Jeudi 28 Novembre 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 139 (138), 13-24

Seigneur, tu sais

 
13
C’est toi qui as créé mes reins,
 
 
qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
 
14
Je reconnais devant toi le prodige,
 
 
 l’être étonnant que je suis : *
 
 
étonnantes sont tes œuvres
 
 
 toute mon âme le sait.

 
15
Mes os n’étaient pas cachés pour toi *
 
 
quand j’étais façonné dans le secret,
 
 
 modelé aux entrailles de la terre.

 
16
J’étais encore inachevé, tu me voyais ; *
 
 
sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits,
 
 
 recensés avant qu’un seul ne soit !

 
          ~

 
17
Que tes pensées sont pour moi difficiles,
 
 
Dieu, que leur somme est imposante !
 
18
Je les compte : plus nombreuses que le sable !
 
 
Je m’éveille : je suis encore avec toi.

 
23
Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ;
 
 
éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur.
 
24
Vois si je prends le chemin des idoles,
 
 
et conduis-moi sur le chemin d’éternité.

Lectures du jour

Commentaire

A la lumière de l’agneau

La ville qui descend d’auprès de Dieu contraste avec la tour de Babel, la Rome du premier siècle et toutes ces constructions qui tentent, dans un mouvement inverse, de s’élever toujours plus haut pour signifier et prouver la puissance humaine.
Ici, la ville est don du ciel, à qui se sait pauvre, assoiffé (Ap 21,6).
Ce qui frappe, c’est la lumière qui baigne la ville.
Lumière du Dieu qui abrite lui-même son peuple, lumière de l’agneau-flambeau, elle illumine les nuits, les peurs, les replis: les portes de la ville restent ouvertes au long des jours à celui qui s’avance, quelle que soit son origine, sa culture.
Tels les mages guidés par l’étoile, tous marchent vers la cité céleste.
La vision se termine par une note qui semble contredire cette ouverture.
Il n’y entrera nulle souillure, personne qui pratique l’abomination et le mensonge: ces mots n’évoquent pas d’abord, dans le contexte de l’Apocalypse, la condamnation d’un comportement moral.
L’abomination est de se laisser éblouir par tout pouvoir autre que celui de l’Agneau, du Christ ; la souillure est de se laisser guider par toute puissance qui n’est pas celle de cet amour universel manifesté jusqu’à la croix, et d’abord, selon les évangiles, dans la venue au monde d’un petit Enfant.
L’histoire du livre de vie de l’Agneau est radicalement différente de l’histoire qui s’écrit au gré de nos rationalités économiques et politiques.

Sujets de prière

Oraison

Tu nous donnes dans l’Ecriture, Père des cieux,
la vision de la Cité sainte
où les nations de la terre apporteront leur gloire.
Regarde, nous t’en prions, les villes de la terre
et daigne les visiter.
Renouvelle les liens de respect mutuel
dont dépend notre vie sociale.
Donne-nous des dirigeants capables et honnêtes.
Aide-nous à supprimer la misère,
les préjugés et l’oppression,
et à faire régner la tranquillité,
la justice et l’ordre,
afin qu’hommes et femmes de cultures
et de talents divers
puissent trouver ensemble
le plein épanouissement de leur humanité.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Cantique 52-17 (du recueil Alléluia)

Libres de nos chaînes