samedi 27 mars 2021

Temps

Temps du carême

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 17 (16)

Garde-moi

 
1
Seigneur, écoute la justice ! †
 
 
Entends ma plainte, accueille ma prière :
 
 
mes lèvres ne mentent pas.

 
2
De ta face, me viendra la sentence :
 
 
tes yeux verront où est le droit.

 
3
Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit, †
 
 
tu m’éprouves, sans rien trouver ;
 
 
mes pensées n’ont pas franchi mes lèvres.

 
4
Pour me conduire selon ta parole,
 
 
j’ai gardé le chemin prescrit ;
 
5
j’ai tenu mes pas sur tes traces :
 
 
jamais mon pied n’a trébuché.

 
6
Je t’appelle, toi, le Dieu qui répond :
 
 
écoute-moi, entends ce que je dis.

 
7
Montre les merveilles de ta grâce, *
 
 
toi qui libères de l’agresseur
 
 
 ceux qui se réfugient sous ta droite.

 
8
Garde-moi comme la prunelle de l’œil ;
 
 
à l’ombre de tes ailes, cache-moi,
 
9
loin des méchants qui m’ont ruiné,
 
 
des ennemis mortels qui m’entourent.

 
10
Ils s’enferment dans leur suffisance ;
 
 
l’arrogance à la bouche, ils parlent.

 
11
Ils sont sur mes pas : maintenant ils me cernent,
 
 
l’œil sur moi, pour me jeter à terre,
 
12
comme des lions prêts au carnage,
 
 
de jeunes fauves tapis en embuscade.

 
13
Lève-toi, Seigneur, affronte-les, renverse-les ;
 
 
par ton épée, libère-moi des méchants.

 
14
Que ta main, Seigneur, les exclue d’entre les hommes, *
 
 
hors de l’humanité, hors de ce monde :
 
 
 tel soit le sort de leur vie !

 
 
Réserve-leur de quoi les rassasier : †
 
 
que leurs fils en soient saturés,
 
 
qu’il en reste encore pour leurs enfants !

 
15
Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
 
 
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

Lectures du jour


Épître aux Philippiens, Chap. 2, v. 5-11

5
 Entre vous, conduisez-vous comme des gens unis au Christ Jésus.
6
 Lui, il est l'égal de Dieu, parce qu'il est Dieu depuis toujours. Pourtant, cette égalité, il n'a pas cherché à la garder à tout prix pour lui.
7
 Mais tout ce qu'il avait, il l'a laissé. Il s'est fait serviteur, il est devenu comme les hommes, et tous voyaient que c'était bien un homme.
8
 Il s'est fait plus petit encore: il a obéi jusqu'à la mort, et il est mort sur une croix!
9
 C'est pourquoi Dieu l'a placé très haut et il lui a donné le nom qui est au-dessus de tous les autres noms.
10
 Alors tous ceux qui sont dans le ciel, sur la terre et chez les morts tomberont à genoux quand ils entendront le nom de Jésus.
11
 Et tous reconnaîtront ceci: Jésus-Christ est le Seigneur, pour la gloire de Dieu le Père.

Commentaire

Que toute langue l’affirme : Jésus-Christ est Seigneur !

Ces sept versets sont peut-être un texte liturgique ou un cantique de l’Eglise primitive.
Le verset 6 mérite quelque explication.
Christ est tellement égal à Dieu qu’il n’a nullement besoin de faire de son égalité avec lui l’objet d’une défense acharnée. Quand on est absolument sûr de détenir quelque chose, on n’a pas besoin de le tenir avec des gestes de voleur ! Le Fils de Dieu ne sacrifie pas son égalité avec Dieu, mais s’en libère. Ce verset illustre et éclaire le fameux « et la Parole a été faite chair » du prologue de Jean (Jean 1,14, cf. Rm 8,3).

Tel un voile, cet abaissement volontaire couvre totalement la majesté divine.
Ce qui apparaît à nos regards durant le ministère terrestre du Christ, c’est l’image d’un être absolument humain, avec toute la précarité, l’ambiguïté et l’obscurité d’une existence humaine individuelle.
Le Christ ne se tient pas sur un sommet humain. Il n’est pas là où certains chrétiens de Philippes semblent se trouver, là où l’on se dispute à propos d’honneurs, de préséances, de droits, de valeurs …
A présent, on comprend mieux les premiers versets de ce chapitre et l’extraordinaire cohérence de la pensée paulinienne ! Si nous prenons pour modèle l’humilité de Christ, l’unité avec les frères en la foi sera facile à réaliser, parce que chacun cherchera en premier lieu non ses propres intérêts, mais ceux de Jésus-Christ et du prochain.

Sujets de prière

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
dans ta tendresse pour le genre humain,
tu as envoyé ton Fils prendre notre nature
et souffrir la mort de la croix.
De grâce, accorde-nous,
à l’exemple de sa grande humilité,
de le suivre dans la voie de la souffrance
et de partager aussi sa résurrection.
Par Jésus Christ notre Seigneur,
qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
un seul Dieu dans les siècles des siècles.

Cantique 51-18 (du recueil Alléluia)

Frappe des mains