9
Je prends les ailes de l’aurore
 
 
et me pose au-delà des mers :
 
10
même là, ta main me conduit,
 
 
ta main droite me saisit.

 
          ~

 
11
J’avais dit : « Les ténèbres m’écrasent ! »
 
 
mais la nuit devient lumière autour de moi.
 
12
Même la ténèbre pour toi n’est pas ténèbre,
 
 
et la nuit comme le jour est lumière !

Lectures du jour


Évangile selon Luc, Chap. 2, v. 33-35

33
 Le père et la mère de l'enfant sont étonnés de ce que Siméon dit de lui.
34
 Siméon les bénit et il dit à Marie, la mère de Jésus:<< À cause de ton enfant, beaucoup en Israël vont tomber ou se relever. Il sera un signe de Dieu, mais les gens le rejetteront.
35
 Ainsi on connaîtra les pensées cachées dans le cœur de beaucoup de personnes. Et toi, Marie, la souffrance te transpercera comme une lance.>>

Commentaire

Le vieil homme et l’enfant

Cette scène est visuelle. D’ailleurs, les peintres l’ont souvent rendue de manière expressive. Car il y a quelque chose de très beau, de très émouvant aussi dans ce vieillard Syméon, homme marqué par les années, l’attente, la fidélité à une espérance qui tarde à se concrétiser, les souffrances accumulées tout au long de la vie… Le voilà qui prend dans ses bras un enfant de huit jours! On ne saurait dépeindre un contraste plus fort. Quelle tendresse souvent dans ces peintures, lorsque le vieillard contemple le petit enfant, comme s’il découvrait une parenté profonde, malgré les années, comme s’il pressentait l’annonce d’un renouveau. Syméon porte bien son nom: «Dieu a exaucé»!
Il va pourtant s’adresser aux parents pour dire que ce Messie ne sera pas accueilli par tous avec la même ferveur, qu’il sera un signe contesté… car il faut tout un travail d’interprétation croyante pour reconnaître dans cet enfant, puis dans l’homme de Nazareth, la présence de Dieu dans le monde, un Dieu qui choisit la voie de l’amour désarmé.
Nous avons tous à travailler sur nos fantasmes d’un Dieu tout-puissant qui résoudrait toutes les difficultés, afin d’accueillir dans nos bras un Dieu fragile. C’est ce travail de foi qui peut nous apporter la paix dont rayonne Syméon.

Sujets de prière

Oraison

O Christ, tu n’as pas voulu te prévaloir de ton égalité avec Dieu, mais tu t’es abaissé jusqu’à prendre sur toi notre condition humaine; derrière la crèche de ta naissance se profile déjà la croix de ta passion. Fais-nous discerner toute la gloire de ton amour dans ta condition de serviteur, et donne-nous la force de te suivre en portant nous aussi notre croix, toi qui maintenant vis et règnes avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, aux siècles des siècles.

Cantique 32-16 (du recueil Alléluia)

D'un arbre séculaire