jeudi 27 juin 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Jeudi

Complément

Psaume

Psaume 11 (10)

Il garde les yeux ouverts sur le monde

 
1
Auprès du Seigneur j’ai mon refuge.†
 
 
Comment pouvez-vous me dire :
 
 
oiseaux, fuyez à la montagne !

 
2
Voici que les méchants tendent l’arc : †
 
 
ils ajustent leur flèche à la corde
 
 
pour viser dans l’ombre l’homme au cœur droit.

 
3
Quand sont ruinées les fondations,
 
 
que peut faire le juste ?

 
4
Mais le Seigneur, dans son temple saint, †
 
 
le Seigneur, dans les cieux où il trône,
 
 
garde les yeux ouverts sur le monde.

 
 
Il voit, il scrute les hommes ; †
 
5
le Seigneur a scruté le juste et le méchant :
 
 
l’ami de la violence, il le hait.

 
6
Il fera pleuvoir ses fléaux sur les méchants, †
 
 
feu et soufre et vent de tempête ;
 
 
c’est la coupe qu’ils auront en partage.

 
7
Vraiment, le Seigneur est juste ; †
 
 
il aime toute justice :
 
 
les hommes droits le verront face à face.

Lectures du jour


Évangile selon Jean, Chap. 11, v. 45-54

45
 Beaucoup de Juifs sont allés chez Marie et ils ont vu ce que Jésus a fait. Ils se mettent à croire en lui.
46
 Mais certains d'entre eux vont trouver les Pharisiens et ils leur racontent ce que Jésus a fait.
47
 Alors les chefs des prêtres et les Pharisiens réunissent le Tribunal religieux et ils disent: "Cet homme fait beaucoup de signes étonnants. Qu'est-ce que nous allons faire?
48
 Si nous le laissons continuer, tout le monde va croire en lui. Ensuite, les Romains vont agir, ils vont détruire notre temple et notre nation!"
49
 L'un des chefs juifs, nommé Caïphe, est grand-prêtre, cette année-là. Il leur dit: "Vous n'y comprenez rien!
50
 Réfléchissez donc! Pour vous, il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple. De cette façon, la nation entière ne sera pas détruite."
51
 Les paroles de Caïphe ne viennent pas de lui-même. En effet, cette année-là, c'est lui qui est grand-prêtre, et il parle comme un prophète. Il annonce que Jésus doit mourir pour la nation juive.
52
 Il doit mourir non seulement pour cette nation, mais aussi pour rassembler en un seul peuple les enfants de Dieu qui sont de tous les côtés.
53
 À partir de ce jour-là, les chefs décident de faire mourir Jésus.
54
 C'est pourquoi il cesse d'aller et venir en public parmi le peuple. Mais il s'en va près du désert, dans un village appelé Éfraïm, et il reste là avec ses disciples.

Commentaire

La dé-raison d’Etat

Le cynisme est à son comble avec la décision des autorités religieuses de tuer Jésus : il faut mettre à mort celui qui a rendu Lazare à la vie !
Caïphe justifie cela au nom de la raison d’Etat : que valent un déni de justice et la mort d’un être humain si cela peut éviter des vagues et préserver la nation de troubles ? Ce fut et c’est encore le discours de tant d’autorités politiques ou religieuses qui mésusent de leur pouvoir et ne comptent pour rien le prix d’une vie humaine !
Mais la déraison humaine devient raison divine. Ce propos cynique de Caïphe se transforme, à l’insu de son auteur, en « prophétie ».
Les pouvoirs religieux et politiques veulent éliminer le fauteur de troubles pour avoir la paix, l’assassiner pour le faire taire, voilà la déraison d’Etat.
Dieu, lui, va, par la résurrection de Jésus, transformer cette mise à mort en victoire de la vie qui guérit de tous les troubles de l’âme et apporte la paix véritable. Voilà la raison divine qui va à l’encontre de toutes les logiques de pouvoir, d’asservissement, de mort.
Dans l’histoire malheureusement, les disciples du Christ ont souvent tourné le dos à cette raison divine pour défendre aussi la déraison d’Etat ou d’Eglise, trouvant plus précieuses une paix factice, des compromissions avec l’injustice qu’une dénonciation courageuse de tout ce qui cherche à nuire à la vie humaine.

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
tu as promis la vie éternelle
à ceux qui croient en toi;
accorde-nous de nous attacher
de tout notre cœur à Jésus-Christ
que tu nous as donné comme Sauveur,
afin que notre foi ne soit pas ébranlée
dans les épreuves,
mais que nous puissions
te contempler sans confusion
dans ton Royaume,
pour les siècles des siècles.

Cantique 36-16 (du recueil Alléluia)

Enfants de la lumière