Mardi 27 Septembre 2016

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 104 (103), 13-23

Quelle profusion dans tes œuvres !

 
13
De tes demeures tu abreuves les montagnes,
 
 
et la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
 
14
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
 
 
et les champs pour l’homme qui travaille.

 
 
De la terre il tire son pain :
 
15
le vin qui réjouit le cœur de l’homme,
 
 
l’huile qui adoucit son visage,
 
 
et le pain qui fortifie le cœur de l’homme.

 
16
Les arbres du Seigneur se rassasient,
 
 
les cèdres qu’il a plantés au Liban ;
 
17
c’est là que vient nicher le passereau,
 
 
et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;
 
18
aux chamois, les hautes montagnes,
 
 
aux marmottes, l’abri des rochers.

 
19
Tu fis la lune qui marque les temps
 
 
et le soleil qui connaît l’heure de son coucher.
 
20
Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient :
 
 
les animaux dans la forêt s’éveillent ;
 
21
le lionceau rugit vers sa proie,
 
 
il réclame à Dieu sa nourriture.

 
22
Quand paraît le soleil, ils se retirent :
 
 
chacun gagne son repaire.
 
23
L’homme sort pour son ouvrage,
 
 
pour son travail, jusqu’au soir.

 
          ~

Lectures du jour

Commentaire

L'arroseur arrosé

Paul serait-il sauvé par la... rhétorique ?
A partir de l'énumération précédente des dépravés de service, les mots qui ouvrent notre extrait claquent comme une belle reprise critique: n'avait-on pas subrepticement oublié que, dans la pensée de l'apôtre, Dieu livrait les impies aux passions qui les abîment ?
Cette approche, quoique très empreinte de providence, où Dieu est encore cru et compris comme celui qui gouverne tout, permet néanmoins de barrer la route à toute prétention de jugement sur ceux-là mêmes qu'on vient de décrier, car le seul jugement qui puisse s'exercer est celui de Dieu, et de Dieu seul. De fait, on n'est pas loin de la prédestination dont l'écho calviniste sera tellement puissant, pour le meilleur comme pour le pire. Mais on se souvient qu'elle pointait elle aussi sur cette expérience universelle qu'est l'exigence de la justice.
Il y a dans l'argument comme un soupçon de désespoir qui laisse un goût amer quand on a fini de mâcher ce passage. Mais il faudra s'en contenter.
Surtout quand on a tenté de gravir ce texte escarpé dont l’ascension s’avère rude.
Que l'eau vienne à manquer, qu'on ne puisse pas être rafraîchi-e autant qu'on l'espérait, il faudra, paraît-il, se contenter de suçoter des cailloux pour avoir l'impression d'être désaltéré-e par sa propre salive. Paul nous propose donc quelques cailloux, qui ne sont pas encore son intention théologique la plus aboutie, mais peut-être simplement les mots recevables par ses interlocuteurs, voire des artifices rhétoriques sur le chemin de son Evangile.

Sujets de prière

Oraison

O Dieu, notre Père,
puisqu’il t’a plu de nous conserver
par ta grâce jusqu’à maintenant,
sois avec nous encore,
afin que nous nous employions à ton service,
que nous pensions, parlions
et agissions comme il te plaît,
et que tout dans notre vie
se rapporte à toi et au bien de nos frères;
de même que tu fais luire ton soleil sur le monde,
veuille éclairer notre cœur par la clarté de ton Esprit,
pour nous conduire dans la voie de la sainteté
en communion avec Christ, notre Seigneur.

Cantique 43-05 (du recueil Alléluia)

Je veux répondre ô Dieu