samedi 28 mai 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 119 (118)

De quel amour j’aime ta loi !

 
1
Heureux les hommes intègres dans leurs voies
 
 
 qui marchent suivant la loi du Seigneur !
 
2
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
 
 
 ils le cherchent de tout cœur !
 
3
Jamais ils ne commettent d’injustice,
 
 
 ils marchent dans ses voies.
 
4
Toi, tu promulgues des préceptes
 
 
 à observer entièrement.
 
5
Puissent mes voies s’affermir
 
 
 à observer tes commandements !
 
6
Ainsi je ne serai pas humilié
 
 
 quand je contemple tes volontés.
 
7
D’un cœur droit, je pourrai te rendre grâce,
 
 
 instruit de tes justes décisions.
 
8
Tes commandements, je les observe :
 
 
 ne m’abandonne pas entièrement.

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 15, v. 21-28

21
 Ensuite, Jésus quitte cet endroit et il va dans la région de Tyr et de Sidon.
22
 Une femme de cette région, une Cananéenne, arrive. Elle se met à crier: "Seigneur, Fils de David, aie pitié de moi! Ma fille a un esprit mauvais en elle, elle va très mal." 23 Mais Jésus ne lui répond pas un mot. Ses disciples s'approchent de lui et lui disent: "Fais partir cette femme! Elle n'arrête pas de crier derrière nous!"
24
 Jésus répond: "Dieu m'a envoyé seulement pour les gens d'Israël, qui sont comme des moutons perdus."
25
 Mais la femme vient se mettre à genoux devant lui en disant: "Seigneur, aide-moi!"
26
 Jésus lui répond: "Ce n'est pas bien de prendre la nourriture des enfants et de la jeter aux petits chiens."
27
 La femme lui dit: "Seigneur, tu as raison. Pourtant, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres."
28
 Alors Jésus répond à la femme: "Ta foi est grande! Que les choses se passent pour toi comme tu le veux!" Et au même moment, sa fille est guérie.

Commentaire

Se laisser surprendre

Ce récit de la rencontre de Jésus avec une femme cananéenne me dérange. Je découvre un Jésus dur. Il ne répond pas à la femme, et quand il prend la parole, c’est pour répondre à ses disciples qui en ont assez des cris. Les mots de Jésus sont rudes : la métaphore du pain jeté aux chiens ne doit pas être agréable à entendre pour la Cananéenne !

Ce récit peut se lire du point de vue de l’histoire du salut : Jésus s’adresse d’abord au peuple d’Israël tout comme les premiers chrétiens le feront. La rencontre avec cette femme anticipe l’universalité de l’Evangile que le Christ ressuscité proclame à la fin du récit de Matthieu (28, 19-20). La foi des païens leur permet d’accéder au salut qui s’adressait d’abord aux Juifs – qui n’en ont pas voulu.

J’aimerais plutôt me laisser interpeller par l’attitude des personnages. Pleinement humain, Jésus a ses convictions : on peut comprendre que, venu sauver les moutons perdus de la maison d’Israël, il peut lui sembler logique d’éconduire cette Cananéenne. Mais la persévérance de la femme me touche. L’attitude de Jésus qui se laisse remettre en question m’invite moi aussi à oser la rencontre.

Engager le dialogue au-delà des préjugés en vaut la peine. Cela peut permettre de changer de regard et de s’enrichir mutuellement. Vivre sa foi, c’est être pleinement humain comme Jésus : affirmer ses convictions, oui, mais aussi se laisser surprendre et transformer par une rencontre au point d’accueillir humblement la personne ou la sollicitation qu’on avait d’abord refusée.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu,
qui as fait d’un même sang toutes les nations
des hommes sur la surface de la terre
et as envoyé ton Fils béni prêcher la paix
à ceux qui sont loin et à ceux qui sont près,
donne à  tous les peuples du monde
de te chercher et de te trouver,
et hâte, Seigneur, l’accomplissement de ta promesse
de répandre ton Esprit sur toute chair,
par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 48-10 (du recueil Alléluia)

Vous qui ployez sous le fardeau