samedi 26 mars 2016

Temps

Semaine Sainte

Semaine

Samedi Saint

Complément

Psaume

Psaume 130 (129)

Près du Seigneur, abonde le rachat

 
1
Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
 
2
   Seigneur, écoute mon appel ! *
 
 
Que ton oreille se fasse attentive
 
 
   au cri de ma prière !

 
3
Si tu retiens les fautes, Seigneur,
 
 
   Seigneur, qui subsistera ? *
 
4
Mais près de toi se trouve le pardon
 
 
   pour que l’homme te craigne.

 
5
J’espère le Seigneur de toute mon âme ; *
 
 
je l’espère, et j’attends sa parole.

 
6
Mon âme attend le Seigneur
 
 
   plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. *
 
 
Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,
 
7
   attends le Seigneur, Israël.

 
 
Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
 
 
   près de lui, abonde le rachat. *
 
8
C’est lui qui rachètera Israël
 
 
   de toutes ses fautes.

Lectures du jour


Livre des Lamentations, Chap. 3, v. 40-58

40
 Examinons à fond notre conduite et revenons au Seigneur.
41
 Prions de tout notre cœur en élevant les mains vers le Dieu qui est au ciel.
42
 Nous avons commis des fautes, nous nous sommes révoltés, et toi, tu n'as pas pardonné!
43
 Tu t'es enveloppé de colère, tu nous as poursuivis et tu nous as tués sans pitié.
44
 Tu t'es caché dans un nuage pour empêcher nos prières de parvenir jusqu'à toi.
45
 Tu as fait de nous des ordures, des objets dégoûtants parmi les autres peuples.
46
 Tous nos ennemis parlent contre nous.
47
 Ce qui tombe sur nous, c'est la peur et l'horreur, la destruction et la catastrophe.
48
 Mes yeux sont inondés de larmes à cause de la catastrophe qui frappe mon peuple.
49
 Mes yeux pleurent sans arrêt. Il n'y a pas de repos,
50
 jusqu'à ce que le Seigneur se penche du haut du ciel et regarde.
51
 Mes yeux me font mal quand je vois ce qui arrive aux villages voisins.
52
 Ceux qui m'en veulent sans raison m'ont poursuivi comme s'ils chassaient un oiseau.
53
 Ils m'ont enfermé tout vivant dans une citerne, et ils ont bouché l'ouverture avec une pierre.
54
 L'eau montait plus haut que ma tête, et j'ai dit:" Je suis perdu."
55
 Au fond du trou, j'ai fait appel à toi, Seigneur.
56
 Tu m'as entendu dire:" Ne ferme pas tes oreilles à mes soupirs et à mes cris."
57
 Quand je t'ai appelé, tu t'es approché et tu m'as dit:" N'aie pas peur!"
58
 Seigneur, tu as pris ma défense, tu m'as sauvé la vie.

Commentaire

Un détour obligé

Cette élégie me rappelle une période de ma vie où tout sombrait autour de moi : des promesses, des espérances, des habitudes, des liens se sont à jamais enfuis de ma vue sans que j’y puisse faire quoi que ce soit.
Nous crions à Dieu qui semble ne rien entendre et nous laisse dans notre misère. Des amis crient silencieusement, pris dans des drames face auxquels nos prières semblent impuissantes.
Quand Dieu semble sourd, c’est qu’il invite à une démarche spirituelle : « Examinons à fond notre conduite et revenons au Seigneur.» (v.40). Parfois dans la vie spirituelle, il vaut mieux consentir un détour obligé plutôt que s’obstiner à choisir telle voie qui nous semble adéquate, mais se révélera sans issue. C’est un combat avec nous-mêmes devant Dieu et, parfois aussi, dans l’éloignement de Dieu.
Osons le cheminement intérieur, apprenons à considérer qu’il n’est pas possible de fonder notre vie, notre espérance, construire sur autre chose que sur la fidélité et l’amour de Dieu, qui nous porte dans ses « entrailles de miséricorde ». C’est à ce moment-là, au bout de cette démarche, que le priant entend une parole, déposée sur son cœur, comme une braise douce en plein frimas : « N’aie pas peur ! » (v. 57).
Des drames feront encore souffrir, mais celui qui prie n’est plus coupé de Dieu. Dans les ténèbres, il retrouve la communion avec lui. Il se tournera à nouveau vers Dieu en lui chantant sa louange et sa confiance. Interpellant la vulnérabilité de ceux qu’il approchait, Jésus aussi a dit : « N’ayez pas peur ! »… Lui, le Crucifié…

Oraison