samedi 26 janvier 2019

Temps

Temps ordinaire

Semaine

Samedi

Complément

Psaume

Psaume 145 (144), 10-21

Tu rassasies avec bonté tout ce qui vit

 
10
Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce
 
 
et que tes fidèles te bénissent !
 
11
Ils diront la gloire de ton règne,
 
 
ils parleront de tes exploits,

 
12
annonçant aux hommes tes exploits,
 
 
la gloire et l’éclat de ton règne :
 
13
ton règne, un règne éternel,
 
 
ton empire, pour les âges des âges.

 
 
Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit,
 
 
fidèle en tout ce qu’il fait.
 
14
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent,
 
 
il redresse tous les accablés.

 
15
Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
 
 
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
 
16
tu ouvres ta main :
 
 
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

 
17
Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
 
 
fidèle en tout ce qu’il fait.
 
18
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
 
 
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

 
19
Il répond au désir de ceux qui le craignent ;
 
 
il écoute leur cri : il les sauve.
 
20
Le Seigneur gardera tous ceux qui l’aiment,
 
 
mais il détruira tous les impies.

 
21
Que ma bouche proclame les louanges du Seigneur ! *
 
 
Son nom très saint, que toute chair le bénisse
 
 
 toujours et à jamais !

Lectures du jour


Livre d’Ésaïe, Chap. 52, v. 1-6

1
 Réveille-toi, Sion, réveille-toi! Montre ta puissance! Jérusalem, ville sainte, mets tes vêtements magnifiques! En effet, les étrangers, les gens impurs ne viendront plus jamais chez toi.
2
 Secoue la poussière qui te couvre. Lève-toi et reprends ta place, Jérusalem, la prisonnière! Enlève les chaînes de ton cou, Sion, la prisonnière!
3
 Voici ce que le Seigneur dit à son peuple: "Vous avez été vendus comme esclaves pour rien, vous serez rachetés sans argent."
4
 Le Seigneur DIEU dit encore: "Au début, mon peuple est allé se réfugier en Égypte. À la fin, c'est l'Assyrie qui l'a écrasé.
5
 Et maintenant, qu'est-ce que je gagne? déclare le Seigneur. Mon peuple a été emmené prisonnier pour rien. Ceux qui le dominent poussent des cris de victoire, et sans cesse, ils insultent mon nom.
6
 C'est pourquoi, un jour, mon peuple va savoir qui je suis. Oui, il va savoir que c'est moi qui dis: j'arrive!"

Commentaire

Réveille-moi, Seigneur !

Un messager de paix qui apporte joie et réconfort ne peut être que bienvenu. On sait pourtant que, dans l’Antiquité, le sort réservé aux messagers dépendait de la nouvelle qu’ils avaient délivrée : la mort si c’était une mauvaise, le triomphe si c’en était une bonne – qui flattait l’orgueil des destinataires, les confirmait dans leur certitude d’avoir de la chance … ou les berçait dans l’illusion qu’il n’y avait rien à changer dans leur vie, qu’ils avaient « tout juste ».
C’est de ces deux manières qu’on a accueilli le message de Jésus, l’Evangile = Bonne Nouvelle. Elle était à la fois terrible pour les « propres-justes » et salvatrice pour les pécheurs en recherche de repentance et de guérison.

Le prophète Esaïe interpelle son peuple et nous autres chrétiens qui reconnaissons dans ses paroles l’annonce du Messie : « Réveille-toi, Jérusalem, réveille-toi vite, retrouve ta vigueur ! » Je crois que ce passage nous invite à une « espérance active » qui mobilise et met en route.
Mets tes plus beaux habits, secoue-toi, libère-toi des liens qui enserrent ton cou !

Serons-nous prêts à accueillir Jésus lorsqu’il viendra ?
Mais comment se préparer ? Comment l’accueillir ?
Bien souvent, nous reléguons au rang de commémoration anachronique les fêtes chrétiennes de Pâques, l’Ascension, Pentecôte, et surtout Noël – aussi agité que vite rangé au galetas. C’est oublier que si Jésus est venu de ces diverses manières – et sur ce point les théologiens du Nouveau Testament sont catégoriques – la foi chrétienne confesse surtout qu’il revient … chaque fois qu’il trouve des cœurs disposés à l’accueillir.
Mon cœur est-il prêt à accueillir Dieu ? Cette question peut paraître culpabilisante. C’est oublier que Jésus est né dans une mangeoire et sur la croix se donne à manger à notre foi. Quoi de plus humble, quoi de plus bouleversant ?

Ainsi, malgré mes doutes ou mon désordre intérieur, mon peu de foi suffit !

Sujets de prière

Oraison

Père saint et bon,
Jésus ton Fils a vécu parmi nous
comme un médecin
pour ceux qui se reconnaissaient malade:
rends-nous conscients de notre péché,
afin que nous cherchions en lui notre guérison
et que nous puissions chanter notre communion
avec toi et nos frères et sœurs.
Car tu vis et règnes maintenant
et pour les siècles des siècles.

Cantique 13-04 (du recueil Alléluia)

Debout, resplendis