mardi 27 février 2018

Temps

Temps du carême

Semaine

Mardi de la deuxième semaine

Complément

Psaume

Psaume 14 (13)

Pas un homme de bien !

 
1
Dans son cœur le fou déclare :
 
 
   « Pas de Dieu ! » *
 
 
Tout est corrompu, abominable,
 
 
   pas un homme de bien !

 
2
Des cieux, le Seigneur se penche
 
 
   vers les fils d’Adam *
 
 
pour voir s’il en est un de sensé,
 
 
   un qui cherche Dieu.

 
3
Tous, ils sont dévoyés ;
 
 
   tous ensemble, pervertis : *
 
 
pas un homme de bien,
 
 
   pas même un seul !

 
4
N’ont-ils donc pas compris,
 
 
   ces gens qui font le mal ? †
 
 
Quand ils mangent leur pain,
 
 
   ils mangent mon peuple. *
 
 
Jamais ils n’invoquent le Seigneur.

 
5
Et voilà qu’ils se sont mis à trembler,
 
 
   car Dieu accompagne les justes. *
 
6
Vous riez des projets du malheureux,
 
 
   mais le Seigneur est son refuge.

 
7
Qui fera venir de Sion
 
 
   la délivrance d’Israël ? †
 
 
Quand le Seigneur ramènera les déportés de son peuple, *
 
 
   quelle fête en Jacob, en Israël, quelle joie !

Lectures du jour

Hébreux 2. 10C'est Dieu qui a fait le monde, et le monde existe pour lui. Or, il a voulu qu'un grand nombre de ses enfants participent à sa gloire. Puisque c'est Jésus qui les sauve, il fallait que Dieu le rende parfait au moyen de la souffrance. 11Jésus purifie les humains de leurs péchés. Eh bien, celui qui rend pur et ceux qui sont devenus purs ont tous le même Père. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler ses frères et ses sœurs. 12En effet, Jésus dit à Dieu : « J'annoncerai ton nom à mes frères et à mes sœurs. Au milieu de l'assemblée, je chanterai ta louange. » 13Jésus dit aussi : « Moi, j'aurai entièrement confiance en Dieu. » Et encore : « Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés. » 14Ces enfants-là ont quelque chose en commun : ce sont des êtres humains. L'esprit du mal avait le pouvoir de les faire mourir. À cause de cela, Jésus, lui aussi, est devenu un être humain, pour enlever sa force à l'esprit du mal en mourant lui-même. 15Les gens étaient comme des esclaves pendant toute leur vie, parce qu'ils avaient peur de la mort. En mourant, Jésus les a libérés. 16En effet, il ne vient pas aider les anges, mais il vient aider ceux qui sont de la famille d'Abraham. 17C'est pourquoi il devait ressembler entièrement à ses frères et à ses sœurs. Ainsi, il est devenu un grand-prêtre plein de bonté et fidèle dans le service de Dieu, pour obtenir le pardon des péchés du peuple. 18Oui, Jésus a souffert lui-même et il a été tenté. Il peut donc aider ceux qui sont tentés.

Commentaire

Christ notre Frère

Ces versets soulignent la parenté entre le Christ et les chrétiens. C'est en vertu de la forte conscience qu'il avait de cette parenté que le Christ s'est solidarisé des hommes. Cette solidarité est décrite comme la condition essentielle à remplir pour une aide effective et efficace.
Il arrive souvent qu'un malade ou une personne éprouvée déclare à ceux qui l'approchent : " Vous ne savez pas ce que c'est, vous n'êtes pas passés par là ! ", et bien souvent c'est vrai. Seul peut compatir à toutes les souffrances humaines le Christ, qui les a toutes vécues. Les premiers destinataires de la lettre aux Hébreux, dans la dure situation qui semble avoir été la leur, avaient besoin qu'on leur rappelle cette réalité historique et de foi. Et nous, dans les temps actuels, trouvons réconfort à la méditer en continu.
Par sa victoire sur la mort et l'annonce qu'il nous partagera cette victoire si nous partageons sa vie et sa Parole, il nous délivre à jamais de la peur de la mort - et de l'esclavage qu'elle représente.
En attendant, son aide nous est accordée dans chaque tentation. Encore une fois, le fait qu'il ait été lui-même tenté lui donne l'autorité pour nous guider dans le combat contre elle. Sa présence constante en nous, recherchée en profondeur dans le cœur intime : tel est le secret, tant dans les défaites que les victoires, d'une vie sanctifiée.

Sujets de prière

Oraison

Dieu tout-puissant,
dans le mystère de l’incarnation de ton Fils,
c’est ton amour que nous adorons.
Permets, nous t’en prions,
que dans la communion de Celui qui s’est fait homme
et qui pour nous s’est rendu obéissant
jusqu’à la mort de la croix,
nous soyons recréés à ton image
et devenions ainsi pour toujours tes enfants,
retrouvés et réconciliés;
par lui, Jésus-Christ, notre Seigneur,
qui maintenant vit et règne avec toi, Père,
dans l’unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.

Cantique 42-03 (du recueil Alléluia)

Béni soit le Seigneur