mardi 26 septembre 2017

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Mardi

Complément

Psaume

Psaume 92 (91)

Tes œuvres me comblent de joie

 
2
Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur,
 
 
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
 
3
d’annoncer dès le matin ton amour,
 
 
ta fidélité, au long des nuits,
 
4
sur la lyre à dix cordes et sur la harpe,
 
 
sur un murmure de cithare.

 
5
Tes œuvres me comblent de joie ;
 
 
devant l’ouvrage de tes mains, je m’écrie :
 
6
« Que tes œuvres sont grandes, Seigneur !
 
 
Combien sont profondes tes pensées ! »

 
7
L’homme borné ne le sait pas,
 
 
l’insensé ne peut le comprendre :
 
8
les impies croissent comme l’herbe, *
 
 
ils fleurissent, ceux qui font le mal,
 
 
 mais pour disparaître à tout jamais.

 
9
Toi, qui habites là-haut,
 
 
tu es pour toujours le Seigneur.
 
10
Vois tes ennemis, Seigneur,
 
 
 vois tes ennemis qui périssent, *
 
 
et la déroute de ceux qui font le mal.

 
11
Tu me donnes la fougue du taureau,
 
 
tu me baignes d’huile nouvelle ;
 
12
j’ai vu, j’ai repéré mes espions,
 
 
j’entends ceux qui viennent m’attaquer.

 
13
Le juste grandira comme un palmier,
 
 
il poussera comme un cèdre du Liban ;
 
14
planté dans les parvis du Seigneur,
 
 
il grandira dans la maison de notre Dieu.

 
15
Vieillissant, il fructifie encore,
 
 
il garde sa sève et sa verdeur
 
16
pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
 
 
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

Lectures du jour


Deuxième épître aux Corinthiens, Chap. 11, v. 21-33

21
2Co 11,21
22
2Co 11,22
23
2Co 11,23
24
2Co 11,24
25
2Co 11,25
26
2Co 11,26
27
2Co 11,27
28
2Co 11,28
29
2Co 11,29
30
2Co 11,30
31
2Co 11,31
32
2Co 11,32
33
2Co 11,33

Commentaire

Recentrage et inversion

Au travers d’une première lecture superficielle, on peut se demander si l’apôtre Paul est au mieux de sa forme. La coupe semble déborder…
Paul n’accepte pas qu’à la suite du Christ, on puisse asservir ou être asservi. Il n’y a qu’une seule possibilité pour les chrétiens, «servir». Ceux qui prennent les autres de haut n’ont qu’à passer leur chemin.
La démarche proposée est tout autre, exactement à l’opposé d’ailleurs.
Le verset 30 vient chambouler les réalités qui semblent dans l’ordre des choses ; «S’il faut s’enorgueillir, je mettrai mon orgueil dans ma faiblesse.»
En relisant ces versets, je ne peux m’empêcher de penser à notre société qui sait si bien mettre en avant la réussite, la force, l’excellence.

Quelle place existe-t-il encore pour les faiblesses, les manquements?
L’apôtre raconte justement toutes les faiblesses qui sont les siennes, les difficultés traversées, les épreuves endurées … Il aligne ses pires souvenirs alors qu’il pourrait tirer orgueil de ce qui lui a permis de survivre à tout cela. Mais tout ce qu’il a subi lui donne la force de sa faiblesse : il a tout mis au service de Dieu.

Le message évangélique est accueil, fondamentalement, et tient compte de ce qui fait aussi nos limites humaines. Aussi étonnant que cela puisse paraître, sans culpabilisation aucune, c’est en réalisant pleinement ce qui fait l’ensemble de notre humanité que nous sommes invités à cheminer. Pas besoin de cacher nos parts d’ombre, ni de les masquer. Dieu les connaît mieux que nous. Il en prend soin.

Sujets de prière

Oraison

Seigneur Dieu,

qui es toujours près de ceux qui te prient et qui leur portes secours,

garde-nous des vanités et des mensonges de ce monde,

pour mettre toute notre joie en celui qui est notre suprême récompense, Jésus-Christ, notre Seigneur.

Cantique 47-03 (du recueil Alléluia)

Dans toutes nos détresses