vendredi 27 mars 2015

Temps

Temps du carême

Semaine

Vendredi de la cinquième semaine

Complément

Une erreur s'est produite lors du chargement du psaume.

Lectures du jour


Évangile selon Matthieu, Chap. 25, v. 14-30

14
Le Royaume des cieux ressemble à ceci : Un homme part en voyage. Il appelle ses serviteurs et leur confie ses richesses.
15
Il donne à chacun selon ce qu'il peut faire. Il donne à l'un 500 pièces d'or, à un autre 200, à un troisième 100, et il part.
16
Le serviteur qui a reçu les 500 pièces d'or s'en va tout de suite faire du commerce avec cet argent et il gagne encore 500 pièces d'or.
17
Celui qui a reçu les 200 pièces d'or fait la même chose et il gagne encore 200 pièces d'or.
18
Mais celui qui a reçu les 100 pièces d'or s'en va faire un trou dans la terre et il cache l'argent de son maître.
19
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revient. Il leur demande ce qu'ils ont fait avec son argent.
20
Le serviteur qui a reçu les 500 pièces d'or s'approche et il présente encore 500 pièces d'or en disant : "Maître, tu m'as confié 500 pièces d'or. Voici encore 500 pièces d'or que j'ai gagnées.
21
Son maître lui dit : "C'est bien. Tu es un serviteur bon et fidèle. Tu as été fidèle pour une petite chose, je vais donc te confier beaucoup de choses. Viens et réjouis-toi avec moi."
22
Le serviteur qui a reçu les 200 pièces d'or s'approche et il dit : "Maître, tu m'as confié 200 pièces d'or. Voici encore 200 pièces d'or que j'ai gagnées."
23
Son maître lui dit : "C'est bien. Tu es un serviteur bon et fidèle. Tu as été fidèle pour une petite chose, je vais donc te confier beaucoup de choses. Viens et réjouis-toi avec moi."
24
Enfin, celui qui a reçu les 100 pièces d'or s'approche et il dit : "Maître, je le savais : tu es un homme dur. Tu récoltes ce que tu n'as pas semé, tu ramasses ce que tu n'as pas planté.
25
J'ai eu peur et je suis allé cacher tes pièces d'or dans la terre. Les voici ! Tu as ton argent."
26
Son maître lui répond : "Tu es un serviteur mauvais et paresseux ! Tu le savais : je récolte ce que je n'ai pas semé, je ramasse ce que je n'ai pas planté.
27
Donc tu devais mettre mon argent à la banque. De cette façon, à mon retour, je pouvais reprendre l'argent avec les intérêts !
28
Enlevez-lui donc les 100 pièces d'or. Donnez-les à celui qui a 1 000 pièces d'or.
29
Oui, celui qui a quelque chose, on lui donnera encore plus et il aura beaucoup plus. Mais celui qui n'a rien, on lui enlèvera même le peu de chose qu'il a ! 30 Et ce serviteur inutile, jetez-le dehors dans la nuit. Là, il pleurera et il grincera des dents." "

Commentaire

Dieu a besoin de nous

A la lecture de ce texte, nous pourrions nous demander si, en fait, ce ne sont pas la foi mais les œuvres qui «paient». Cependant, si nous nous attardons quelque peu au v. 27, nous nous apercevons que ce qui est reproché au mauvais serviteur n'est pas sa paresse, car placer un talent à la banque demande moins de travail que de l'enterrer, mais son fatalisme, son sentiment d'inutilité excluant toute initiative personnelle. Aussi, pour être de «bons et fidèles serviteurs», il ne s'agit pas de rapporter beaucoup, mais de prendre conscience qu'en nous associant à ses «affaires», Dieu, malgré sa toute-puissance, a décidé qu'il aurait besoin de nous, nous faisant ainsi, selon nos capacités, des hommes et des femmes actifs et responsables. Oui, le Seigneur a besoin de nous; et cela a fort bien été exprimé par le texte d'un Anonyme flamand du 15e s. intitulé : «Devant le crucifix » (tiré du «Livre de la prière», Ed. Brepols):
«Le Christ n'a plus de mains, il a seulement nos mains pour faire aujourd'hui ses œuvres.
Le Christ n'a plus de pieds, il a seulement nos pieds pour aller aujourd'hui aux hommes.
Le Christ n'a plus de voix, il a seulement notre voix pour parler aujourd'hui de lui.
Le Christ n'a plus de forces, il a seulement nos forces pour guider les hommes à lui.
Le Christ n'a plus d'évangiles que ceux-ci lisent encore. Mais ce que nous faisons en paroles et en œuvres, c'est l'évangile qui est en train de s'écrire».

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant,
qui nous relèves et nous sauves par la passion de ton Christ,
préserve-nous de perdre par notre faute la grâce de ce salut.
Nous t’en prions, achève dans nos cœurs
l’œuvre que tu as commencée,
et qu’en célébrant le mystère pascal de notre rédemption,
nous soyons vraiment renouvelés dans la foi
et fortifiés à ton service,
par Jésus-Christ, notre Siegneur.

Cantique 46-09 (du recueil Alléluia)

Laisserons-nous à notre table