jeudi 28 mai 2015

Temps

Pentecôte

Semaine

Jeudi

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 16, v. 1-11

1
Je vous ai dit cela pour que vous ne perdiez pas la foi.
2
On vous chassera des maisons de prière. Et même le moment arrive où tous ceux qui vous tueront croiront servir Dieu de cette façon.
3
Ils feront cela parce qu'ils n'ont connu ni le Père ni moi.
4
Je vous l'ai dit à l'avance, ainsi, quand ce moment arrivera, vous vous souviendrez que je vous l'ai dit. " Je ne vous ai pas dit ces choses dès le début, parce que j'étais avec vous.
5
Maintenant, je m'en vais auprès de celui qui m'a envoyé. Et aucun de vous ne me demande : "Où vas-tu ?"
6
Mais votre cœur est plein de tristesse parce que je vous ai dit cela.
7
Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je parte. En effet, si je ne pars pas, celui qui doit vous aider ne viendra pas à vous, mais si je pars, je vous l'enverrai.
8
Et quand il viendra, il montrera au monde qu'il se trompe au sujet du péché, au sujet de ce qui est juste et au sujet du jugement.
9
Le monde se trompe au sujet du péché, parce que les gens ne croient pas en moi.
10
Le monde se trompe au sujet de ce qui est juste, parce que je vais près du Père, et que vous ne me verrez plus.
11
Le monde se trompe au sujet du jugement, parce que le chef mauvais de ce monde est déjà jugé.

Commentaire

Péché – Justice - Jugement

Jésus constate que ses disciples sont affligés par l'annonce de son départ. Ils en restent à l'ami qui disparaît, alors que Jésus parle d'un changement de mode de la présence de Dieu : aujourd'hui, Dieu est présent par lui, Jésus ; ensuite, Dieu sera encore présent, par le « Paraclet ». Le « Paraclet », « Celui qui est appelé auprès de/Celui qui doit vous aider », c'est l'Esprit de Dieu.
Ce texte nous parle, à nous comme aux disciples, parce que nous sommes souvent affligés, nous aussi, de n'avoir pas Jésus « sous la main ». La présence de Dieu, pour nous, c'est justement l'Esprit, impossible à saisir, le « Paraclet », avocat, assistant, consolateur, défenseur.
Jésus précise le rôle de ce « Paraclet » : « Il montrera au monde qu'il se trompe au sujet du péché, au sujet de ce qui est juste et au sujet du jugement. » On se trompe sur Jésus. On croit le péché définitivement lié à l'homme, et la Loi plus forte que l'homme. Alors que Jésus, même s'il rejette le péché, ne condamne jamais l'homme, le pécheur.
On croit que la justice, notre justice, est bonne parce qu'équitable, aveugle comme une balance sans âme. Alors que la justice de Dieu penche toujours du côté de l'amour, le Christ pèse de tout son poids dans notre plateau de balance. Et le mal est définitivement passé en jugement, dépassé et battu. Même s'il poursuit son œuvre dans le monde, nous sommes assurés, par la mort et la résurrection du Christ, de la victoire de Dieu.
Résister, tenir bon malgré les difficultés et les oppositions. Et aussi, ne pas être de ceux qui détruisent au nom d'une foi qu'ils prétendent meilleure ou plus authentique.

Oraison

O Christ, lumière de toute lumière,
envoie sur ton Eglise l’Esprit de feu:
qu’il éclaire le cœur de ceux que tu as fait renaître
et les confirme dans ta grâce,
toi qui es vivant et qui règnes avec le Père et l’Esprit saint,
maintenant et pour les siècles des siècles.

Cantique 35-08 (du recueil Alléluia)

O Saint-Esprit, Esprit d'amour