mercredi 29 avril 2015

Temps

Temps de Pâques

Semaine

Mercredi de la quatrième semaine

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour

Ez 40, 1-5 et 41,17-22


Évangile selon Jean, Chap. 5, v. 1-18

1
Ensuite il y a une fête juive, et Jésus va à Jérusalem.
1
 Ensuite il y a une fête juive, et Jésus va à Jérusalem.
2
Jérusalem, près de la porte des Moutons, se trouve une piscine avec cinq rangées de colonnes. En hébreu, on l'appelle Bethzata.
2
 À Jérusalem, près de la porte des Moutons, se trouve une piscine avec cinq rangées de colonnes. En hébreu, on l'appelle Bethzata.
3
Sous ces colonnes, beaucoup de malades sont couchés : des aveugles, des boiteux, des paralysés.
3
 Sous ces colonnes, beaucoup de malades sont couchés: des aveugles, des boiteux, des paralysés.
4
[]
4
 []
5
Parmi eux, il y a un homme malade depuis 38 ans.
5
 Parmi eux, il y a un homme malade depuis 38 ans.
6
Jésus voit qu'il est couché et il apprend que cet homme est malade depuis déjà longtemps. Il lui demande : " Est-ce que tu veux guérir ? "
6
 Jésus voit qu'il est couché et il apprend que cet homme est malade depuis déjà longtemps. Il lui demande: <>
7
Le malade lui répond : " Seigneur, je n'ai personne pour me descendre dans la piscine quand l'eau se met en mouvement. Et pendant que j'essaie d'y aller, un autre descend avant moi. "
7
 Le malade lui répond: <>
8
Jésus lui dit : " Lève-toi, prends ta natte et marche ! "
8
 Jésus lui dit: <>
9
Aussitôt, l'homme est guéri. Il prend sa natte et il se met à marcher. Cela se passe le jour du sabbat.
9
 Aussitôt, l'homme est guéri. Il prend sa natte et il se met à marcher. Cela se passe le jour du sabbat.
10
Alors des chefs juifs disent à l'homme guéri : " C'est le jour du sabbat, et tu n'as pas le droit de porter ta natte. "
10
 Alors des chefs juifs disent à l'homme guéri: <>
11
Il leur répond : " Celui qui m'a guéri m'a dit : "Prends ta natte et marche !" "
11
 Il leur répond: <>
12
Ces gens lui demandent : " Qui est cet homme qui t'a dit : "Prends ta natte et marche" ? "
12
 Ces gens lui demandent: <>
13
Mais celui qui a été guéri n'en sait rien. En effet, Jésus est parti, parce qu'il y avait beaucoup de monde à cet endroit.
13
 Mais celui qui a été guéri n'en sait rien. En effet, Jésus est parti, parce qu'il y avait beaucoup de monde à cet endroit.
14
Plus tard, Jésus le rencontre dans le temple et il lui dit : " Maintenant tu es guéri. Ne commets plus de péché, sinon il t'arrivera quelque chose de plus grave. "
14
 Plus tard, Jésus le rencontre dans le temple et il lui dit: <>
15
L'homme va dire aux chefs juifs : " C'est Jésus qui m'a guéri. "
15
 L'homme va dire aux chefs juifs: <>
16
Alors ils cherchent à faire du mal à Jésus, parce qu'il a guéri quelqu'un le jour du sabbat.
16
 Alors ils cherchent à faire du mal à Jésus, parce qu'il a guéri quelqu'un le jour du sabbat.
17
Mais Jésus leur dit : " Mon Père travaille depuis toujours, et moi aussi, je travaille. "
17
 Mais Jésus leur dit: <>
18
cause de cette parole, les chefs juifs cherchent encore plus à faire mourir Jésus. En effet, Jésus ne respecte pas le sabbat. Mais surtout il dit que Dieu est son Père, et ainsi, il se fait égal à Dieu.
18
 À cause de cette parole, les chefs juifs cherchent encore plus à faire mourir Jésus. En effet, Jésus ne respecte pas le sabbat. Mais surtout il dit que Dieu est son Père, et ainsi, il se fait égal à Dieu.

Commentaire

Deviens saint!

Avec sa clairvoyance habituelle, Jésus sait quelle est la situation du malade. Il pose la question pour entamer le dialogue et se mettre à son niveau. La réponse du paralytique indique dans quel désespoir il est enfermé. Il veut guérir, mais sa situation l'empêche de concevoir le moindre espoir. Devant une telle détresse, une intervention urgente s'impose : Lève-toi ! On pourrait aussi traduire ces mots par : Ressuscite !
La parole du Christ est un appel à la vie. Une vie qui ne fait pas fi du passé, le guéri continue de porter son grabat comme le Christ ressuscité porte ses plaies, mais qui offre à chacun la possibilité de ne pas laisser le passé entraver la marche de la foi.
Un signe venu de Dieu demande toujours d'être interprété comme tel. Il appelle la foi. A cause de cela, il peut aussi susciter la controverse, parfois violente. Ainsi en va-t-il de cette guérison d'un homme tout à sa joie et au désir de la partager. Or voilà qu'il se heurte à des individus incapables de se réjouir avec lui. La règle, la loi, les cadres sont devenus pour eux des valeurs en soi, incapables de remplir leur mandat : manifester la vie. Au contraire, il faut même que la vie les contourne pour surgir enfin dans le quotidien du paralytique. Mais cette guérison physique n'est qu'une première étape vers une rencontre avec Jésus.
En fait, la guérison n'est miracle que parce qu'elle permet au guéri de devenir à son tour témoin de Jésus. L'exhortation sévère de Jésus (v. 14) nous heurte si nous la lisons avec le préjugé d'une théologie rétributive. Là n'est pas le propos de Jésus. Il veut rappeler à cet homme que sa guérison ne prendra toute sa valeur que si elle s'accompagne d'une évolution spirituelle : Tu es guéri, tu es devenu sain ; maintenant ne commets plus de péché, deviens saint ! Alors que pour l'un, la rencontre avec Jésus ouvre à la vie, pour d'autres c'est la mort qui se dessine déjà au bout de la route. Troublante coïncidence qui vient nous redire que l'Evangile se découvre dans les replis contradictoires de nos ambivalences humaines.

Oraison

Seigneur Dieu,
en la fête de Pâques tu as apporté au monde la guérison;
comble ton peuple de tes dons
pour qu’il puisse obtenir la liberté parfaite
et avancer vers la vie éternelle,
par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu, maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 136 (du recueil Alléluia)

Louez Dieu car il est bon